Les lignes de désir, un usage à considérer ?

28 Mai 2024 | Lecture 4 min

Les « lignes de désir », terme évocateur et mystérieux, désignent ces chemins tracés par les pas des citoyens, préférés pour leur praticité. Au détriment parfois de l’ordre établi, ces sentiers clandestins révèlent les besoins quotidiens des piétons, confrontant la planification urbaine à la réalité des usages urbains. Faut-il leur accorder de l’importance, ou bien laisser aux citoyens le plaisir de marcher à contre-courant ?

Imaginez-vous déambuler à travers les parcs verdoyants et les allées bien entretenues d’une ville dynamique. Au détour d’un coin de verdure, quelque chose attire votre attention. Ce n’est pas une sculpture audacieuse, ni un bâtiment imposant, mais plutôt un chemin effacé, tracé dans l’herbe fraîche par des pas répétés. Ces sentiers non marqués, appelés « lignes de désir », semblent comme des rivières souterraines et révèlent les courants invisibles qui animent la vie urbaine.

Sur les vastes terrains du web communautaire de Reddit, ainsi que sur le réseau social X (ex-Twitter), ces chemins non conventionnels captivent l’imagination des utilisateurs. Des centaines de photographies documentent ces voies alternatives, prises d’assaut par les piétons qui préfèrent l’efficacité à la conformité. Loin des sentiers balisés, ces lignes de désir sont comme des signes d’un langage urbain secret, où les citadins tracent leurs propres chemins.

Mais derrière cette supposée banalité se cache en réalité un questionnement intéressant. Pourquoi les autorités continuent-elles à résister à ces itinéraires non officiels, préférés par tant de citadins ? Cette question ouvre la porte à une discussion plus large : comment concilier les pratiques des usagers avec les impératifs de la planification urbaine ? Et comment ces lignes de désir pourraient-elles façonner l’avenir de nos villes ?

Quand les piétons redessinent la trame urbaine

Dans l’univers urbain, les lignes de désir se révèlent comme des traces fugaces, presque imperceptibles, qui témoignent de la relation complexe entre les usagers et leur environnement bâti. Elles se matérialisent non seulement sur les surfaces traditionnelles telles que l’herbe, la terre ou les graviers, mais aussi sous une forme un peu plus rare : la neige. Cette dernière,  puissante révélatrice, dévoile ces chemins non conventionnels de façon saisissante. Alors que sur le bitume, ces lignes de désir demeurent invisibles malgré leur utilisation évidente, la neige les met en lumière, les dessinant comme les empreintes d’animaux dans la nature.

La neige ne se limite d’ailleurs pas seulement à dévoiler les chemins empruntés par les piétons. En bordure des rues ou aux angles des carrefours, là où elle subsiste malgré le flux dense de circulation, se dessinent des zones négligées, des territoires à réinvestir par les piétons. En anglais, on nomme cela les “sneckdowns”, contraction des mots anglais snowy (enneigé) et neckdowns (saillie de trottoir). Popularisé par le directeur de Streetfilms, Clarence Eckerson Jr., le terme s’est largement répandu grâce aux médias sociaux. Le hashtag #sneckdown sur les réseaux sociaux fourmille d’exemples illustrant ces phénomènes, où l’absence de traces de pneus révèle des portions de rue inutilement encombrées pour la circulation automobile.

Pourtant, malgré cette évidence, certains aménagements urbains peuvent parfois être perçus comme peu adaptés aux besoins des citadins. Prenons par exemple les chicanes posées sur les pistes cyclables. Bien qu’initialement conçues pour ralentir les cyclistes, ces obstacles peuvent devenir des sources de frustration pour les usagers. Les cyclistes, plutôt que de les utiliser conformément à leur intention, les contournent habilement, illustrant ainsi un écart entre les décisions administratives et les réalités de l’usage quotidien. Ce constat met en lumière un décalage entre la planification urbaine et les besoins réels des citadins. Dans cette dynamique, c’est souvent l’usager qui adapte sa trajectoire en fonction de sa propre logique pratique, témoignant ainsi de la nécessité d’une meilleure compréhension de ses  besoins réels dans le processus de planification urbaine.

Laisser l’espace urbain se développer au gré des citoyens

Au cimetière du Père Lachaise à Paris, où chaque sentier semble être un passage à travers l’histoire, les lignes de désir des visiteurs racontent une histoire unique. Conçu comme un lieu de promenade intemporel, le cimetière offre des allées pavées impeccablement entretenues et des divisions rectilignes, mais il invite également à l’exploration hors des sentiers battus. Pourquoi se limiter aux chemins tracés par les architectes et les paysagistes alors que l’expérience de se perdre et de suivre ses propres désirs semble bien plus gratifiante ? Ne serait-il pas préférable que les aménageurs tiennent compte du fait que certaines tombes sont difficiles d’accès et que les visiteurs doivent parfois emprunter des chemins détournés pour s’y rendre ?

Parfois, le bon sens reprend le dessus. Après avoir reconnu leurs erreurs initiales, les aménageurs s’adaptent aux usages établis. Les lignes de désir ne sont plus ignorées, mais au contraire intégrées et aménagées de manière appropriée. Un exemple éloquent de cette approche est l’Université d’Ohio aux Etats-Unis, où les autorités ont préféré observer les chemins empruntés par les étudiants avant de les tracer définitivement, favorisant ainsi une circulation plus fluide et intuitive sur le campus.

Gabrielle Immarigeon, de l’agence de valorisation Convercité à Montréal, souligne cette nécessité en déclarant : « Trop souvent, les espaces urbains sont planifiés de manière expéditive, et leur design, trop rigide ou théorique, ne prend pas en compte les habitudes des citoyens. Heureusement, certains concepteurs prennent le temps d’étudier les comportements des usagers pour humaniser et rendre plus habitables les espaces urbains. Ils se tournent pour cela vers […] les lignes de désir. »

De même, la firme américaine de consultants en transport Fehr & Peers, prônant le développement des modes de déplacement doux, reconnaît l’importance des lignes de désir dans ses projets d’aménagement. Selon Ellen Poling, associée de la firme, la clé réside dans la capacité des planificateurs à anticiper les comportements des citoyens et à concevoir des espaces aussi intuitifs que possible. En suivant les désirs des citoyens, il semble que l’espace piéton se consolide et se développe naturellement, offrant ainsi des environnements urbains plus accueillants et fonctionnels pour tous.

Dans cette optique, valoriser les lignes de désir pourrait passer par leur mise en avant au sein de nos espaces urbains. Plutôt que de les ignorer ou de les réprimer, pourquoi ne pas les signaler et les intégrer pleinement dans la trame urbaine ? Des panneaux indicateurs pourraient guider les citoyens vers ces voies préférées, les reconnaissant comme des trajets légitimes et même souhaitables. Cette reconnaissance officielle pourrait non seulement faciliter la navigation des piétons, mais aussi renforcer leur sentiment d’appartenance à leur ville en reconnaissant leurs choix de déplacement.

 

Laisser l’espace urbain se développer au gré des citoyens

Au cimetière du Père Lachaise à Paris, où chaque sentier semble être un passage à travers l’histoire, les lignes de désir des visiteurs racontent une histoire unique. Conçu comme un lieu de promenade intemporel, le cimetière offre des allées pavées impeccablement entretenues et des divisions rectilignes, mais il invite également à l’exploration hors des sentiers battus. Pourquoi se limiter aux chemins tracés par les architectes et les paysagistes alors que l’expérience de se perdre et de suivre ses propres désirs semble bien plus gratifiante ? Ne serait-il pas préférable que les aménageurs tiennent compte du fait que certaines tombes sont difficiles d’accès et que les visiteurs doivent parfois emprunter des chemins détournés pour s’y rendre ?

Parfois, le bon sens reprend le dessus. Après avoir reconnu leurs erreurs initiales, les aménageurs s’adaptent aux usages établis. Les lignes de désir ne sont plus ignorées, mais au contraire intégrées et aménagées de manière appropriée. Un exemple éloquent de cette approche est l’Université d’Ohio aux Etats-Unis, où les autorités ont préféré observer les chemins empruntés par les étudiants avant de les tracer définitivement, favorisant ainsi une circulation plus fluide et intuitive sur le campus.

Gabrielle Immarigeon, de l’agence de valorisation Convercité à Montréal, souligne cette nécessité en déclarant : « Trop souvent, les espaces urbains sont planifiés de manière expéditive, et leur design, trop rigide ou théorique, ne prend pas en compte les habitudes des citoyens. Heureusement, certains concepteurs prennent le temps d’étudier les comportements des usagers pour humaniser et rendre plus habitables les espaces urbains. Ils se tournent pour cela vers […] les lignes de désir. »

De même, la firme américaine de consultants en transport Fehr & Peers, prônant le développement des modes de déplacement doux, reconnaît l’importance des lignes de désir dans ses projets d’aménagement. Selon Ellen Poling, associée de la firme, la clé réside dans la capacité des planificateurs à anticiper les comportements des citoyens et à concevoir des espaces aussi intuitifs que possible. En suivant les désirs des citoyens, il semble que l’espace piéton se consolide et se développe naturellement, offrant ainsi des environnements urbains plus accueillants et fonctionnels pour tous.

Dans cette optique, valoriser les lignes de désir pourrait passer par leur mise en avant au sein de nos espaces urbains. Plutôt que de les ignorer ou de les réprimer, pourquoi ne pas les signaler et les intégrer pleinement dans la trame urbaine ? Des panneaux indicateurs pourraient guider les citoyens vers ces voies préférées, les reconnaissant comme des trajets légitimes et même souhaitables. Cette reconnaissance officielle pourrait non seulement faciliter la navigation des piétons, mais aussi renforcer leur sentiment d’appartenance à leur ville en reconnaissant leurs choix de déplacement.

LDV Studio Urbain
+ 386 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir