Quel avenir pour les territoires de montagne en 2050 ?

23 Jan 2024 | Lecture 3 min

Alors que la station de ski de La Plagne vient de fermer définitivement plusieurs pistes pour raisons climatiques, une étude de l’INRAE et de Météo France confirme l’obligation pour les stations de ski de s’adapter dès aujourd’hui à un manque de neige.

Le tourisme lié à la pratique du ski est un secteur qui pèse lourd sur le plan socio-économique. Il génère chaque année un chiffre d’affaires estimé à 30 milliards d’euros en Europe et fait vivre des territoires entiers. En France, on estime par exemple que 120 000 emplois dépendent directement et indirectement de l’économie du ski.

Et ce tourisme fait malheureusement face à d’importantes contraintes en raison du réchauffement climatique. La hausse des températures entraîne une raréfaction de la neige à certaines altitudes et dans certains massifs, ce qui oblige de nombreuses stations à fermer leurs portes.

Une étude réalisée par l’INRAE et Météo France sur plus de 2 234 stations de sports d’hiver en Europe, publiée en août 2023 dans la revue Nature Climate Change, souligne justement l’impact dévastateur du réchauffement climatique sur l’enneigement des stations. D’après les chercheurs qui ont travaillé sur le sujet, avec un réchauffement de +2°C par rapport à la période de référence 1850-1900, 53% des stations européennes risquent de faire face à un enneigement insuffisant d’ici 2050. Mais à +4°C, ce chiffre grimpe à 98%, ce qui minerait profondément les territoires de montagne.

Et pour voir ces projections devenir réelles, pas besoin d’attendre 2050. Depuis les années 1970, plus de 180 domaines skiables ont été fermés en France, principalement en raison du climat. Très récemment, c’est le domaine skiable de La Plagne, pourtant la station la plus fréquentée au monde avec plus de 2,5 millions de skieurs annuels, qui a pris une décision radicale en démontant certaines de ses infrastructures en raison du manque de neige.

Un symbole qui soulève à nouveau la question cruciale de l’adaptation des territoires de montagne dans les années à venir.

Crédit : MarkoP5 sur Getty Images

Crédit : MarkoP5 sur Getty Images

La neige artificielle : une maladaptation ?

Face à la diminution de l’enneigement, la production de neige artificielle est souvent présentée comme la solution. Cependant, elle est également vulnérable aux températures élevées, exige d’importantes quantités d’eau et entraîne une demande énergétique coûteuse.

Selon l’analyse de l’INRAE, un taux de couverture de 45% de neige de culture maintiendrait des conditions d’enneigement comparables jusqu’en 2050, mais au prix d’une consommation d’eau deux à quatre fois supérieure à celle actuellement utilisée, engendrant un impact environnemental significatif.

Dans un contexte de réchauffement climatique, la production de neige artificielle pourrait nécessiter des investissements massifs, soulevant des inquiétudes quant à une possible maladaptation liés à 3 facteurs : le manque d’eau, le coût de l’énergie et la hausse des températures rendant impossible la culture de neige ou sa pérennité au sol.

Face à ce défi, les stations de ski doivent donc explorer d’autres voies. Et c’est vers une offre plus complète que les regards se tournent.

Crédit : Edgar Bullon sur Canva

Crédit : Edgar Bullon sur Canva

Vers un tourisme “4 saisons” ?

Face au manque de neige, l’attractivité des territoires de montagne doit sans doute passer vers un tourisme “4 saisons” qui permettrait aux stations de lisser leurs revenus dans le temps en accueillant différents publics tout au long de l’année.

Les activités de pleine nature, telles que la randonnée pédestre, le VTT, le trail et la via ferrata, pourraient devenir les nouvelles attractions phares. Certaines stations investissent également dans des espaces de spa et de balnéothérapie pour attirer une clientèle en quête d’expériences relaxantes. D’autres voies sont également possibles, comme l’agritourisme, la découverte des terroirs de montagne ou encore l’évènementiel avec l’accueil, par exemple, d’évènements musicaux.

Évidemment, cette transition nécessite des investissements considérables en matériel et infrastructures, et requiert un soutien financier des pouvoirs publics. De plus, cela implique également pour les stations de travailler différemment leur approche commerciale, en intégrant ses caractéristiques et son histoire, pour se démarquer des destinations voisines ou concurrentes.

Mais cette diversification semble la plus à même de permettre aux territoires de montagne, non seulement de s’adapter à un climat qui change – mais aussi de créer de la valeur en capitalisant encore davantage sur leurs territoires

Les Horizons
+ 96 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir