50% des arbres en ville sont en danger : quelles solutions pour les sauver ?

13 Mar 2023 | Lecture 3 minutes

La végétalisation de l’espace public est évidemment un prérequis pour lutter contre le changement climatique. Mais en parallèle, l’augmentation des aléas climatiques, notamment les sécheresses, font peser un risque majeur sur les arbres en zones urbaines. À l’échelle mondiale, au moins 50% des arbres seront en situation de risque d’ici 2050. Pour faire face à cette situation, il existe différentes méthodes et outils qui sont à prendre en compte dès aujourd’hui.

En septembre 2022, une équipe de chercheurs de différentes nationalités, comprenant un scientifique du CNRS, a publié une étude dans la prestigieuse revue Nature Climate Change sur le risque encouru par les arbres plantés en milieu urbain vis-à-vis du réchauffement climatique. Cette analyse représente la première étude à grande échelle sur la manière dont la végétation urbaine doit s’adapter à l’augmentation des températures et des périodes de sécheresse. Et comme il fallait s’y attendre, les résultats de cette étude sont préoccupants. Les scientifiques estiment ainsi qu’entre 56% et 65% des espèces d’arbres en milieu urbain à travers le monde sont déjà en situation de risque vis-à-vis du climat. D’ici 2050, ce risque pourrait affecter entre 68% et 76% des arbres.

Or, les villes ont désespérément besoin de la nature pour lutter contre les effets des aléas climatiques extrêmes. Et sur ce sujet, l’arbre joue un rôle capital dans la régulation climatique des villes. En effet, sans lui, nos infrastructures urbaines, qui sont de nature minérale, se changent en véritables fours. La présence des arbres permet ainsi de réduire la température en ville, de gérer les eaux de pluie et d’éviter les inondations. Et puis, il ne faut pas non plus négliger son rôle dans la préservation de notre biodiversité en milieu urbain, ainsi que son apport esthétique indéniable.

© cegoh sur Pixabay

Anticiper le climat de demain

Pour faire face à cette problématique, les scientifiques recommandent aux villes d’anticiper dès aujourd’hui les évolutions du climat, en particulier l’augmentation des périodes de sécheresse… en été comme en hiver. Une question particulièrement d’actualité en ce début d’année 2023 marqué par une sécheresse hivernale historique, avec 32 jours consécutifs sans pluie significative à l’échelle de la France.

Et c’est bien là l’un des enjeux clés de la végétalisation des villes. Les collectivités savent bien que l’arrosage public sera de plus en plus contraint dans les prochaines années. Ce qui est paradoxal avec le fait d’augmenter le couvert végétal. Il faut donc miser sur des essences qui sont plus tolérantes à la chaleur et qui sont moins gourmandes en eau. Il existe des outils pour cela. Dernièrement, le Cerema, par exemple, a lancé l’outil « Sésame » (Services EcoSystémiques rendus par les Arbres, Modulés selon l’Essence), qui répertorie 85 espèces d’arbres et d’arbustes ainsi que leurs contraintes respectives et leur capacité à s’adapter localement au changement climatique.

© Korvit78 sur getty images

Mieux gérer l’eau en ville

Un autre aspect crucial pour permettre aux arbres plantés en zones urbaines de s’adapter au climat de demain, c’est la question de l’eau et la nécessité pour les collectivités locales de travailler dès aujourd’hui sur des infrastructures permettant de capter les eaux pluviales en ville et de les réutiliser. C’est par exemple ce que propose l’entreprise Vertuo, qui développe des systèmes pour permettre d’optimiser l’arrosage en ville. L’une des solutions consiste à installer un système de récupération des eaux de surface le long des espaces de circulation (pistes cyclables ou trottoirs) afin d’y récupérer l’eau de pluie pour alimenter les végétaux à proximité.

Une autre startup française, urbasense, propose une solution plus technologique basée sur des capteurs qui mesurent en temps réel les besoins hydriques des végétaux afin d’optimiser l’arrosage. L’entreprise revendique une économie d’eau de l’ordre de 30% à 70% sur l’arrosage municipal. Une manière de mieux préserver sa ressource pour mieux protéger les plantes. Ces types de solutions pour optimiser la ressource en eau ainsi qu’une anticipation du réchauffement climatique avec la mise en place d’arbres adaptés à un climat plus chaud sont ainsi deux réflexions que les territoires doivent mener rapidement.

Les Horizons
+ 97 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir