Les tours remplaceront-elles le périphérique ?

22 Mai 2018

Régulièrement répétée par la Mairie de Paris, la volonté de briser la barrière du périphérique reste un défi social et environnemental majeur pour la capitale. Mais à l’heure du Grand Paris, la concertation entre Paris et ses voisines semble encore laborieuse et les principaux projets pour recoudre le tissu urbain semblent prendre la forme de gratte-ciel. Dans la métropole parisienne de demain, une enceinte de tours remplacera-t-elle la ceinture du périphérique ?

Les Tours Duo doivent "imprimer leur marque au quartier Masséna-Bruneseau"

Les Tours Duo doivent « imprimer leur marque au quartier Masséna-Bruneseau » – Capture d’écran/Ivanhoé Cambridge

Cet article fait partie d’une série sur l’avenir du périphérique.

Casser la frontière du périphérique

Le nouveau Palais de Justice de Paris vient d’être inauguré dans le quartier Clichy-Batignolles et semble incarner une double tendance en cours dans l’urbanisation de la capitale. D’une part une tendance à l’aménagement de la périphérie parisienne longtemps négligée, dans un mouvement qui part du centre vers l’extérieur. D’autre part une tendance à prendre de la hauteur, comme le confirment ses 160 mètres, comparables aux 180 mètres des Tours Duo, de la tour Triangle (respectivement à la limite des 13ème et 15ème arrondissements). On peut se réjouir de cette volonté de redessiner les quartiers en lisière parisienne et ainsi de pouvoir espérer un renouveau dans une zone sinistrée par le boulevard périphérique. C’est d’ailleurs l’ambition affichée par la Mairie de Paris, comme le confirmait Célia Blauel, adjointe au maire de Paris, lors de la présentation du plan climat de la capitale en novembre dernier : « Peu à peu, je pense qu’il faut qu’on casse cette fracture totalement artificielle créée par le périphérique entre Paris et les autres communes ».

Pour autant, il semble nécessaire de s’interroger sur la multiplication de projets de grande hauteur dans cette zone, alors que le paysage parisien est fortement déterminé par le standard haussmannien entre  18 et 24 mètres. En effet, à vouloir « casser la fracture » par des tours, ne risque-t-on pas de construire une nouvelle muraille séparant un Paris historique bas du Grand Paris haut et moderne ?

Plan des fuseaux de protection du quart nord-est parisien

Plan des fuseaux de protection du quart nord-est parisien – PLU

Une affaire de perspectives

En 1974, la ville de Paris avait interdit la hauteur pour mettre fin à l’expérience douloureuse des grands ensembles des quartiers de la place des Fêtes ou d’Italie et de la tour Montparnasse. Toutefois, le plan local d’urbanisme (PLU) adopté en 2007 avec Bertrand Delanoë, qui sera modifié à trois reprises en 2010, 2013 et 2016, permet dans certains secteurs des immeubles de 50 mètres pour le logement ou exceptionnellement des immeubles de très grande hauteur avec mixité de programme dans Paris. Interrogé par Demain la Ville, Bernard Landau, architecte voyer général honoraire de la ville de Paris nous donne quelques explications : « Il existe un document très savant dans le PLU, dans lequel les plafonds des hauteurs et des fuseaux de protection sont définis pour des raisons de préservation du grand paysage. Les hauteurs à Paris, dans l’enceinte du périphérique sont normalement limitées selon les secteurs à 18, 25, 31 ou 37 mètres. » Certains projets peuvent aujourd’hui bénéficier de dérogations, notamment pour leur exemplarité énergétique ou environnementale. L’architecte constate que les projets de tours et bâtiments de grande hauteur qui comme à Batignolles, Paris Rive-Gauche et bientôt Bercy Charenton se construisent aujourd’hui dans Paris, dépassent tous la silhouette du vélum parisien définie par ce plafond de hauteurs.

Impliqué sur le projet du Palais de Justice, Bernard Landau explique comment s’est déterminée la hauteur exacte du bâtiment : « L’APUR a fait tourner des systèmes informatiques une nuit entière afin de calculer si le bâtiment était visible à hauteur de piéton depuis toutes les rues de Paris. En particulier sur certaines perspectives : par exemple il ne fallait pas que le volume et la hauteur du Palais de Justice écrase l’Arc de Triomphe lorsqu’on regarde depuis l’avenue de Kléber. C’est comme ça qu’on a conclu qu’on ne pouvait pas dépasser 160 mètres et que cette règle a été imposée aux architectes en compétition pour ce bâtiment emblématique. » Mais si la capitale s’est doté de telles réglementations, ce n’est le cas ni pour les villes voisines ni au niveau de la métropole. Ce qui peut expliquer une urbanisation plus haute et moins homogène dès que l’on passe le périphérique. « Ça serait très intéressant de travailler comme ça à l’échelle de l’agglomération ou de la proche banlieue, mais actuellement la tendance est plutôt de faire monter les constructions dès que possible ».

Fiches comparatives des hauteurs parisiennes

Fiches comparatives des hauteurs parisiennes – Le Monde

Réinventer la hauteur

Mais alors pourquoi « monter dès que possible » ? L’adjoint à la mairie de Paris chargé de l’urbanisme Jean-Louis Missika résume la situation au Monde de manière catégorique : « On ne peut pas à la fois vouloir un quartier mixte, des équipements, des commerces, des espaces publics et refuser la hauteur : ça ne tient ni d’un point de vue économique ni du point de vue de l’urbanisme ». Si l’affirmation semble exagérée sur le plan de l’urbanisme (comme l’atteste le modèle haussmannien qui est à la fois bas, dense et permet par ailleurs une forte mixité d’usages), elle souligne l’importance du modèle économique sur la forme d’un bâtiment.

« On voit ressurgir depuis une bonne dizaine d’années l’éloge de la hauteur, analyse Bernard Landau. J’explique cela par une pression foncière due à l’attractivité de la zone dense. Le cumul de la rareté du foncier et de l’attractivité du territoire fait que la forme urbaine s’élève. Ce n’est pas une mode architecturale, c’est quasiment le mécanisme du marché ». Dans un marché au rayonnement international tel que Paris, le foncier est une valeur sûre en hausse constante. Les promoteurs seraient donc incités à voir plus grand pour amortir leur charges foncières et booster leur rentabilité. « Il y a une nouvelle forme de financiarisation du territoire qui n’existait pas à la fin du XXème siècle. La question de la hauteur n’est pas inéluctable en elle-même, elle demanderait des réflexions structurelles sur les questions foncières à l’échelle métropolitaine ».

Vue du quartier du Front de Seine

Vue du quartier du Front de Seine (15ème arrondissement) – Flickr

Planifier ou non ?

Cette logique économique semble favorisée depuis la création du concours « Réinventer Paris » en 2014 par Jean-Louis Missika. En effet, celui-ci a profondément transformé la manière dont les projets immobiliers voient le jour à Paris. Avec pour objectif de revitaliser des sites délaissés de la capitale, la mairie choisit des terrains qui lui appartiennent et invite les promoteurs du monde entier à y monter un projet. Cette logique est plus rapide que les appels d’offre classiques, elle coûte également moins cher à la municipalité et permet de donner naissance à des projets ambitieux et innovants en termes sociaux, écologiques et urbains. Elle oblige par la même les opérateurs à trouver leur montage financier et faire leurs offres à la ville.

Le concours et ses émules (Inventons la Métropole, Réinventer la Seine…) ont également un revers qui est de morceler le territoire en parcelles d’exception. Afin de remporter le concours, de grands promoteurs s’associent aux meilleurs architectes pour imaginer un bâtiment iconique. Mais celui-ci ne répond pas nécessairement à une planification plus globale décidée par les pouvoirs publics. C’est en tout cas le propos d’une tribune collective publiée dans les Échos à la mi-avril : « Les appels à projets de type « Réinventer » viennent rebattre les cartes en transférant aux opérateurs immobiliers la responsabilité de définir le contenu des projets là où des appels d’offres plus classiques reposaient sur des injonctions plus explicites de la puissance publique ».

« Personnellement, je crains que nos enfants nous disent qu’on a refait avec le style architectural branché d’aujourd’hui, ce qu’on faisait avec d’autres formes dans les années 60 » s’inquiète finalement Bernard Landau au sujet de cette zone périphérique. En effet, si la promesse de casser la frontière du périphérique ne s’accompagne pas d’une intervention plus forte des pouvoirs publics, les tours finiraient peut-être par obscurcir l’horizon parisien.

Usbek & Rica

Vos réactions

PONTIES 23 mai 2018

Oui pour le grand paris avec de beaux gratte-ciels mais il faut une harmonie une perspective des espaces verts….
S’inspirer de time square.
Ne jamais oublier la nécessaire harmonie de vie pour les hommes.
A cet égard je trouve le quartier de la défense assez austère.
A ne pas renouveler .planification harmonie et continuité avec l ‘existant.

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir