Abeilles : back in the streets ?

11 Juil 2017

Si vous vivez dans un espace très bétonné comme une majorité de personnes, vous n’avez sans doute pas vu une abeille butiner depuis longtemps ! Pourtant, ces insectes ancestraux font vivement parler d’eux depuis une bonne dizaine d’années, et les villes ne sont pas étrangères à ces bourdonnements de couloir… Car vous le lirez à peu près partout, les abeilles sont actuellement en danger pour différentes raisons, alors même qu’elles constituent une division essentielle pour l’équilibre et le bon fonctionnement de la biodiversité terrestre. En Europe et ailleurs, des colonies entières de ces précieux pollinisateurs disparaissent, et les espaces urbains (entre autres) se mobilisent depuis quelques temps pour tenter de les sauver…

La ville est perçue comme un refuge possible pour les abeilles.

Abeille sur la ville – Crédits Johnny Hughes sur Flickr

Save the queen Bee !

C’est donc un fait depuis plus de dix ans, l’un des piliers de la vie sur Terre risque d’être condamné si l’on ne s’en préoccupe pas sérieusement. Les causes de cette mortalité accélérée sont multiples, les pesticides agricoles et le réchauffement climatique en tête. Récemment, le sujet était d’ailleurs vivement discuté au sein même du gouvernement français en annonçant en juin dernier « le maintien de la loi interdisant les néonicotinoïdes, pesticides ‘tueurs d’abeilles’, à partir de septembre 2018 ».

A peu près au même moment, une opération nationale était lancée en parallèle : la journée « On sème des fleurs pour les abeilles ».

« À l’initiative de l’OFA (Observatoire français d’apidologie), le contenu de 100.000 sachets – dans chacun il y a 3 000 graines de fleurs mellifères, chaque plan donnant environ quatre fleurs – sera semé par les partenaires ayant soutenu cette opération. »

Une grande diversité d'espèces végétale est répertoriée en ville, permettant le développement de l'apiculture urbaine.

« Garde-manger cherche pollinisateurs » – Crédits John Mason sur Flickr

A différentes échelles, les plans de survie de ces ouvrières vrombissantes se mettent ainsi en place grâce à une multitude d’acteurs, publics ou privés. Voyons comment les villes et les citadins eux-mêmes s’investissent dans cette cause qui nous concerne toutes et tous…

L’exode rural de l’apiculture

De fait, la ville étant moins conditionnée pour l’agriculture, et donc moins exposée aux pesticides, elle est bien souvent perçue comme un refuge possible pour les abeilles. L’argument régulièrement mis en avant par les porteurs de projet, s’appuie ainsi sur la grande diversité d’espèces végétales répertoriées en ville, par rapport à une campagne agricole appauvrie (maîtrisée et traitée). Dès lors, après avoir fait rêvé l’Europe au début des années 2010 depuis les toits de New York ou de Montréal, la tendance est désormais bien répandue chez nous !

Le phénomène ne vous a donc sûrement pas échappé : tout urbain peut désormais devenir apiculteur confirmé ou amateur. Entreprises, institutions, comités de quartier, retraités, passionnés ou simples curieux, la liste des « apicurbains » en herbe est de plus en plus longue ! A Paris, un plan « Ruches et pollinisateurs » tend ainsi à se concrétiser d’ici 2020, comme expliqué sur le site officiel :

« L’objectif est de mobiliser l’ensemble des parties prenantes de l’apiculture, notamment grâce à la commission apiculture, son organe de gouvernance, les associations d’apiculteurs, professionnels ou amateurs, avec lesquelles nous travaillons tout au long de l’année :

  • la Ville, via les mairies d’arrondissement et les directions de la Ville,
  • les associations gestionnaires de jardins partagés,
  • les propriétaires et copropriétaires parisiens,
  • le monde de la recherche,
  • et évidemment la préfecture.

Actuellement, “Paris compte au recensement de 2015 près de 700 ruches et un patrimoine municipal de 143 ruches réunies dans 23 ruchers, gérés par des associations ou des particuliers apiculteurs dans le cadre de conventions d’occupation du domaine public”.

Les ruches se multiplient sur le toit de nombreux bâtiments urbains.

Quelque part sur le toit d’une grande institution… – Crédits Dafydd Vaughan sur Flickr

Et lorsque l’initiative n’est ni nationale ni métropolitaine ou municipale, elle peut par exemple prendre la forme d’associations et de coopératives diverses proposant de soutenir la cause – en parrainant une ruche par exemple. Certaines entreprises se mettent même à créer leur propre espace dédié aux pollinisateurs (souvent sur un toit) tant pour améliorer son bilan environnemental que pour créer du lien social entre les employé.es !

Que vous soyez prêt.es à militer activement pour la survie de cette espèce indispensable, ou que vous soyez simplement férus de miel[1] et de nature, précipitez-vous donc vers la structure ruchère qui vous conviendra le mieux. Cependant, il faudra être attentif.ves et rigoureux dans cette tâche, car malgré tout cet engouement, le sort des abeilles reste fragile, même en ville

 

Pour aller plus loin :

 

[1] Pour information : « En 2016, la production de miel française a été la plus basse de l’histoire de l’apiculture moderne. Nous en avons produit environ 9 000 tonnes. Jusqu’en 1995, la France était un gros pays producteur, le leader européen. A l’époque, on produisait 32 000 à 33 000 tonnes de miel par an, on en exportait même un peu. Mais c’est un temps révolu. » – Henri Clément, porte-parole de l’Union nationale de l’apiculture française interviewé par Libération en juin 2017.

[pop-up] urbain

Vos réactions

Sr. DEBILI 15 juillet 2017

Cherche parrain, marraine pour installer une ou deux ruches (ou plus) sur mon terrain et créer ainsi la participation des amoureux des abeilles … Projet social …
J’habite à 3/4 h de Paris (campagne ouest)
Pour en évoquer davantage …
DS
0622518760

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir