Péage urbain : après Londres, New-York se lance également

25 Oct 2023 | Lecture 3 min

Faut-il rendre la voiture payante en ville afin de réduire le trafic et limiter les émissions de gaz à effet de serre ? Pour Londres, Copenhague et maintenant New-York, la réponse est oui. Mais cette solution ne fait pourtant pas toujours l’unanimité.

Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, la mairie de New York a pris une mesure significative pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cette mesure s’attaque au secteur du transport routier, reconnu comme l’un des principaux contributeurs aux émissions polluantes.

La première étape de cette initiative vise le cœur de Manhattan, l’un des arrondissements emblématiques de la ville, où un péage urbain sera mis en place. Tarifé entre 17 et 23 dollars par jour, ce péage a pour but de désengorger les grandes artères de l’île, d’améliorer la qualité de l’air urbain et de mobiliser des ressources financières pour soutenir les transports en commun.

700 000 voitures, camionnettes et poids lourds seraient concernés chaque jour par cette nouvelle infrastructure. Les élus de la métropole new-yorkaise estiment que cela permettrait de réduire le trafic d’environ 10% sur le district de Manhattan.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’une politique plus large opérée par la ville. Par exemple, le périphérique new-yorkais possède déjà des péages. Elle suit également une mouvance qu’on retrouve dans d’autres pays. De nombreuses métropoles mûrissent en effet cette idée depuis des années. Londres, par exemple, a tracé la voie en instaurant un péage aux portes de la capitale anglaise, il y a de cela quinze ans. Cependant, il est crucial de noter que malgré son efficacité potentielle, cette mesure suscite également une opposition farouche et qu’elle est parfois abandonnée en chemin au vu des réticences qu’elle inspire.

LeoPatrizi via Getty Images

LeoPatrizi via Getty Images

À Copenhague, l’idée d’un péage urbain a été abandonnée

Le gouvernement danois avait envisagé en 2013 la mise en place d’un péage urbain similaire avec des objectifs d’écologisation de la capitale et de soutien aux transports publics. Cependant, en 2019, le projet a été abandonné en raison de vives contestations au sein de la population.

Villy Soevndal, leader du Parti socialiste et ministre des Affaires étrangères à l’époque, avait expliqué cette décision en déclarant : « Nous avons décidé de prendre en compte les préoccupations exprimées par de nombreux Danois ». Un revirement qui suscite désormais l’attention alors que New York envisage de devenir la plus grande ville au monde à adopter un tel système.

En effet, quelque 21 000 chauffeurs de taxi de New York – dont les voitures jaunes ont fait la légende de la ville — sont ainsi vent debout contre cette mesure. Ils ne sont pas les seuls et de nombreuses associations expriment des doutes sur la justesse de ces péages, qui renforcent les inégalités entre pauvres et riches. Un reproche qui avait également été fait à Londres et à Copenhague.

huseyintuncer via Getty Images

huseyintuncer via Getty Images

Le projet new-yorkais face à une vive contestation

En outre, le projet new-yorkais fait face à la gronde des responsables politiques et économiques du New Jersey, petit état frontalier populaire et banlieue dortoir de Manhattan, qui conteste devant la justice ce futur nouveau péage urbain estimant qu’il pèsera sur les professionnels qui empruntent tous les jours les ponts et tunnels déjà payants pour traverser le fleuve Hudson.

Une contestation qui pourrait bien mettre un terme au projet, comme cela a été le cas à Copenhague, et qui démontre la difficulté de mettre en œuvre de telles mesures dans les grandes villes. La question, surtout, concerne le fond de ce système, conçu pour que les automobilistes participent au financement des transports en commun. Un financement qui, en l’absence d’aides publiques, est toujours compliqué pour les municipalités.

En parallèle, pour réduire l’usage de la voiture et privilégier celui des transports en commun, d’autres villes essaient de rendre ces transports gratuits. Une autre méthode qui a aussi ses limites et qui illustre bien la difficulté de repenser notre manière de nous déplacer dans les zones urbaines.

Les Horizons
+ 96 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir