Faire place commune

14 Juin 2024 | Lecture 5 min

Quel avenir pour nos bureaux de poste ? Autrefois épicentres vivants de nos quartiers, les bureaux de poste tentent à présent de survivre face au géant numérique. Baisse de la fréquentation et diminution des échanges épistolaires obligent ces structures à révolutionner leur modèle serviciel et économique. Certains bureaux de poste disparaissent purement et simplement : ils sont relégués chez un commerçant labellisé “point relais” ou dans une agence de la mairie communale. À Plessé, commune rurale située en région Pays de la Loire, la Municipalité a saisi cette opportunité pour co-construire, avec la poste locale, un projet territorial novateur. Elle a invité des étudiants du City Design Lab de L’École de design Nantes Atlantique à se joindre à la réflexion autour d’un projet de « Place commune ». En voici les contours.

Le brief de départ

Le groupe La Poste et la Municipalité souhaitent travailler ensemble au développement d’une nouvelle organisation servicielle, une nouvelle gestion des espaces ainsi qu’une réflexion sur le bureau de poste attenant à la Mairie sur la place centrale, ainsi que sur l’aménagement du cœur de bourg.

L’accompagnement de La Poste comme acteur des transitions territoriales amène une dynamique nouvelle au territoire et l’approche par le design vise à accompagner les acteurs dans la définition programmatique globale (espace, service, produit, etc.) en lien avec les besoins des usagers et du territoire dans une démarche circulaire participative et “systémique”.

La démarche vient conforter le modèle de gouvernance participatif original de la Commune de Plessé et souhaite que toutes les parties prenantes (élus, habitants, associations, commerçants, etc.) soient associés à cette réflexion.

Design et démarche participative

Les acteurs

Le Master City Design est un laboratoire de recherche et d’étude portant sur les enjeux des villes et des territoires. Deux enseignants ont encadré et guidé un groupe de 7 étudiants à travers ce projet : Frédérique Letourneux, docteure en sciences humaines et sociales et Julien Dupont, architecte/maker.

Les principaux acteurs de ce projet sont :

1- des représentants de La Poste de Plessé ; 2- des employés de la Municipalité de Plessé ;

  • des intervenants pédagogiques de L’École de design de Nantes
Atelier citoyenneté à Plessé le 4 décembre 2023 ©L’École de design Nantes Atlantique

Atelier citoyenneté à Plessé le 4 décembre 2023 ©L’École de design Nantes Atlantique

Sur le terrain

Selon les étudiants : « La prospection et l’expérimentation, c’est un peu comme partir à la rencontre du terrain et essayer par tous les moyens de le faire parler. C’est interroger ce qui est évident et ce qui l’est moins.»

En effet, traduire ce langage silencieux permet de réaliser une analyse fine de la ville. Ainsi, le projet qui se dessine, au fil du temps, harmonise les pratiques territoriales de la ville avec la réalité brute du terrain.

Les étudiants ont initié leurs investigations sur le terrain en octobre 2023

: « Durant un après-midi, nous avons arpenté spontanément le territoire à la rencontre des habitants et des paysages Plesséens. Ce qui nous a permis de nous imprégner de son ambiance et d’établir un portrait sensible de la ville. »

Terrain, lancement du projet le 3 octobre 2023

Terrain, lancement du projet le 3 octobre 2023

L’ensemble de l’équipe a parcouru Plessé à la recherche de tout ce qui pouvait s’avérer utile à son étude de terrain : complexité, fonctionnement et mécanismes de l’écosystème local.

Les ateliers participatifs

Les jeunes designers ont pris l’initiative d’organiser plusieurs ateliers participatifs entre octobre et décembre 2023 :

  • un premier temps avec les élus ;
  • une seconde session de concertation avec les habitants intitulée “Plessé de demain” ;

Des questionnements ont jalonné ces échanges : quelle relation quotidienne entretiennent les citoyens avec le centre-bourg ? Quel est leur rapport avec les paysages environnants ? Comment pratiquent-ils la ville de Plessé ?

Schéma de synthèse de la première phase de réflexion ©L’École de design Nantes Atlantique

Schéma de synthèse de la première phase de réflexion ©L’École de design Nantes Atlantique

Atelier de restitution de la phase 1 à L’École de design Nantes Atlantique avec les partenaires La Poste et l'administration de Plessé ©L’École de design Nantes Atlantique


Atelier de restitution de la phase 1 à L’École de design Nantes Atlantique avec les partenaires La Poste et l’administration de Plessé ©L’École de design Nantes Atlantique

Suite aux ateliers, les données ont été analysées, assorties d’une recherche complémentaire. Ces observations ont pris la forme d’une matrice dont ressortent 3 enjeux forts : la mobilité, les services et le territoire.

Un projet territorial à 4 voies

Quelles ambitions pour la “Place commune” ?

Soutenir la biodiversité, revitaliser la commune, valoriser son identité singulière, dynamiser sa vie sociale… Voici une dizaine de grandes lignes qui ont guidé le groupe d’étudiants pour imaginer ce projet :

  1. Agir pour accroître la résilience des territoires ruraux et le redéveloppement immédiat de la biodiversité actuelle (stopper toute artificialisation des sols, limiter l’étalement urbain) ;
  2. Revitaliser le centre-ville de Plessé, un centre économique et administratif de la communauté des communes ;
  3. Valoriser l’identité du territoire, redonner fierté et sentiment d’appartenance aux habitants de Plessé ;
  4. Proposer un espace éducatif d’informations et d’échanges ;
  5. Encourager le prototypage et la notion de dispositif mobile ;
  6. Susciter les rencontres, stimuler les liens sociaux et intergénérationnels entre les habitants ;
  7. Être en capacité d’accueillir de grands évènements ;
  8. Devenir un lieu ouvert ;
  9. Utiliser les matériaux, les techniques et savoir-faire locaux très faiblement carbonés ainsi que le réemploi ;
  • Initier de nouvelles manières de se déplacer sur le

À l’issue de ces phases de réflexion, 4 propositions ont émergé pour répondre aux besoins et aux attentes des Plesséens.

4 aménagements urbains pour “Faire place commune”

La proposition d’aménagement de la place où se situe l’actuel bureau de poste se déploierait de manière protéiforme.

Axes de réflexion sur les concepts de la “Place Commune” ©L’École de design Nantes Atlantique 

Axes de réflexion sur les concepts de la “Place Commune” ©L’École de design Nantes Atlantique

  1. La Terrasse : localisée sur le parvis, elle offrirait un espace aéré et végétalisé pour “renaturer la ville” grâce aux places, parkings et L’idée ? Faire de ce lieu une continuité de la mairie, l’épicentre de la commune et le moteur d’une nouvelle dynamique territoriale à Plessé.
Perspective future de la mairie de Plessé en 3D, mur d'exposition ©L’École de design Nantes Atlantique

Perspective future de la mairie de Plessé en 3D, mur d’exposition ©L’École de design Nantes Atlantique

Cette  infrastructure  permettrait  aussi  de   dynamiser  le   centre administratif de la commune.

  1. Les Repères : création d’une Maison de la citoyenneté, lieu pilote et annexe de la Il s’agirait de bâtir un véritable repère collectif : un lieu symbolique de proximité et d’entraide, ouvert à tous.

Cette structure accueillerait les services postaux et le dispositif France services, aujourd’hui délégués aux bureaux de la mairie.

Perspective de l'Espace Repères ©L’École de design Nantes Atlantique

Perspective de l’Espace Repères ©L’École de design Nantes Atlantique

Des espaces de travail flexibles et fonctionnels seraient mis à disposition du public, générant une expérience conviviale et pratique du temps passé au bureau de poste.

  1. La plateforme : est née de la volonté de rendre les services et commerces accessibles à tous les habitants de Plessé, y compris ceux vivant dans les 3 bourgs. Le concept ? Un service ambulant de proximité utile et modulable, évoluant au gré des saisons et des besoins des
Planche d’inspiration : dispositifs mobiles

Planche d’inspiration : dispositifs mobiles

L’espace intérieur serait conçu pour accueillir 1 ou 2 personnes et quelques mobiliers d’assises, de support et de stockage. Dédié à la vente ambulante, il y aurait de petits étalages pour disposer des produits, un espace de stockage et une zone intérieure pour la caisse enregistreuse.

Photomontage, concept de roulotte sur la place du Dresny ©L’École de design Nantes Atlantique

Photomontage, concept de roulotte sur la place du Dresny ©L’École de design Nantes Atlantique

La plateforme pourrait aussi proposer des services potentiels non marchands aux usagers, tels que :

#   France  services  (aide   aux   démarches   administratives,  mise   à disposition d’un ordinateur et d’une imprimante ) ;

# un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) ; # des services de la Poste ;

# un espace socioculturel.

Photomontage, concept de roulotte sur une place au Coudray ©L’École de design Nantes Atlantique

Photomontage, concept de roulotte sur une place au Coudray ©L’École de design Nantes Atlantique

  1. Le réseau vert : vise à réenchanter les déplacements du piéton, du cycliste et de l’automobiliste face aux questions ayant émergé de l’étude de terrain : comment faire cohabiter une diversité de mobilités sur un même territoire ? Comment rendre l’expérience de circulation sur le territoire fluide et rassurante ?

La notion de parcours s’est révélée comme étant le format idéal à initier, avec de nouvelles manières de se déplacer sur le territoire. Marcheur, cycliste et automobiliste se côtoient dans un espace où la biodiversité reprend ses droits.

Photomontage de la perméabilité des sols dans le bourg de Plessé ©L’École de design Nantes Atlantique

Photomontage de la perméabilité des sols dans le bourg de Plessé ©L’École de design Nantes Atlantique

Des zones cyclables et des zones piétonnes s’insèrent dans la zone automobile actuelle. Tout au long du parcours, un circuit végétal propose des haltes dans des observatoires dédiés à la contemplation de la biodiversité. Enfin, la libération des sols imperméables au profit de sols perméables ou semi-perméables permet de métamorphoser les trottoirs existants en sentiers piétons.

Un mot de la fin… ou du début ?

Symbole fort de la notion de service public dans l’imaginaire collectif, la Poste revêt de nouvelles formes et couleurs avec cette “Place commune” imaginée par les designers. Elle illustre la forte volonté d’acteurs Plesséens d’accompagner le changement et d’ouvrir le champ des possibles à de multiples imaginaires.

Le groupe d’étudiants nous confie : « On espère que ce projet est le début d’un changement, d’une transformation et qu’il résonnera d’une manière ou d’une autre chez chacun d’entre vous. À l’image de la petite graine qu’on sème, qui germe, fleurit et s’épanouit sur un sol fertile. »

L'École de design Nantes Atlantique
+ 196 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir