Facebook met un pied dans la ville

Pop up store Facebook - Hope&Glory
27 Sep 2019 | Lecture 3 minutes

Facebook veut s’installer près de chez vous. Après un Summer Camp cet été à la Villette où il était possible de rencontrer les principaux groupes et communautés françaises du réseau social, l’entreprise ouvre des cafés éphémères à Londres et Édimbourg. Cette opération de séduction s’inscrit dans une stratégie des entreprises de la tech pour renforcer leur présence en ville.

Café confidentialité

Si vous habitez Londres, vous avez pu tomber sur un des pop-up stores que Facebook avait installé dans la capitale anglaise. Pendant quelques jours, le principal réseau social au monde a posé ses valises dans des cafés anglais et ainsi ouvert ses premiers « Facebook Cafés » éphémères. Le temps d’un latte offert par la maison, des conseillers Facebook réalisaient avec vous un bilan de vos paramètres de confidentialité. Une drôle d’opération de communication, alors que l’entreprise enchaîne les scandales en matière de protection des données personnelles.

C’est d’abord dans le décor de l’Attendant – d’anciennes latrines publiques victoriennes transformées en café branché – que l’opération a eu lieu, fin août. Elle a ensuite déménagé dans d’autres cafés au Royaume-Uni jusqu’au 5 septembre.

Dans nos pop-up cafés, vous pouvez vous faire aider et conseiller sur le changement de vos paramètres de confidentialité, et cela prend tout juste le temps qu’il faut pour faire une tasse de café

a résumé Steve Hatch, vice-président de Facebook Europe du Nord. D’après l’entreprise, plus de 25% des londoniens ne savent pas comment modifier ces paramètres.

“Big Barista is watching you”

« The future is private » déclarait Mark Zuckerberg en mai dernier pendant la conférence annuelle de l’entreprise. Il dévoilait alors une nouvelle version du réseau social davantage tournée vers la notion de vie privée. Il affirmait ainsi vouloir transformer la « place publique » qu’est Facebook en un « salon ». L’exercice est périlleux. Le business model de l’entreprise repose sur les revenus publicitaires. L’année dernière, 98% du chiffre d’affaire de Facebook était tiré de la publicité ciblée qui dépend des données utilisateurs. Pour fonctionner efficacement, Facebook a besoin que ses usagers partagent toujours plus de contenu.

Keynote de Mark Zuckerberg en 2018 - Anthony Quintano/Wikipédia

Keynote de Mark Zuckerberg en 2018 – Anthony Quintano/Wikipédia

Mi-août, Bloomberg révélait l’existence de contrats entre Facebook et des prestataires chargés de retranscrire des discussions Messenger privées. Un mois plus tôt, l’autorité de la concurrence américaine condamnait l’entreprise à une amende record de 5 milliards de dollars pour avoir insuffisamment protégé les données de ses utilisateurs, suite à l’affaire Cambridge Analytica. Commentant la nouvelle stratégie du réseau social, le journaliste du Monde Martin Untersinger tranche « Mark Zuckerberg ne comprend pas – et n’a jamais compris – le concept de vie privée ». En effet, le réseau social est conçu pour protéger la vie privée des usagers vis-à-vis d’autres usagers, mais pas vis-à-vis de la plateforme elle-même. Autrement dit, la « place publique » et le « salon » sont sur écoute…

Shebam ! Pop up ! Wizz !

Au delà de l’opération de communication sur les données personnelles, c’est le format qui doit retenir l’attention. De plus en plus de géants de la tech s’efforcent d’augmenter leur présence en physique, à proximité de leur clientèle. Pour cela, le format des pop-up stores (magasins éphémères) semble gagner en popularité depuis quelques années. Il permet à des entreprises de créer l’événement à moindre coût et d’améliorer leur relation avec les clients. Sortie d’un nouveau produit phare, édition limitée, partenariat avec une autre marque, événement saisonnier (comme la fête des mères ou Halloween), tous les prétextes et toutes les techniques sont bonnes pour donner envie au consommateur.

Pop up store Amazon dans un centre commercial à Miami - Phillip Plessar/Flickr

Pop up store Amazon dans un centre commercial à Miami – Phillip Plessar/Flickr

Amazon avait jusqu’à récemment plusieurs dizaines de pop up stores aux États-Unis qui lui permettaient de mettre en avant des vendeurs disponibles sur sa plateforme, ou même ses propres produits comme l’enceinte connectée.

Le pop-up store est né comme un simple test, il semble qu’il devienne un moyen d’optimiser leur stratégie de vente

explique au New York Times Simon Siegel, analyste financier chez Instinet. « Tout compte fait, les magasins sont mieux que la vente en ligne », les gens veulent voir et toucher un produit avant de l’acheter. La combinaison de la vente en ligne et des boutiques en dur permettrait de booster la présence et la visibilité d’une entreprise tout en permettant des opérations marketing très ciblées.

Qui sait si demain votre petit café du coin portera le nom d’un GAFAM ?

Usbek & Rica
+ 650 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir