Enseigner l’architecture aux générations futures

27 Oct 2023 | Lecture 4 min

Plus d’inclusivité, plus d’écologie, plus de participation citoyenne… La ville change vite.  Comment sensibiliser les enfants aux préoccupations urbaines et architecturales ? Quels outils transmettre pour anticiper les enjeux de demain ?

Comme chaque mois, plongez dans le futur de la ville avec notre série “Habiter 2035”, où l’on vous dresse des scénarios possibles pour la prochaine décennie. Retenez votre souffle, immersion dans 3, 2, 1 …

Enfants de chœur

Ils sont cinq, tous équipés d’une paire de bottes et d’un casque de chantier jaune. Évitant les flaques boueuses, ils suivent le maître d’œuvre vers le préfabriqué où se tient la réunion matinale. À l’intérieur, les ouvriers les saluent. Âgés de 11 à 16 ans, ils arrivent du collège d’à côté pour visiter le chantier de la future bibliothèque municipale. Dans le cadre du nouveau programme de l’éducation nationale pour la sensibilisation à l’architecture, ils ont déjà participé aux étapes d’étude et de conception. Confiante, la plus jeune lance une question à la volée. « Pourquoi il y a un camion à béton à l’entrée ? Je croyais que la bibliothèque serait construite en bois ! ». Le maître d’œuvre ouvre la bouche pour répondre mais c’est un autre enfant qui parle en premier : « Toute la structure sera en bois, c’est juste les fondations qui sont en béton. C’est parce que le sol est trop mou dans le quartier ». Surpris, les ouvriers se regardent pendant que le maître d’œuvre esquisse un sourire.

Les écoliers japonais font beaucoup de sorties pédagogiques - Unsplash

Les écoliers japonais font beaucoup de sorties pédagogiques – Unsplash

Scénario possible ou récit de science-fiction ? Analyse.

“Maman j’ai raté l’archi”

Ces dernières années, la ville a cherché à se rendre plus inclusive, notamment à l’égard des enfants. Leur sensibilisation aux questions urbaines voire même leur contribution à la fabrique de la ville ont commencé à entrer dans les pratiques. De plus en plus de conseils des enfants répliquent les conseils municipaux, mais avec des plus jeunes ; le CAUE de Paris propose une école d’architecture pour enfants ; le programme « Viv(r)e l’architecture, un architecte dans la classe » expérimente la venue d’architectes à l’école en PACA ;  ou encore les dispositifs mis en place par les collectivités comme les territoires apprenants et les vacances apprenantes.

Mais le chemin à parcourir est encore long. Guy Tapie est professeur de sociologie et auteur du livre La culture architecturale des Français, co-édité par le ministère de la culture et publié en 2018. Lors d’une table ronde sur l’enseignement de l’architecture aux jeunes générations, il admet un angle mort de l’étude : « Dans le livre, on avait fait une enquête sur les connaissances de l’architecture de la population française, au travers d’un sondage national. Mais il commençait à partir de 18 ans. Je me rends compte aujourd’hui qu’on n’avait pas intégré le point de vue des enfants ».

Atelier maquette à l'école d'architecture pour enfants - CAUE 75

Atelier maquette à l’école d’architecture pour enfants – CAUE 75

Défragmenter la pratique

Enjeu démocratique et social, c’est aussi un enjeu cognitif pour le neurologue Hervé Chneiweiss : « La première expérience de l’architecture, c’est la position du corps dans l’espace. Comment je suis chez moi, comment je suis à l’école, dans un lieu de pouvoir, de distraction ou de représentation… Ces différentes expériences qui vont sculpter son cerveau∫ ». Le docteur en médecine s’inquiète d’ailleurs de la propagation des écrans auprès des jeunes : « L’enfant a besoin de retrouver du sens par rapport à une globalité. Lui montrer un monument comme une image, sans lui expliquer l’histoire, le lieu ou les enjeux de pouvoirs, c’est un appauvrissement de sa perception. Il faut une expérience réelle et collective ».

L’architecte Sophie Ricard n’en dit pas moins : promotrice de la “résidence architecturale”, elle s’installe sur site, auprès des habitants pour construire le projet avec eux et en fonction de leurs besoins. Cette approche permet de rassembler les acteurs et les métiers, de briser les expertises en silo et les phasages qui font souvent perdre de vue l’intention du projet. « Il faut renouer la théorie et l’expérience par le faire. L’architecte en permanence est en capacité de faire ce lien, de travailler avec les enfants pour la rédaction de la commande publique.» Chiche ?

Usbek & Rica
+ 721 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir