Et si on changeait de regard sur nos hôpitaux ?

4 Mai 2017

À l’occasion de la récente publication des Cahiers du Patrimoine, L’hôpital en France du Moyen- Âge à nos jours, la question de l’hôpital en ville a été remise à l’honneur.  Aujourd’hui, les hôpitaux sont généralement décriés et perçus comme des espaces négatifs, qu’on ne veut pas voir en bas de chez soi. Cependant, depuis quelques années, les aménageurs et les concepteurs tentent de changer l’image des hôpitaux et de les réintégrer à nos villes, en les transformant en véritables quartiers. Que ce soit dans les hôpitaux encore en activité ou ceux qui sont réinvestis à l’image des Grands Voisins à Paris, ou de l’Hôtel-Dieu à Lyon, l’hôpital a de nouveau de belles perspectives devant lui ! Alors, comment intégrons-nous ces équipements dans nos villes et de quelle manière font-ils partie de notre urbanité quotidienne ?

Des hôpitaux qui s’intègrent aux villes

Nombreux sont les hôpitaux qui ont été initialement construits en périphérie des villes, non pas tant pour protéger les malades des désagréments urbains, mais plutôt pour protéger les urbains des malades. Mais petit à petit, l’hôpital a pénétré les enceintes de nos villes. En effet, avec l’expansion urbaine, ces infrastructures ont fini par être incluses dans le tissu urbain, néanmoins, elles n’y ont pas été intégrées pour autant. Objet urbain généralement décrié, l’hôpital se réinvente depuis quelques décennies. À force d’inventivité de la part des architectes et des décideurs, l’hôpital est en passe de devenir un véritable ensemble urbain intégré et en interaction avec la ville.

L’hôpital, par les besoins techniques et logistiques auxquels il répond, est un équipement urbain particulièrement contraint dans sa forme. Initialement conçu comme un ensemble de petits pavillons isolés pour éloigner les malades les uns des autres, l’hôpital a progressivement muté, de l’hôpital-bloc des années 30 à l’hôpital socle-tour à partir des années 50, il a été dessiné comme une entité de plus en plus imposante, repérable de loin, qui devient un symbole de l’État.

Cependant, à partir des années 90, l’architecte Pierre Riboulet va profondément modifier cette perception des hôpitaux et la place que ces derniers occupent au sein de nos villes. En écrivant : « L’architecte, par son travail de transmutation du programme, d’épiphanie qui fait apparaître dans l’espace un programme abstrait, peut proposer des lieux, des formes, auxquels ni les programmateurs ni les utilisateurs n’avaient pensé » il pose les jalons d’un hôpital ouvert sur la ville et qui dialogue avec cette dernière.

Il va mettre son principe en action notamment avec la construction de l’hôpital Robert Debré, à Paris, dont il sera l’architecte en chef. Il met – entre autres – au point le principe de « rue hospitalière ». Cette nouvelle forme de rue créée une transition pour les enfants hospitalisés, afin qu’ils puissent aisément passer de leur statut de patient à une forme de quotidien adapté à leurs besoins.

 

 

Concrètement, ça donne quoi ?

Il s’agit d’une rue intégrée à l’hôpital qui garantit une implantation d’équipements davantage urbains qu’hospitaliers : crèche des enfants du personnel, « maison de l’enfant », boutiques, cafétéria du public, école réservée aux enfants hospitalisés… Pour couronner le tout, la rue est équipée d’un belvédère circulaire qui offre un panorama saisissant sur la capitale parisienne ! Ainsi, bien qu’hospitalisés, la proximité avec des services urbains classiques permet aux enfants de se sentir encore faisant partie d’une urbanité et ne les astreint pas à une position de « malade ». La pensée de Pierre Riboulet va avoir de nombreux échos et par exemple, l’architecte Aymeric Zublena décline cette formule pour l’hôpital européen Georges Pompidou en dessinant une rue hospitalière piétonne de 210 mètres de long qui traverse l’hôpital et qui sert de liaison entre le RER C et le métro. Suivant le même principe, La Maison de Solenn, institut dédié à la prise en charge des adolescents et inauguré en 2004 dans le 14e arrondissement parisien, déploie une longue élévation sur le boulevard du Port-Royal permettant aux jeunes patients de rester en contact avec la ville.

La rue hospitalière de l’hôpital Georges Pompidou

La rue hospitalière de l’hôpital Georges Pompidou. © academie-des-beaux-arts.fr

Quand l’hôpital devient un acteur social

Ainsi, on le comprend, les architectes et concepteurs s’appliquent depuis quelques décennies à intégrer les structures hospitalières au tissu urbain, que ce soit par des vues, des services ou encore des parcours et permettent aux patients de rester dans la vie urbaine.

Mais, si dans leurs formes, hôpital et ville semblent œuvrer vers une réconciliation, n’y a t-il pas une autre aspect, plus fondamental de transformation de l’hôpital au sein de nos villes qui bouleverse le rôle de l’hôpital en lui-même ?

On assiste depuis peu à un véritable bouleversement au sein des hôpitaux qui connaissent des réhabilitations pour le moins audacieuses !

C’est le cas, par exemple, de l’hôpital Hôtel-Dieu à Lyon. Plus vieil hôpital de la ville, ses services ont été transférés vers d’autres établissements et il a définitivement fermé ses portes en 2010. Le site de plus de 52000 m2 en plein cœur de la ville fait ainsi l’objet d’une vaste réhabilitation et d’une reconversion de grande ampleur. L’ancien hôpital va ainsi devenir un hôtel de luxe, qui accueillera également des bureaux et des commerces. Le site promet ainsi de devenir « la nouvelle référence des rendez-vous d’affaires de Lyon » ! Proche du quartier Grollé où le nombre de locaux commerciaux vacants explose, le futur Hôtel-Dieu ambitionne ainsi de proposer une dynamique différente. Le site n’ouvrira qu’en 2018 mais, on le comprend, les investisseurs, décideurs et riverains attendent énormément de cet hôpital, sur lequel repose l’espoir d’insuffler de nouvelles perspectives urbaines.

Perspective du futur visage de l’Hôtel-Dieu à Lyon.

Le futur visage de l’Hôtel-Dieu à Lyon. © www.brefeco.com

Si le projet lyonnais est donc attendu avec impatience, d’autres projets de reconversions d’hôpitaux font déjà leur preuve ! Ainsi, dans un tout autre genre, c’est le cas de l’hôpital Saint-Vincent de Paul situé dans le 14e arrondissement parisien qui fait mouche !

Cette ancienne maternité parisienne dont la fermeture est annoncée depuis 2004 va être reconvertie éco-quartier d’ici 2018. Or, le temps que le projet sorte de terre, près de deux cent associations se sont installées dans cet ancien hôpital, le transformant en véritable village ! Résultat, ce sont aujourd’hui 3,4 hectares où se côtoient des hébergés d’urgences, des artistes, des entrepreneurs en tous genres en plein cœur de Paris. Le site, est, évidemment ouvert au public, pour boire un verre, pour des visites d’ateliers, des conférences et permet ainsi de mêler les riverains et les habitants de ce nouveau village.

Les Grands Voisins, ce village en plein cœur de Paris !

Les Grands Voisins, ce village en plein cœur de Paris ! © lesgrandsvoisins.org

Et si les hôpitaux en déclin n’avaient donc pas fini de nous surprendre et réussissaient à transformer littéralement certaines pièces urbaines ? Le chirurgien français du XVIIIe siècle Jacques Tenon affirmait en son temps : « Les hôpitaux sont en quelques sortes à la mesure de la civilisation d’un peuple, ils sont plus appropriés à nos besoins et mieux tenus à proportion de ce qu’il est rassemblé, plus humain, plus instruit ». Il semblerait que ces propos aient une certaine actualité aujourd’hui. Les hôpitaux tendent de plus en plus à être des vecteurs de lien social et à avoir une fonction fédératrice au sein de nos villes. Sont-ils pour autant le reflet de notre civilisation ? Nous ne pouvons le dire, mais il semble que les hôpitaux posent les premiers jalons d’une urbanité inattendue et de qualité pour les villes de demain.

Lumières de la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir