Pirater la démocratie à la Halle Civique de Belleville

15 Oct 2018

Les Halles Civiques, sont deux nouveaux tiers lieux parisiens composés d’entreprises, d’entrepreneurs sociaux et d’associations qui, chacune à leur manière, œuvrent au progrès démocratique. Leur premier festival, les Festives Halles Civiques, avait lieu le 29 septembre. Retour sur une journée de rencontres et d’expérimentations citoyennes au sommet du parc de Belleville.

Festives Halles Civiques

Festives Halles Civiques – Maya Abdelwahab/Halles Civiques

C’est un samedi après-midi radieux comme on aimerait les passer dans le parc de Belleville, à se prélasser dans l’herbe avec une des plus belles vues sur les toits de Paris. Ça tombe bien, la première édition des Festives Halles Civiques a lieu là, sous le belvédère panoramique. Fondateur de Kawaa, Kevin André est derrière une petite guinguette à accueillir les gens avec le sourire et des rafraîchissements. Sa société agréée d’économie sociale et solidaire s’est spécialisée dans l’organisation de rencontres autour des thématiques citoyennes. Il offre un café ou un jus à une condition : il faut participer aux activités de démocratie participative qui ont lieu au cours de la journée. Parmi elles, un débat sur les civic tech – ces outils permettant aux citoyens d’influencer sur la scène publique -, un jeu de rôle de gestion municipale ou un atelier de décryptage sur les lobbies.

Démocratie ouverte

« Les civic-tech doivent-elles être une alternative, un contre-pouvoir au système représentatif ? ou un renforcement de celui-ci ? » À l’intérieur, une trentaine de personnes entretiennent un débat passionné autour d’une table. Veste sous le bras et lunettes de soleil sur le nez, des curieux s’approchent, écoutent ou lisent les brochures. Cet espace bordé de baies vitrées a ouvert en mars dernier suite à un appel d’offre de la Mairie de Paris.

« La Halle Civique Belleville est gérée par l’association Halles Civiques qui s’occupe aussi d’une antenne dans le 11ème arrondissement explique Aurore Bimont. C’est un tiers lieu dédié à l’innovation démocratique, publique et citoyenne ». Administratrice du lieu, elle travaille également pour Démocratie Ouverte qui fait partie de la quinzaine de projets résidents et dont la mission est justement de rassembler les acteurs qui développent des solutions pour améliorer la démocratie. « Les projets peuvent prendre toute sorte de forme : de l’éducation populaire, une plateforme de financement participatif citoyen, des initiatives artistiques… Nous les connectons et les accompagnons grâce à notre programme d’incubation baptisé Système D ». Le magazine d’investigation Mediacités ou la plateforme de lobby citoyen Echo ont par exemple bénéficié de ce programme.

Buvette bavarde dans le parc de Belleville

Buvette bavarde dans le parc de Belleville – Nadège Guiraud/Halles Civiques

Pirater les politiques publiques

Autre membre des Halles Civiques, la 27ème Région est une association née il y a 10 ans dont la particularité est de s’adresser aux institutions publiques. Son fondateur, Stéphane Vincent présente le projet : « ce n’est un secret pour personne que les organisations publiques travaillent de façon verticale et en silo. Avec notre démarche, on essaye de les pirater et d’inventer des méthodes pour qu’elles puissent transformer leur manière de faire des politiques publiques ».

Grâce à des méthodes d’enquête en immersion tirées des sciences sociales, ce laboratoire de transformation publique espère privilégier l’expérience des administrés. « On passe plusieurs semaines dans un hôpital, dans un village. On observe comment les citoyens remplissent leur paperasse chez eux, comment les élus travaillent avec leur ordinateur, leurs 3 smartphones et leurs 4 calendriers ». La clé pour Stéphane Vincent est d’éviter les appels d’offre pour ne pas être dans une position de prestataire, mais de proposer directement ses services aux collectivités et d’établir par contrat d’obligations réciproques. « En rééquilibrant le rapport de force, on implique la collectivité dans l’exercice et on s’offre une latitude pour réinterroger le problème de manière plus systémique. »

Priorité aux débats

En cheminant à travers la Halle Civique, on traverse les différents ateliers plus ou moins fréquentés. Une projection débat est organisée par le mouvement Colibri à l’occasion du lancement de leur MOOC sur la démocratie. Mais le débat a une particularité : à plusieurs reprises, les participants doivent se déplacer dans la pièce en fonction de leur opinion sur un thème donné. « L’environnement doit-il être la priorité du gouvernement ? Les contre s’assoient du côté gauche, et les pour à droite » lance la modératrice. Certes, le banc de droite est rapidement victime de son succès, mais l’exercice incite chacun à se positionner, à formuler une opinion et à argumenter devant une petite assemblée. Joueurs, certains se font l’avocat du diable en défendant des positions improbables.

À l’extérieur, l’ambiance est moins studieuse mais pas moins animée. Une femme interpelle un bénévole : « La situation est grave en France, il y a une vraie urgence démocratique, vous ne pensez pas qu’il y a mieux à faire que des kermesses et des goûters ? ». Kevin André trouve quelques minutes pour analyser la situation : « Aujourd’hui il y a un vrai sentiment d’impuissance, une frustration de la part des citoyens qui veulent participer davantage au jeu démocratique. Tant que les Civic Tech n’auront pas su faire bouger les choses à grande échelle, qu’elles n’auront pas fait leur preuve de concept, les gens n’y croiront pas ».

Les enfants aussi ont le droit de s'exprimer

Les enfants aussi ont le droit de s’exprimer – Maya Abdelwahab/Halles Civiques

La crise de la bachata

En sensibilisant de manière ludique à la démocratie participative, les Halles Civiques espèrent se faire connaître et s’insérer dans le quartier. Pour le fondateur de Kawaa, société autour de la rencontre humaine, développer le lien social est certes coûteux mais fondamental. « La ville de demain pense trop aux bâtiments, aux infrastructures et aux technologies, pas assez à la convivialité et au plaisir d’être ensemble ».

C’est le moment que choisit un bal de musique cubaine pour s’installer sur l’esplanade attenante à la Halle Civique. Une foule s’amasse aux portes du lieu et commence à se déhancher au rythme de la bachata. Ironie du sort, la Mairie de Paris avait autorisé les deux événements sans réaliser qu’ils pouvaient se marcher dessus. Un bref moment de panique s’empare de l’équipe de la Halle Civique. Dix minutes plus tard, le sourire est revenu sur le visage de Kevin André, il se rassure : « C’est très bien, on a du déplacer quelques stands mais ça met l’ambiance et ça fait du passage ».

Atelier de speed dating pendant lequel les résidents des Halles Civiques peuvent présenter leurs projets au public

Atelier de speed dating pendant lequel les résidents des Halles Civiques peuvent présenter leurs projets au public – Nadège Guiraud/Halles Civiques

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir