Renforcer et faire vivre les solidarités au-delà d’une crise sanitaire

24 Avr 2020 | Lecture 4 minutes

Comment la crise sanitaire que le monde vit actuellement peut-elle être porteuse d’innovations ? Au lendemain du confinement, c’est la question à laquelle 50 étudiants de L’École de design Nantes Atlantique ont tenté de répondre. Nom de code de l’opération : « coronathon ». But affiché : répondre à un appel à projets du Global Grad Show, un salon international de référence sur le design qui se tient habituellement à Dubaï. Ainsi, ces jeunes étudiants en première année de cycle master issus de métiers différents (espace, produit, graphisme et interactivité) et d’horizons divers (spécialités Care et City) ont testé par groupes de 5 personnes de nouvelles manières de travailler, ont expérimenté des outils collaboratifs, ont proposé des solutions. Le tout, chacun dans sa chambre ou son salon et pour une durée de deux semaines, afin de nous interroger sur les façons de changer nos modes de vies et de nous préparer aux crises à venir. Retours sur leurs propositions.

Favoriser les liens entre parents et enfants

L’une des grosses difficultés éprouvée par les parents de jeunes enfants durant cette crise est certainement de trouver de quoi occuper nos charmantes têtes blondes. Pas moyen de se décharger sur les grands-parents, une garde occasionnelle ou d’inviter un petit copain. Et si cette situation est stressante pour les parents, elle n’en est pas moins compliquée à vivre aussi pour les enfants. Lucile Artignan, Marie Donnou, Laetitia Gérard, Manon Guilleux, Pauline Hanouzet ont alors imaginé Coco, un journal de voyages imaginaires hebdomadaire alliant découverte, propositions d’activités et savoir sur la maladie. Chaque jour, la créativité des enfants pourrait ainsi être boostée afin de leur permettre de s’évader par la pensée de ce quotidien anxiogène. Et afin d’être disponible pour le maximum de personnes, le magazine pourrait être distribué dans les kiosques traditionnels, les pharmacies mais aussi en version PDF imprimable à la maison. De quoi proposer une alternative aux écrans et permettre de renforcer les liens entre parents et enfants.

© Lucile Artignan, Marie Donnou, Laetitia Gérard, Manon Guilleux, Pauline Hanouzet

 

Travailler à distance ensemble

Du jour au lendemain, des millions de salariés dans le monde ont vu leurs méthodes et environnements de travail se métamorphoser. Et force est de constater que même s’ils ne sont pas toujours idéaux, notre lieu de travail et nos bons vieux collègues commencent à nous manquer. Démyann Anthony-Caliste, Solène Beaudoux, Jin Dai, Clémentine Lemercier, Laura Thouzeau ont alors proposé un jeu de simulation permettant de recréer des espaces de travail et de renforcer les liens sociaux. Baptisé Länk, ce réseau social spécial télétravailleurs pourrait permettre de visualiser son espace de travail, d’organiser des réunions ou simplement de converser entre collègues autour de la traditionnelle machine à café. Les étudiants ont même imaginé de quoi occuper les pauses grâce à des petits jeux amusants ou plus cérébraux. Une façon de donner tort au fameux dicton « loin des yeux, loin du cœur » en renforçant les liens entre les salariés mais aussi entre salariés et entreprise.

© Démyann Anthony-Caliste, Solène Beaudoux, Jin Dai, Clémentine Lemercier, Laura Thouzeau

 

 

Favoriser et encourager les initiatives citoyennes

Au-delà des problèmes sanitaires, des défauts d’organisation ou des soucis de gestion, la crise du covid-19 a également été l’occasion de faire émerger des formidables réseaux de solidarités. Mais certaines personnes hésitent encore à passer le pas, en raison de difficultés à s’organiser, de manque de visibilité des actions existantes ou simplement de manque d’idées sur les qualités que l’on pourrait apporter. Chloé Boulay, Lola Gautier, Elisa Romieu, Margaux Roy, Clara Tortorici ont imaginé Civic, une plateforme Internet permettant de faciliter l’engagement citoyen. L’idée est de rendre visible les initiatives existantes mais également de les faire durer au-delà de la période de crise. L’échelle retenue pour ces actions est celle du quartier. Ainsi, le personne désireuse de s’engager pourrait trouver facilement des personnes en besoin d’aide autour d’elle, noter ses disponibilités et ses champs de compétences pour pouvoir trouver des missions qui lui correspondent réellement. En plus de cette mise en relation, Civic proposerait un système de partage d’expériences, de dialogue en ligne et même de remise de badges en fonction du nombre de missions réalisées. Une manière de rendre l’acte citoyen plus visible mais aussi plus ludique.

capture ecran du projet d application d initiatives citoyennes

© Chloé Boulay, Lola Gautier, Elisa Romieu, Margaux Roy, Clara Tortorici

 

Favoriser la cohésion familiale en confinement

Pour bon nombre de personnes, la famille c’est sacré. Mais en période de confinement, les relations peuvent être plus compliquées. Entre la cohabitation difficile (car nous ne sommes pas faits pour vivre ensemble 24h/24) ou l’isolement car nos proches sont loin, la période n’est pas forcément propice à la sérénité. Jessica Brignola, Sixtine Broutin, Manon Penhouet et Axelle Thibaud ont imaginé favoriser la cohésion familiale grâce à un réseau social dédié. My tribe project invite ainsi les membres d’un même noyau familial à communiquer, à se défier, à s’amuser ou encore à s’informer sur la situation. Et pour ceux qui ont peur d’un énième réseau social qui nous pousserait à passer encore plus de temps devant les écrans, ces étudiants ont pensé que les activités et défis proposés pourrait se dispenser du smartphone pour s’inscrire dans l’espace réel. Par exemple, afin de bien assimiler les fameux gestes barrière, pourquoi ne pas créer une danse permettant de chorégraphier ces gestes pour la partager ensuite avec l’ensemble de son réseau ? Et bien sûr, une telle application pourrait vivre au-delà de la crise sanitaire pour renforcer et faire perdurer les liens familiaux dans un monde où la famille est de plus en plus éclatée géographiquement.

caputre d ecran de application my tribe

© Jessica Brignola, Sixtine Broutin, Manon Penhouet et Axelle Thibau

 

Par Zélia Darnault, enseignante à L’École de design Nantes Atlantique

L'École de design Nantes Atlantique
+ 136 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir