Voiture, vélo et maintenant train : le retrofit s’impose dans le secteur des transports

13 Déc 2023 | Lecture 3 min

Et si, au lieu de fabriquer de nouveaux véhicules bas-carbone, on se contentait de changer la motorisation de ceux qui sont déjà sur le marché ? C’est le principe du retrofit, une tendance qui se déploie à toutes les échelles : mobilités douces, transport routier ou encore transport ferroviaire.

Le secteur du transport représente une part significative des émissions de gaz à effet de serre en France. En 2022, il est ainsi responsable de 32% de nos émissions nationales. C’est l’usage de la voiture individuelle qui se distingue en contribuant à la moitié de ce chiffre, suivi par le fret et la livraison.

Face à ce défi environnemental, l’électrification du parc automobile est aujourd’hui la solution privilégiée par les pouvoirs publics. Une transition qui pose des défis industriels majeurs, notamment des problématiques liées à l’approvisionnement en matières premières et des défis en termes de transformation des usines et de gestion des compétences. De plus, avec environ 39 millions de véhicules actuellement en circulation en France, électrifier l’ensemble du parc automobile représente un défi colossal. À fin 2022, on compte à peine 1 million de véhicules électriques en circulation dans l’hexagone.

Aussi, pour accompagner ce changement de paradigme dans l’automobile, une pratique est en train d’émerger ces dernières années : la conversion d’un véhicule thermique en électrique. Connue sous le nom de retrofit, ce procédé propre à l’économie circulaire offre plusieurs avantages. Tout d’abord, le retrofit permet d’allonger la durée de vie du véhicule existant, contribuant ainsi à lisser son empreinte carbone sur une période plus longue. La pratique évite également la fabrication d’un nouveau véhicule, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre associées.

Selon une étude de l’ADEME, le retrofit présente ainsi des gains significatifs en termes d’émissions de CO2. En rétrofitant un véhicule diesel, on peut éviter jusqu’à 66% d’émissions par rapport à son maintien, et 47% par rapport à l’achat d’un véhicule électrique neuf.

Crédits : ABBPhoto via Getty Images

Crédits : ABBPhoto via Getty Images

L’extension du retrofit à d’autres véhicules

Malgré ces avantages, le retrofit est encore peu répandu en France et son principal inconvénient réside dans son coût. La conversion d’un véhicule existant peut s’avérer plus onéreuse que l’achat d’un véhicule électrique neuf. Cependant, les perspectives économiques et les bénéfices environnementaux à long terme pourraient rendre la pratique intéressante dans le futur.

Les acteurs du secteur estiment ainsi que 3% du parc automobile français pourrait être retrofité dans les 10 prochaines années, générant 42 000 emplois pour un marché estimé à 24 milliards d’euros. Et ce n’est pas tout, car cette pratique ne se cantonne pas uniquement aux voitures et véhicules utilitaires. Le retrofit s’étend à toutes les mobilités, y compris le vélo où encore le train.

En effet, le retrofit ne se limite pas aux voitures; il s’étend à d’autres modes de transport, ouvrant la voie à une transition écologique plus vaste. De nombreux réparateurs de vélos proposent ainsi des kits pour électrifier les vélos mécaniques, ce qui évite d’acheter des VAE dont le prix est parfois jugé excessif par les ménages. En outre, pour les amoureux de la bicyclette, cela permet de conserver son vieux vélo plus longtemps.

Certaines structures commencent également à rétrofiter des scooters thermiques en scooters électriques, dans la même logique, afin qu’une vespa à laquelle on est attaché puisse devenir une vespa “propre”.

Plus récemment, le retrofit a fait son entrée dans le secteur ferroviaire. La SNCF a annoncé le retrofit de rames de TER en remplaçant les éléments thermiques par des batteries rechargeables au lithium. Cette initiative pourrait réduire jusqu’à 85% des émissions de CO2, selon la SNCF. Un nouveau paradigme qui souligne bien tout le potentiel de cette transformation et qui laisse présager, que demain, une large part de nos véhicules bas-carbone sera retrofité.

Les Horizons
+ 96 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir