Trajets illimités et incitations financières : comment l’Europe cherche à booster le ferroviaire

27 Sep 2023 | Lecture 3 min

Pour inciter sa population à utiliser davantage le train, l’Allemagne a lancé en mars une carte mensuelle à 49 euros, permettant de voyager, sans limite, sur tout le réseau des transports en commun locaux. Une solution qui fait réfléchir le gouvernement français et qui trouve déjà différentes déclinaisons en Autriche ou encore en Espagne.

Aujourd’hui, le secteur des transports représente 30% des émissions de gaz à effet de serre de la France. Décarboner les transports est donc l’une des priorités afin d’aligner notre trajectoire avec les objectifs de l’Accord de Paris. Pour cela, il existe plusieurs leviers. D’une part, il y a le développement de l’électromobilité afin de réduire l’utilisation d’énergies fossiles. Et d’autre part, il y a le fait de développer davantage l’utilisation des transports en commun comme alternative à la voiture individuelle.

Ce dernier point est d’autant plus important que l’électrification du parc automobile est un processus long et qu’il ne constitue pas une mesure suffisante pour décarboner le secteur sans que notre rapport à la mobilité soit revu. « Convertir l’ensemble du parc automobile à l’électrique, sans autres changements structurels, semble peu compatible avec l’objectif de neutralité carbone » précise ainsi le Haut Conseil pour le Climat dans l’un de ses derniers rapports.

En parallèle, les transports publics, et notamment le transport ferroviaire, constituent des leviers efficaces pour réduire l’empreinte carbone de nos déplacements. Mais comment faire pour favoriser l’adoption des transports publics et accompagner les ménages à moins utiliser leur véhicule personnel ? Il semble qu’une partie de la réponse se situe au niveau du prix.

En 2022, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) avait par exemple dévoilé une liste de 10 mesures pour réduire notre dépendance au pétrole. « Rendre l’utilisation des transports publics moins chère » figurait en 4ème position sur cette liste. Une recommandation qui a été suivie, en Europe, de la mise en place de plusieurs mesures.

Crédits : Resmus Kostell via Getty Images

L’Allemagne et l’Autriche misent sur les “tickets climat”

En Allemagne, le fameux « billet à 9€ »  a connu un succès retentissant l’été dernier, ainsi qu’un succès médiatique à travers toute l’Europe. Ce “9-Euro-Ticket”, à renouveler chaque mois, permettait d’utiliser presque tous les transports publics locaux et régionaux d’Allemagne pendant les mois de juin, juillet et août 2022. Cela comprenait les bus de banlieue, les métros et les trains de banlieue, ainsi que les liaisons de trains locaux et régionaux. L’objectif : détourner les allemands de la voiture individuelle et les inciter à prendre les transports en commun.

Face à l’engouement suscité par ce pass estival, le gouvernement allemand est allé plus loin. Depuis le 3 avril 2023, le “Deutschlandticket”, aussi appelé D-Ticket, permet de voyager sur l’ensemble du réseau de transport urbain et régional : bus, métros, tramways et trains sont accessibles en illimité pour les détenteurs de ce nouvel abonnement, lancé au prix de 49 euros par mois et résiliable à tout moment. Seuls les trains de longue distance, équivalents de nos TGV français, ne sont aujourd’hui pas couverts par l’offre.

« Nous estimons qu’à l’échelle nationale, environ six millions de personnes souscriront pour la première fois à un abonnement de transport en commun avec le Deutschlandticket » estimait dans les colonnes du journal Bild am Sonntag, Evelyn Palla, directrice du trafic régional de la compagnie ferroviaire Deutsche Bahn.

Même son de cloche chez le voisin Autrichien, qui propose également un “Klima Ticket” à 3 euros par jour, soit 1 095€ par an. Mis en place depuis novembre 2021, il permet de se déplacer de manière illimitée sur les réseaux de transports publics et privés du pays. Évidemment, tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir un tel sésame, qui a tout de même séduit 140 000 personnes dès les premiers mois de son lancement.

L’Espagne se saisit également du levier « prix » pour développer davantage l’usage des transports en commun. Ainsi, l’année dernière, l’État espagnol a décidé de rendre gratuits certains billets de train durant 4 mois, jusqu’au 31 décembre 2022. Chaque usager qui souhaitait en bénéficier devait s’acquitter d’une caution allant de 10€ à 20€, remboursée dès lors qu’au moins 4 trajets par mois ont été effectués sur les 4 mois de l’opération.

crédit : Kimdaejung via Pixabay

Crédits : Kimdaejung via Pixabay

Vers un pass illimité pour le train en France ?

Ces inspirations européennes pour relancer le secteur ferroviaire commencent à infuser en France. Récemment, ce sont Emmanuel Macron, puis Clément Beaune, qui ont annoncé la création future d’un pass illimité pour les transports publics en France.

« Les Français, quel que soit leur âge, pourront acheter ce pass et voyager en intercités ou en TER de manière illimitée » a promis Clément Beaune. Le ministre espère que ce pass pourra aussi fonctionner avec les bus, métros et tramways dans les grandes villes. La question du prix et des modalités de ce pass sera évoquée dès le mois de septembre avec les présidents de régions – qui gèrent notamment les TER – ainsi qu’avec les représentants des grandes métropoles. Si les discussions aboutissent, Clément Beaune souhaite que ce pass soit mis en œuvre dès l’été prochain avec les régions volontaires et intéressées.

Les Horizons
+ 96 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir