Le projet urbain peut-il devenir régénérateur de vie ?

Source Pixnio.com Drazen Nesic
13 Fév 2023 | Lecture 3 minutes

Alors que les enjeux autour de la Zéro Artificialisation Nette (ZAN) et l’arrêt des constructions sont au cœur du débat quant à la préservation de la biodiversité, nous souhaitons renverser les logiques en interrogeant la capacité du projet urbain à régénérer la biodiversité. En les considérant  comme un membre actif d’un écosystème urbain et naturel, certains projets permettent de favoriser l’implantation de nouvelles espèces animales et végétales, notamment à partir du  regenerative design. Une théorie développée depuis plusieurs années qu’il est intéressant d’interroger dans les pratiques urbaines actuelles, alors en quoi cela consiste-t-il ?

Créer un écosystème urbain durable ? Focus sur le “regenerative design”

Depuis toujours, les projets urbains façonnent nos territoires et aménagent nos villes. Et pourtant, ils sont une cause centrale dans la dégradation de nos sols et des écosystèmes environnants. Aujourd’hui, nous tentons d’apprendre de nos erreurs et repensons la ville et la fabrique urbaine en plaçant la nature au cœur des projets. De  nouveaux termes comme urbanisme durable ou regenerative design émergent peu à peu et changent la manière de construire la ville de demain. Cette notion nous vient tout droit des Etats-Unis et de l’architecte John Tillman Lyle qui nous l’a définie et théorisée dans ses ouvrages Regenerative design for Sustainable Development” et “Design for Human Ecosystems: Landscape, Land Use, and Natural Resources”. Le regenerative design est une manière de concevoir des projets qui améliorent les écosystèmes et les communautés dans lesquelles ils sont utilisés. Le principe consiste à comprendre le fonctionnement et la synergie d’un système pour créer des projets qui augmentent la biodiversité, améliorent la qualité de l’air et de l’eau et renforcent les communautés. Cette conception de l’urbanisme implique de penser à l’environnement, à la justice sociale et à la durabilité dans la conception des projets urbains. On se détache alors de l’approche classique de la durabilité qui se concentre sur la réduction des impacts négatifs pour se tourner vers des systèmes qui ont des impacts positifs sur l’environnement et sur la biodiversité.

Afin d’accompagner d’ancrer cette notion dans les pratiques urbaines, depuis quelques années les projets d’aménagements urbains sont soumis à des vérifications quant à leur impact environnemental. Pour que les aménageurs de la ville puissent agir en conséquence, le code de l’urbanisme évolue, et des outils de diagnostic et d’analyse se développent dans les différents documents de planification afin de placer des exigences sur l’usage des sols. Mais aujourd’hui, on parle de repenser le milieu urbain comme un écosystème évolutif qui s’auto-régénère, ce qui est sensiblement différent. Pourtant l’urbanisme régénératif peine à traverser l’Atlantique et à se développer en en France et en Europe de la même manière qu’aux États-Unis. Il reste cependant un concept en émergence dans la pratique de l’urbanisme, et remet sans cesse en question la linéarité de nos systèmes urbains par rapport au fonctionnement des systèmes naturels. Cette nouvelle notion vient donc bousculer les pratiques urbaines, et tend à vouloir créer un environnement stable, durable, avec une nature renaissante, permettant un cadre de vie idéal pour les habitants.

Pour mener à bien cette transition, l’urbanisme régénératif propose des outils d’aide à la conception et des outils fondés sur des labels afin de placer des exigences dans les projets urbains. L’un de ces outils est le Living Building Challenge (LBC), il exige l’autonomie en eau potable, en énergie et en traitement des eaux usées, la restriction de construction du projet sur des zones vertes ou sensibles, l’obligation de stratégies de mobilité douce ou décarbonée, etc.” Ce label a été décerné par l’association américaine à but non lucratif International Living Future Institute (ILFI). Cette association a créé Le Living Future Europe (LFE), une antenne européenne qui permet l’importation de ces pratiques dans notre continent.

Un procédé en émergence en Europe

Malgré une intégration pas assez conséquente en France, certains projets dans leur mise en place et conception, préconisent une approche régénérative de l’urbanisme. C’est le cas de l’ÉcoQuartier “Caserne de Bonne” de Grenoble.  Cette ancienne caserne militaire de la Capitale des Alpes est le premier ÉcoQuartier de France. “L’opération a recherché l’exemplarité en matière de haute qualité environnementale (HQE). Le choix des matériaux, les procédés de construction, l’efficacité énergétique et l’utilisation d’énergies renouvelables lui ont valu le soutien du programme européen de recherche et développement Concerto (Sesac).”

Source Guilhem Vellut Flickr.com - Caserne de Bonne - Grenoble

Source Guilhem Vellut Flickr.com – Caserne de Bonne – Grenoble

En y implantant un ruisseau et de la végétation, plusieurs espèces animales et végétales ont pu évoluer entre elles pour créer un écosystème dans le quartier. Plusieurs réseaux d’acteurs industriels et académiques rassemblent et offrent leurs connaissances et leur savoir-faire afin d’accélérer cette transition vers une nouvelle manière de faire la ville. C’est le cas du CEEBIOS (Centre d’Etude et d’Expertise dans le Biomimétisme). Ce centre de recherche et de transfert de technologie regroupe des acteurs académiques et industriels nationaux pour développer des solutions innovantes en matière d’éco-conception. Afin d’aider et de conseiller les aménageurs dans leurs projets, notamment en prenant en compte les principes de durabilité, d’écologie et d’éco-conception, le principe du biomimétisme entre dans les pratiques de l’urbanisme et se place comme une solution d’avenir.

D’après le CEEBIOS, Le biomimétisme représente une opportunité inédite d’innovation responsable : s’inspirer du vivant et tirer parti des solutions et inventions qui y sont produites, éprouvées par 3.8 milliards d’années d’évolution.” En prenant comme exemple les systèmes biologiques comme modèle, il sera possible de réconcilier notre développement en préservant l’environnement et en recréant de la biodiversité.

Source Pixnio.com - Drazen Nesic

Source Pixnio.com – Drazen Nesic

Un modèle d’avenir pour la construction des villes? 

L’objectif de l’urbanisme régénératif est non seulement de créer des écosystèmes au sein de la ville, mais aussi de faire de la ville un vaste système social et écologique qui « s’auto-entretient ». Voilà les défis de demain : construire des villes qui soient connectées à la nature. En changeant nos pratiques et nos manières de concevoir, conceptualiser et construire, il est possible de redéfinir la pratique de l’urbanisme, où le bâti et le non-bâti sont tout aussi importants. Les progrès technologiques, scientifiques et techniques ont un pouvoir sur l’analyse que l’on peut faire d’un lieu, et de ses communautés. Qu’est ce que cette pratique traduit sur l’avenir des constructions urbaines ? Nous vivons à une époque critique où les problèmes environnementaux n’ont jamais été aussi importants, alors cette transition vers un urbanisme régénératif se pose comme étant inévitable et primordiale afin de pouvoir continuer à évoluer dans des conditions vivables, pour les écosystèmes naturels, ainsi que pour les habitants. Dès aujourd’hui, quelques exemples de villes se rapprochent de plus en plus de ces pratiques. C’est le cas de San Francisco aux Etats-Unis, cette ville recycle aujourd’hui plus de 80% de ces déchets, incitent ses habitants à suivre cette démarche de transition, et utilise de plus en plus les énergies renouvelables pour alimenter sa ville, en se donnant l’objectif de 100% en 2030. C’est en prenant exemples sur des initiatives comme celles-ci qu’on pourra créer des villes complètement régénératives. Ces pratiques sont un véritable tournant dans l’aménagement et sont la clé des villes de demain.

LDV Studio Urbain
+ 375 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir