Un tiers-lieu nourrissant et vivifiant

14 Déc 2022 | Lecture 4 min

Sur le devant de la scène urbaine, le tiers-lieu ? Ces dix dernières années, oui. Ces lieux hybrides d’activation locale fleurissent sur le terreau de l’intérêt général, de la coopération et de l’empouvoirement de chacun au quotidien. Aujourd’hui, des tiers-lieux gagneraient à éclore aussi en milieu rural, où les besoins sont forts. Des étudiants en Master City de l’École de Design Nantes Atlantique ont imaginé l’implémentation d’un tiers-lieu « fertile » à Rouans, une commune en Loire-Atlantique de 3229 habitants.

L’enquête initiale pour cibler les besoins des habitants

Un sondage au franc succès

À Rouans, la mairie et l’association Campus Fertile ont mené une enquête auprès des habitants en mai 2022. L’objectif était de les sonder sur l’implémentation d’un tiers-lieu aux fonctions hybrides. Plus d’une centaine de personnes, principalement des femmes d’une tranche d’âge allant de 21 à 64 ans, y ont répondu. Le sondage indiquait la possibilité d’inclure certains services au sein du tiers-lieu tels que :

  • service postal ;
  • Espace France Services ;
  • accompagnement numérique ;
  • salles de réunion ;
  • espaces de co-working ;
  • cuisine partagée ;
  • jardin partagé ;
  • marché fermier ;
  • animations transversales ;

Les réponses au questionnaire ont largement conforté l’intérêt local pour la mise en place d’un lieu fédérateur porteur d’activités multiples, en lien avec le projet associatif de l’association Campus Fertile et celui de la municipalité.

Atelier participatif tiers-lieu Campus Fertile © City Design Lab

Atelier participatif tiers-lieu Campus Fertile © City Design Lab

Un atelier participatif façon design

Initié en juin 2022, il a été piloté par 12 étudiants du Master City de l’École de Design Nantes Atlantique : Mattheo Joly, Camille Berthon, Clémentine Canova, Romie Lozachmeur, Christophe Polard, Florian Almeras, Justine Bouvier, Léa Ceruti, Clara Delattre, Samuel Enogat, Clément Héliot et Fanny Leterq.

Les habitants ont participé à ce moment d’échanges et de partage d’idées. À l’issue de cet atelier créatif et animé, trois enjeux prioritaires ont émergé pour ce tiers-lieu “fertile’’:

1. la transition alimentaire ;

2. le développement des services publics ;

3. l’échange et le partage.

Enfin, une visite sur site a permis de confronter la projection de concepts et futurs services face à la réalité « physique » du lieu.

Version 1 : La nourriture, ingrédient principal du Shake-Coeur

Le concept du Shake-Coeur

Cette première proposition de tiers-lieu décline une série d’activités autour de l’alimentation locale, saine, solidaire et joyeuse. Ventes de produits locaux et artisanaux, distributeur permanent de nourriture fraîche, espace de coworking assorti d’un espace pour déjeuner ou d’un panier de légumes offert, frigo solidaire et récupération d’invendus alimentaires, ateliers de cuisines et évènements culinaires font battre le pouls du Shake-Coeur.

Concept du Shake-Coeur © City Design Lab

Concept du Shake-Coeur © City Design Lab

L’organisation du tiers-lieu

Ce lieu de vie s’anime en étroite corrélation avec des acteurs Rouansais. Il dépend de leur degré d’implication et n’existe qu’avec leur participation. Le Shake-Coeur coordonne la vente des producteurs locaux et de leurs produits, il se met en lien avec l’école pour certaines activités, prête des salles à des particuliers et noue des partenariats avec certains commerces du bourg.

Maquette du Shake-Coeur © City Design Lab

Maquette du Shake-Coeur © City Design Lab

En arrivant dans le Shake-Coeur, le visiteur passe par l’accueil « La Toque du Chef », qui dispose d’un point informations et d’une conciergerie. En effet, le tiers-lieu sera situé en partie dans un bâtiment qui héberge actuellement la poste de Rouans.

Planche d’inspirations pour l’accueil du Shake-Coeur © City Design Lab

Planche d’inspirations pour l’accueil du Shake-Coeur © City Design Lab

Puis, il a le choix : il peut se diriger vers « Le Fourneau », la cuisine partagée mise à disposition des coworkers, d’où s’échappent parfois de délicieux fumets lors d’ateliers ou évènements culinaires. Plus loin, la « Salle-ade Composée », zone de détente et de loisirs, dispose d’une salle à manger. Des ventes de savoureux produits locaux s’organisent sur des stands. En parallèle, des produits invendus de commerçants locaux  sont stockés dans cette zone. Ce tiers-lieu valorise aussi le « zéro gaspi » et l’alimentation accessible pour tous. Enfin, c’est un espace propice à accueillir des évènements culturels : expositions, ateliers pour les enfants, projections de films…

Paroles d’habitants :

« J’aimerais pouvoir accéder à des expositions.»

« Je trouverais très convivial de pouvoir organiser des repas partagés. »

« Avoir des ateliers pour nos enfants, pourquoi pas ? »

Au fond à gauche du Shake-Coeur, « La Cocotte Minute », espace de travail, fait bouillir les neurones des coworkers, des professionnels et des élèves qui bénéficient d’un soutien scolaire. « Le Sandwich », quant à lui, superpose plusieurs couches de services publics. Sur place on peut consulter la Mission locale, la Maison France Service, l’aide au numérique et le service postal.

À l’extérieur, le verdoyant jardin partagé « Ratatouille » s’épanouit grâce à l’entretien soigneux des citoyens de la commune, toutes générations confondues. Les produits récoltés sont ensuite mitonnés dans la cuisine collective afin que tous puissent se régaler de petits plats issus du jardin.

Le jardin partagé du Shake-Coeur © City Design Lab

Le jardin partagé du Shake-Coeur © City Design Lab

Cet espace, pensé comme un véritable lieu de vie, de partage et d’aventures collectives, s’organise autour d’un noyau dur : l’alimentation durable et gourmande. L’humain en est le moteur. C’est lui qui, avec ses pairs, fait respirer et grandir le Shake-Coeur. Le tiers-lieu est une sorte de laboratoire qui contribue à trouver des réponses concrètes aux défis de taille que sont la transition alimentaire et le « faire société ».

Scénario d’usage du Shake-Coeur © City Design Lab

Scénario d’usage du Shake-Coeur © City Design Lab

Version 2 : le Pot-au-Lieu, espace de rencontres

Le concept du Pot-au-Lieu

Le partage est l’épicentre de ce lieu. Que ce soit pour partager des connaissances, des espaces, des discussions, des vêtements, un foyer ou un jardin, le « Pot-au-Lieu » réchauffe les liens et relie les habitants entre eux. Faciliter la rencontre, le partage d’idées et l’innovation : telle est la mission de cette version « sociale » du tiers-lieu.

Concept du Pot-au-Lieu © City Design Lab

Concept du Pot-au-Lieu © City Design Lab

L’organisation du tiers-lieu : un lieu de vie ouvert à tous

Le lieu est géré par deux référents facilitateurs qui s’occupent de son entretien, du service postal et de l’accueil. Les habitants, eux, sont à l’initiative des autres activités proposées : entretien du jardin et de la cuisine, organisation d’évènements collectifs, coordination d’ateliers à la carte et échange de savoir-faire, troc ou encore, accès libre au coworking. L’usager typique du tiers-lieu ? Un membre d’une association locale, un habitant ou quelqu’un qui cherche un lieu pour se restaurer.

Paroles d’habitants :

« Ce serait un lieu ouvert à tous. »

« Un espace de rencontres pour les habitants de la commune.»

« Un lieu collectif de partage et de discussions.»

En entrant dans le Pot-au-Lieu, on arrive dans le foyer de rencontres, un lieu hybride proposant des sièges collectifs, un espace de restauration, une zone de jeux et loisirs, un endroit dédié au soutien scolaire et une zone de repos… Convivialité, apprentissage et détente sont les maîtres-mots du foyer.

Puis, la « Popote » ou cuisine partagée tout équipée accueille des repas à thèmes, des soirées d’échanges avec les producteurs locaux, des ateliers cuisines ou des soirées thématiques sur l’alimentation durable.

Elle est accessible à chacun.e : associations, particuliers, association Campus Fertile ou professionnels.

Cuisine partagée du Pot-au-Lieu © City Design Lab

Cuisine partagée du Pot-au-Lieu © City Design Lab

Face à la cuisine se trouve l’espace alliant services publics : Maison France Services, accompagnement numérique et administratif, Mission Locale et service postal.

À l’étage, l’espace qui fait fumer les neurones plutôt que les viandes en sauce se nomme « La Dépote ». Zone de coworking et de bureaux individuels, elle permet aux travailleurs d’avoir un espace calme, propice à la concentration.

L’extérieur du Pot-au-Lieu fourmille également de projets. L’idée d’un « Pot’âgé », potager partagé, a remporté un vif succès auprès des habitants. Tout comme une cour végétalisée qui agirait tel un îlot de fraîcheur et servirait d’espace de création graphique participatif.

Cour végétalisée du Pot-au-Lieu © City Design Lab

Cour végétalisée du Pot-au-Lieu © City Design Lab

Les multiples fonctions des tiers-lieux s’adaptent à leur public : que les espaces soient marchands ou non marchands, ils s’inscrivent dans un contrat social et illustrent les grands enjeux de notre monde en transition. Leur carburant est vivant et évolutif : débat d’idées, innovation et l’agilité. Ce tiers-lieu potentiel à Rouans est nourrissant au sens propre du terme comme au sens figuré : il redynamiserait le territoire, concentrerait des services essentiels aux Rouansais en un seul lieu et réveillerait, en chacun, la sensation précieuse d’appartenir à une même communauté.

L'École de design Nantes Atlantique
+ 195 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir