La « Safe City » plombée par la CNIL

Portique à reconnaissance faciale installé en mai à l’entrée du lycée Les Eucalyptus à Nice – Facebook/La Quadrature du Net
6 Déc 2019 | Lecture 1 minute

Nous en parlions en juillet dernier, plusieurs villes françaises souhaitent expérimenter des systèmes de surveillance urbains intelligents.

En charge de la protection des données personnelles, la Commission de l’informatique et des libertés (CNIL) a déclaré illégaux les projets sécuritaires de Nice, Marseille et Saint-Etienne fin octobre. Les deux villes espéraient tester des portiques à reconnaissance faciale à l’entrée de lycées. À Saint-Etienne, la ville voulait installer des capteurs sonores dotés d’une intelligence artificielle capable de reconnaître la nature des bruits dans l’espace public.

Attendue sur ces questions, la CNIL s’est donc fermement opposée à ces projets contraires au droit européen.

Communiqué de la CNIL

 

Portique à reconnaissance faciale installé en mai à l’entrée du lycée Les Eucalyptus à Nice –  Facebook/La Quadrature du Net

+ 620 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir