Le metrocable de Medellin : pilote de la mobilité de demain ?

Le metrocable de Medellin : pilote de la mobilité de demain ?

20 Oct 2020 | Lecture 5 minutes

Et si le futur de la mobilité urbaine était installé le long de nos pistes de ski depuis des décennies ? De La Paz à Medellin, le téléphérique conquiert aujourd’hui certaines villes comme un mode de transport en commun. Une pratique encore relativement peu répandue en France, malgré quelques premières initiatives. Pourquoi s’en priver ?

Voitures autonomes, taxis volants, hoverboard… On entend souvent que d’ici quelques années, les innovations technologiques révolutionneront nos modes de déplacements. Ou que les villes réaliseront tous les fantasmes de la science-fiction. Mais en matière de développement urbain, il faut savoir faire preuve d’humilité : les plus grandes avancées viennent parfois tout simplement d’une nouvelle façon d’utiliser des inventions qui existent déjà depuis un moment, sans avoir à réinventer le câble à couper le beurre. Ainsi, plutôt que de se reposer sur des voitures autonomes guidées par des algorithmes, le futur de la mobilité en ville pourrait aussi s’articuler autour d’infrastructures mécaniques bien rodées : les téléphériques. Surtout connu pour remonter les pistes de ski, ce moyen de transport a bien sa place en ville. De La Paz à Medellin, en passant par New York, le transport par câble se démocratise peu à peu à travers le monde, et jusqu’en France, où plusieurs projets sont à l’étude. Le transport par câble serait-il la solution pour que les villes élargissent leur offre de transports en commun, et surtout, répondent à la crise climatique en proposant une alternative concrète et rapide à la voiture ?

Le téléphérique : une simplicité de construction qui fait mouche.

Sécurité, rapidité de construction, faible coût… le téléphérique possède de nombreux avantages. Si l’on compare le temps qu’il faut pour construire un transport par câble à celui qu’il faut pour prolonger une ligne de métro, il n’y a pas photo : c’est une victoire à plate couture pour le roi des montagnes. Nul besoin de creuser des tunnels des dizaines de mètres sous terre, ni de retarder les travaux à chaque découverte archéologique : quelques pilonnes à installer et le tour est joué. Pas besoin non plus d’avoir recours à des expropriations massives comme c’est souvent le cas avec la construction d’un tram. C’est le gros point positif du téléphérique urbain : dans des villes déjà saturées, où les prix du mètre carré montent en flèche, il représente le moyen de transport ayant le moins d’impact sur le partage des voies publiques… Et peut donc être installé partout, pas uniquement dans les villes montagneuses ! A Grenoble par exemple, le téléphérique prévu pour 2023 ne servira pas à acheminer les habitants dans les montagnes alentours, mais bien à relier deux parties de l’agglomération, sans aucun dénivelé.

Pour construire ces metrocables, comme on appelle celui de Medellin, deux entreprises européennes se partagent le marché. D’un côté l’autrichienne Doppelmayr – Garaventa, et de l’autre la française, POMA. Car en matière de transport par câble, le Made in France est gage de qualité, notamment grâce à l’expertise acquise avec les centaines de remontées mécaniques installées sur l’ensemble des massifs montagneux français. Et s’il y a une chose que POMA a bien comprise, c’est qu’avec la diminution des investissements des stations de ski et le manque de neige, le futur des téléphériques se trouve au cœur des villes. Née en Isère en 1936, l’entreprise est présente dans 83 pays avec plus de 8 000 installations, et se tourne aujourd’hui de plus en plus vers l’urbain. De la Roosevelt Island de New York à l’aéroport du Caire, elle a réussi à prouver les avantages de ses solutions à de nombreuses villes à travers le monde, et en particulier Medellin.

A Medellin, le téléphérique Made in France vecteur de transformation urbaine.

La ligne K de Medellin est en service depuis 2004. Depuis, 4 autres lignes ont été lancées : J, L, H, M. La ligne P, 6ème et dernière du réseau, est en cours de construction.

La ligne K de Medellin est en service depuis 2004. Depuis, 4 autres lignes ont été lancées : J, L, H, M. La ligne P, 6ème et dernière du réseau, est en cours de construction.

Dans la capitale économique de la Colombie se dessine un nouveau modèle de mobilité urbaine porté par le câble. Depuis 2004, la ville s’est lancée dans une transformation radicale de son système de transport pour créer davantage de mixité sociale. Le metrocable a permis de désenclaver les quartiers supérieurs de la ville, à flanc de montagne, jusqu’alors abandonnés par les pouvoirs publics, aux mains des cartels et gangs locaux. Aujourd’hui, 5 lignes sont déjà en service et la 6ème est en cours de construction. La singularité de Medellin : son réseau de téléphériques était le premier au monde à être directement relié au métro. Une façon avant-gardiste de penser multi-modalité. En un peu plus de 10 ans, la ville a ainsi réussi à se métamorphoser, et à faire du metrocable un transport indispensable pour la population, capable d’accueillir près de 220 000 passagers par jour sur 14 kilomètres de lignes. Seul moyen de transport en mesure d’accéder aux zones reculées de Medellin, le metrocable a montré qu’il peut être force de transformation urbaine, au moins lorsqu’il n’y a pas d’alternative crédible.

Attention, ce n’est pas non plus une solution miracle.

Évidemment, le transport par câble possède aussi ses défauts : à l’inverse d’autres transports, souvent beaucoup plus longs et chers à construire, il nécessite beaucoup (beaucoup) de maintenance. C’est là sa grande faiblesse. Déplacer des gens suspendus dans le vide demande un suivi régulier, des opérations et interventions fréquentes, et surtout une réelle expertise. Le faible coût de construction est alors contrebalancé par des frais de maintenance importants. Et à la différence d’une station de ski qui a l’habitude de gérer les pannes et les risques liés aux intempéries, les exploitants de transports urbains manquent régulièrement des compétences nécessaires pour assurer la sécurité des installations. Même à Medellin, où l’entreprise du Métro de Medellin est en mesure de gérer directement l’exploitation et les opérations basiques de maintenance, les frais restent très chers… Ce qui pousse la ville, avec bientôt 6 lignes à opérer, à se tourner vers d’autres solutions de transports pour l’avenir. Car ce temps de maintenance est aussi un temps où la ligne ne peut pas être en service, et donc garantir le transport des passagers. Par exemple, pour faire face à son pire ennemi, la foudre, le téléphérique doit être systématiquement interrompu. Ne pouvant s’adapter partout, il n’est donc pas non plus une solution miracle. Sa mise en place nécessite un suivi opérationnel et des investissements de long terme, et doit résulter d’un choix stratégique fort, que beaucoup de villes ne font pas forcément.

Une expérience unique pour explorer un autre espace urbain.

Au-delà des forces et des faiblesses (rapidité d’installation, fort coût à la maintenance), le transport par câble offre surtout une expérience unique pour se déplacer, aux antipodes de celle du métro. Fini la descente dans les profondeurs urbaines, au cœur de la pénombre et de l’obscurité : le téléphérique offre une vue panoramique sur la ville, surplombe l’horizon. A Medellin, tout en conservant son utilité première de gestion des déplacements pendulaires, c’est devenu le top 1 des attractions touristiques selon Tripadvisor. Finalement, c’est peut-être ça qui fait du téléphérique un transport d’avenir : offrir aux usagers un moment hors du temps, qui les poussera à changer leurs habitudes, et peut-être à abandonner leur véhicule personnel. Trop souvent, on imagine avec enthousiasme que les voitures autonomes envahiront nos routes. Mais pourquoi s’entêter à laisser les routes aux voitures ? Redonnons la priorité aux piétons, aux cyclistes, et depuis nos télécabines, explorons un autre lieu de l’espace urbain : le ciel.

Across The Blocks
+ 3 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir