Pour des terrains de jeux plus permissifs ?

28 Mar 2024 | Lecture 4 min

Le traditionnel trio – château, toboggan, balançoire – qui constitue l’équipement standard des aires de jeux pour enfants semble avoir accompli son temps. Ces éléments, répétés ad nauseam au motif de la sécurité, se révèleraient être des obstacles au développement et à l’épanouissement des enfants. Et si l’on s’aventurait vers des terrains de jeux plus innovants ?

D’après une étude de la fondation Pro Juventute, le temps que les enfants passent à l’extérieur a considérablement diminué au fil des décennies. De trois à quatre heures par jour dans les années 1960, on est passé en 2021 à 47 minutes en moyenne, dont 29 minutes de manière autonome. Ces chiffres éloquents illustrent la disparition progressive des enfants de l’espace public, et la diminution des sorties autonomes (sans parent ni nounou), particulièrement remarquables dans les grandes villes. De la même manière, les aires de jeux ont connu un abandon progressif. Depuis les années 90, l’augmentation des normes de sécurité, motivée par la peur des accidents et des poursuites judiciaires, les a transformées en espaces standardisés et monotones pour les plus jeunes. Dans son livre « La Ville récréative », Thierry Paquot, philosophe, soutient que les enfants bénéficieraient davantage de terrains d’aventures tels que les “junk playgrounds” ou les “playscapes” que l’on retrouve ailleurs en Europe, afin de les confronter au risque. Les travaux de la psychologue norvégienne Ellen Sandseter soulignent en effet que l’aversion au risque – pas trop haut, pas trop vite – fait qu’en grandissant, les enfants deviennent phobiques et peu entreprenants. La sécurisation excessive des aires de jeux commence-t-elle à être levée ? À quoi ressemble un terrain de jeu permissif ?

Des aires de jeux toujours plus sécurisées avec le temps

Le “syndrôme du square aseptisé” comme le baptise un article du Monde est une situation qui touche particulièrement la France, bien que l’Hexagone ne soit pas le seul pays à y avoir succombé. Depuis les années 90, par souci de sécurité, on a retiré les bacs à sable, pas assez hygiéniques, abaissé les toboggans et remplacé le sol en bitume par du caoutchouc. Selon Kirsten Visser, géographe urbaine à l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas, la réduction des risques est souvent au cœur de la politique municipale. Les aires de jeux sont entourées d’une clôture, les équipements ne sont pas autorisés à atteindre une trop grande hauteur et les branches les plus basses des arbres situés dans les squares sont coupées pour éviter que les enfants n’y grimpent.

En France, au début des années 90, la conception des aires de jeux a été profondément influencée par l’introduction de deux textes législatifs majeurs. Un premier décret vient énumérer et fixer “les exigences de sécurité relatives aux équipements d’aires collectives de jeux” présents sur le marché après le 1er janvier 1995. Un deuxième décret, s’adressant cette fois aux maîtres d’œuvre et aux gestionnaires, propose des prescriptions spécifiques en matière de prévention des risques : choix du site, aspect paysager, sols, implantation des mobiliers, entretien et maintenance. Cette évolution significative a entraîné la disparition de nombreuses aires de jeux existantes, principalement dans les petites et moyennes communes aux budgets limités, incapables de mettre aux normes des équipements devenus obsolètes. Une autre réponse marquée à ce nouveau cadre réglementaire s’est traduite par une tendance croissante à la standardisation. L’objectif était alors de réduire les risques en s’appuyant sur des produits ayant déjà fait leurs preuves.

Aire de jeux standardisée ©Pexels

Aire de jeux standardisée ©Pexels

Ces dernières années, des chercheurs internationaux ont revalorisé le risque, considérant qu’il était propice au développement cognitif, émotionnel et moteur des enfants. Un enfant qui prend des risques arriverait notamment à mieux évaluer et sentir où se trouvent les limites. Une étude dirigée par David Ball, professeur en gestion des risques à l’Université de Middlesex à Londres, souligne que l’utilisation de revêtements souples n’a pas entraîné une diminution significative des blessures à la tête, et a engendré une augmentation des fractures du bras. Cette tendance pourrait s’expliquer par le fait que les enfants, se sentant moins en danger de chute, sont moins prudents.

Apprivoiser les normes pour créer des espaces de liberté

En France, depuis 2010, le parc de Belleville à Paris abrite une aire de jeux innovante construite en pente, offrant une expérience sensorielle accrue pour les enfants. Une idée qui a émergé directement des habitants : au cours des discussions orchestrées par la Ville avant le lancement du projet, les enfants et leurs parents ont unanimement demandé une structure un peu risquée. “Avec Belleville, nous avons démontré qu’il est possible de respecter et d’interpréter les normes simultanément”, analyse Clément Willemin, le cofondateur de Base, le cabinet d’urbanisme et de paysage qui a conçu la structure. Depuis lors, Base a créé d’autres aires de jeux tout aussi avant-gardistes : notamment une au cœur de Lyon, sur l’ancienne caserne Sergent-Blandan, et une autre sur la rive droite de Bordeaux. Une caractéristique intéressante partagée par ces structures est que les entrées, en particulier celles des toboggans, sont conçues à la taille des enfants. Par conséquent, les parents ne peuvent pas les emprunter et sont contraints de lâcher prise quant à la surveillance de leurs enfants.

Enfin, depuis plusieurs étés, des terrains d’aventure provisoires fleurissent à travers la France, supervisés par diverses antennes du Céméa, une association prônant l’éducation nouvelle et populaire. L’organisation milite notamment pour l’accès des enfants, en particulier ceux des quartiers défavorisés, à des espaces de liberté afin qu’ils puissent se réapproprier l’espace public. Ces terrains sont ainsi parsemés de cabanes en bois, de pneus, de tuyaux, etc. Les enfants ont même accès à des outils afin de personnaliser leur propre espace de jeu. En matière de sécurité, “nous avons développé l’outil pédagogique du permis, qui rassure tous les acteurs éducatifs”, explique le directeur du terrain d’aventure de Villiers-le-Bel, dans le Val-d’Oise. “Nous mettons aussi en place des rituels de ­sécurisation et de conscientisation du danger afin de responsabiliser les enfants. De plus, chaque soir, avant de partir, l’équipe d’animateurs vérifie que rien de dangereux ne traîne par terre et que les constructions sont solides”.

Terrain d’aventure de Montreuil (93) ©Wikimedia Commons

Terrain d’aventure de Montreuil (93) ©Wikimedia Commons

La remise en question des aires de jeux excessivement sécurisées constitue un défi majeur en France, nécessitant une approche pragmatique. Selon Base, la clé réside dans une compréhension approfondie des normes de sécurité françaises, permettant ainsi une manipulation habile de celles-ci. Une alternative à la formalité de la sécurisation peut être observée dans des autorisations spécifiques ou des rituels de sécurisation, à l’instar du terrain d’aventure de Villiers-le-Bel. Une autre source d’inspiration provient de l’Allemagne, où les aires de jeux aménagées dans les quartiers résidentiels sont ouvertes à l’espace public en permanence, sans barrières ni portillons. La surveillance des enfants devient alors collective, assurée par les adultes à proximité, que ce soit depuis la rue ou directement depuis leur domicile. Cette approche différente de la sécurité démontre que l’intégration réussie des normes peut coexister harmonieusement avec des espaces ludiques favorisant l’exploration et la créativité des enfants.

LDV Studio Urbain
+ 387 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir