Chandigarh, 50 ans après Le Corbusier

23 Nov 2015

L’exposition organisée à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine jusqu’au 20 février 2016 se pose la question du « devenir indien » de cette ville à nulle autre pareille, entre ville et nature, conçue par Le Corbusier il y un peu plus de cinquante ans. Comment Chandigarh s’adapte-t-elle aux défis posés par une urbanisation toujours croissante ? Voici quelques pistes de réponses.

La cascade de Rock Gardens, à Chandigarh (Inde). Copyright : Nilesh Shintre / Flickr

La cascade de Rock Gardens, à Chandigarh (Inde). Copyright : Nilesh Shintre / Flickr

« Tout ce que je croyais savoir sur la ville a été remis en question (…) parce que le soir, les gens prennent leur lit sur l’épaule et vont dormir dehors. » En 1951, Le Corbusier avouait déjà son désarroi face à l’ampleur de la tâche que lui confiait alors le Premier ministre Nehru, quatre ans à peine après l’indépendance de l’Inde. Il fallait au Pendjab une nouvelle capitale digne de ce nom. Pourtant, aussi colossale qu’ait pu lui paraître la conception d’une ville nouvelle, Le Corbusier parvint à réaliser un modèle passionnant d’urbanisme. À l’image de Brasilia, la néo-capitale brésilienne, qui incarne toute la philosophie d’Oscar Niemeyer, le patrimoine architectural de Chandigarh demeure aujourd’hui dans les mémoires par sa singularité. Le bâti conjugue soigneusement la doctrine de Le Corbusier à la culture indienne environnante. Cette ville singulière, conçue pour incarner un pays (re)naissant, reste considérée aujourd’hui comme une sorte d’enclave tellement insolite qu’elle est encore surnommée la « Suisse de l’Inde  ».

Ville et nature : le rôle fondamental des arbres

Chandigarh peut s’enorgueillir d’être une des villes les plus arborées d’Inde. Pour aménager la « cité-jardin », Le Corbusier renonce aux unités d’habitation pour se concentrer sur une définition utile et esthétique de la nature. Il s’associe à l’agronome Mohinder Singh Randhawa, chantre du concept de bio-aesthetic planning. Cette alliance explique la place fondamentale des arbres dans l’histoire de Chandigarh, dont témoignent les dessins de l’architecte, qui s’intéresse de près au rythme de leur croissance et de leur floraison. Son inspiration, Le Corbusier la trouve directement dans l’histoire indienne : « Les instruments astronomiques de Delhi désignent la voie : relier les hommes au cosmos ». Son œuvre se démarque justement de celle d’Edwyn Lutyens, le « père » de New Delhi, dont Le Corbusier rejette la vision urbanistique, et en particulier un aménagement paysager jugé trop « triste ». Les contraintes climatiques sont également prises en compte, et même habilement étudiées, pour permettre à tous les habitants de bénéficier d’un confort résolument moderne.

La « main ouverte » de Le Corbusier demeure le symbole de la « ville nouvelle ». Copyright Raakesh Blokhra Flickr

Ville et nature : la main ouverte du Corbusier

La scénographie de l’exposition est soignée. Chaque visiteur peut se « promener » littéralement dans Chandigarh, pour mieux comprendre ce qui anime Le Corbusier durant les quinze ans qui séparent le début du chantier du décès de l’architecte (1966). Des lits typiquement indiens, les « charpoy », permettent, durant quelques minutes, de visionner plusieurs documentaires sur la ville tournés ces derniers mois. Le bruit des klaxons, des rires, de la musique, des chants, des paons ou des marteaux piqueurs favorise l’immersion dans l’ambiance qui règne à Chandigarh. De nombreux croquis témoignent également de l’investissement personnel de Le Corbusier dans cet incroyable projet. À côté des maquettes représentant le plan de la ville et les différentes habitations qu’il a conçues, des carnets de croquis, des mémentos et des écrans tactiles donnent à voir ses dessins, ses citations et ses réflexions pour approfondir encore ses connaissances sur cet urbanisme dit « en secteurs ».

Un anti-modèle à sauvegarder

Le territoire de Chandigarh est en effet divisé en plusieurs rectangles à la superficie et à la contenance bien définie (800 x 1 200 mètres, pouvant accueillir entre 5 000 et 20 000 habitants). Il s’agit de « mésocosmes », censés former « des mondes en soi entre la maison et la ville. » Ces secteurs offrent de larges espaces ouverts, pas vraiment propices à une circulation rapide. Chacun de ces mésocosmes dispose de collèges, de crèches, de terrains de sports et de commerces, l’ensemble formant une grille bien précise. Au départ, Le Corbusier ne souhaitait pas de « banlieue » pour « sa » ville. Mais l’exposition rappelle qu’aujourd’hui, le cœur historique de la ville « n’est plus qu’un élément d’une vaste agglomération dont les limites et la silhouette se sont dissoutes dans la Tri-City. » Les villes de Mohali et de Panchkula viennent en effet se confondre avec Chandigarh, confrontée au phénomène de la « tâche d’huile » que redoutait Le Corbusier. Initialement conçue pour 150 000 habitants, la ville en compte aujourd’hui plus 1 200 000…

Sans surprise, cette extension territoriale s’est accompagnée d’une augmentation des inégalités. L’idée d’équité pour tous, qui prédominait dans les années 1950, a été battue en brèche : les habitants les plus riches vivent au nord, près du Capitole, et les plus démunis vers le sud, parfois même au-delà des limites administratives du territoire. Néanmoins, Chandigarh constitue toujours une sorte d’antimodèle urbanistique. Un dossier a d’ailleurs été déposé, en 2015, pour obtenir l’inscription de la cité au Patrimoine mondial de l’Unesco. Une initiative prise notamment pour sauvegarder l’impressionnant Capitole de la ville, toujours symbolisée dans l’imaginaire collectif par la célèbre sculpture de la « main ouverte », qui résume la dimension utopique du projet du Corbusier.

Le Palais de l’Assemblée, à Chandigarh, conçu par Le Corbusier. Copyright Duncid Flickr

Le Palais de l’Assemblée, à Chandigarh, conçu par Le Corbusier. Copyright Duncid Flickr

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir