Transport, énergie : coopératives au secours de la transition écologique

Transport, énergie, alimentation : les coopératives au secours de la transition écologique

pxhere
29 Sep 2021 | Lecture 4 min

Le dernier rapport du Giec l’a démontré : nous avons besoin d’accélérer la transition écologique de nos sociétés à grande vitesse. Et ce, sur de nombreuses problématiques telles que l’alimentation, les transports ou encore l’énergie. Il existe pour cela de très nombreuses solutions portées par la recherche ou par des entreprises et associations ou encore par les pouvoirs publics.

Mais en parallèle, une nouvelle alternative est en train d’émerger petit à petit et se structure comme une réponse citoyenne à ces sujets. Une alternative citoyenne, transversale et dont la philosophie est orientée vers le bien commun davantage que vers le profit. Il s’agit des Scop, les sociétés coopératives et participatives, et des Scic, les Sociétés coopératives d’intérêt collectif.

“Entre le tout-privé, qui a de gros défauts et quelques avantages, et le tout-public, qui a beaucoup d’avantages et quelques défauts, nous voulons faire émerger une troisième voie, de forme privée, mais d’intérêt général”, précisait d’ailleurs récemment Julien Noé au journal Reporterre. Car si le modèle coopératif n’est pas une innovation en soi, il est actuellement en plein essor au fur et à mesure que les préoccupations environnementales gagnent du terrain dans la société.

Les “Licoornes”, un mouvement coopératif de coopératives au secours de la transition écologique

Fondateur d’Enercoop, un fournisseur d’électricité alternatif à EDF, il connaît bien le sujet puisqu’il est aussi parmi les fondateurs du collectif des “Licoornes” qui regroupe 9 grandes sociétés coopératives françaises qui travaillent sur des sujets variés et qui veulent peser dans le quotidien des français concernés par la transition écologique et solidaire de notre société. “Nous pensons que les initiatives de l’Économie Sociale et Solidaire s’inscrivent dans un projet politique de transformation sociale, en mettant véritablement l’Humain, le vivant et l’intérêt général au cœur des modèles économiques” précise d’ailleurs le collectif sur son site internet.

Parmi ce collectif, on retrouve donc Enercoop, un fournisseur d’électricité renouvelable dont le métier est aussi de financer des projets locaux d’électricité renouvelable ou des projets d’autoconsommation. Avec 50% de sites de production qui appartiennent à des citoyens ou des collectivités, Enercoop fait la part belle à l’électricité citoyenne dans son approvisionnement.

Une préoccupation au cœur du modèle de ces coopératives et qui représente une alternative intéressante aux modèles économiques traditionnels puisque leur gouvernance est assurée par les différentes parties prenantes du projet : les producteurs, les salariés, les consommateurs ou encore les collectivités territoriales. Un modèle égalitaire puisque chaque sociétaire dispose du même nombre de voix lors des assemblées générales, et ce, quel que soit le montant de ses parts. En outre, l’intérêt lucratif des coopératives est encadré : 50 % des bénéfices doivent être reversés dans l’entreprise pour son développement et il n’est pas possible de faire de plus-value sur sa part sociale. Un contre-pied du modèle capitaliste et libéral traditionnel dans lequel l’entreprise – et surtout ses actionnaires – sont guidés par la recherche de bénéfices et de plus-values.

Une démarche de rupture qui permet aussi de développer des projets laissés à l’abandon par des entreprises qui misent essentiellement sur la rentabilité. Car dans le collectif des « Licoornes », on retrouve aussi Railcoop. Ainsi, alors que le ferroviaire français s’est, depuis longtemps, recroquevillé sur des grandes lignes de TGV en abandonnant petit à petit les lignes intermédiaires, la coopérative Railcoop et ses 8 000 sociétaires envisage de remettre en service d’ici 2022 une ligne ferroviaire entre Bordeaux et Lyon, un trajet qui correspond à la ligne aérienne la plus utilisée de France après celles qui relient Paris avec la province. Un projet d’envergure qui en verra d’autres par la suite (une ligne Toulouse-Rennes et annoncée) ainsi que des trains de nuit et des trains de fret.

Biocoop fait partie des pionniers historiques du modèle coopératif en France, au même titre que La Nef - photo Oliver H. sur wikipédia

Biocoop fait partie des pionniers historiques du modèle coopératif en France, au même titre que La Nef – photo Oliver H. sur wikipédia

Les coopératives, un modèle qui séduit de plus en plus les entrepreneur-es

Des exemples de ce type, il y en a pour chaque secteur d’activité et chaque pan de notre société. Vous êtes lassés de la surconsommation ? Un autre modèle existe avec Label Emmaüs pour le réemploi des objets du quotidien. Vous cherchez un nouveau modèle pour réduire l’empreinte carbone du numérique et de vos téléphones ? Des solutions existent avec Telecoop et Commown. C’est aussi le cas dans le domaine de l’alimentation avec Coopcircuits la démocratisation des circuits-courts, Biocoop pour l’alimentation Bio, ou la marque C’est qui le patron! pour la juste rémunération des agriculteurs. Côté mobilité, Citiz et Mobicoop se posent en solution pour l’autopartage et le covoiturage. Même pour la banque, il y a des acteurs : le crédit coopératif, ou encore La Nef, pionnier en matière de finance durable et solidaire.

Et le modèle des coopératives continue de séduire dans le domaine de la transition écologique et solidaire. D’après la confédération nationale des scop, le développement des sociétés coopératives est en progression constante ces dernières années et ne s’est pas démenti en 2020. Le réseau compte aujourd’hui 3 611 Scop et Scic et affiche une progression de ses effectifs de 6 %, atteignant 67 200 emplois coopératifs ainsi qu’un chiffre d’affaires agrégé de 6,3 milliards d’euros, soit + 8 % en un an.

Dans le débat public, il existe un courant de pensée très technophile qui pense que la transition écologique pourrait être le fruit de solutions amenées par les startups. Et s’il est vrai que de plus en plus de structures innovantes de la “start-up nation” émergent (blablacar, le bon coin, back market, ÿnsect, etc.), l’essor du modèle coopératif est très intéressant puisqu’il offre une autre voie, pas moins innovante, qui en fait un modèle complémentaire à suivre de près dans les années qui viennent.

Les Horizons
+ 53 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir