La musique, carburant des mobilités douces

1 Déc 2021 | Lecture 3 min

Aérons la ville, dépolluons-la, ralentissons-la, déstressons ses habitants, créons une fabrique à émotions… Ces belles paroles peuvent-elles s’incarner dans un simple projet de mobilité urbaine ? Il semble que oui. Camille Dubreuil, étudiant en master City à l’École de design Nantes Atlantique a pensé des dispositifs agiles et rassembleurs pour que chacun.e parcoure sa ville en musique… et en douceur.

Pourquoi sensibiliser aux modes de transport doux ?

L’Insee nous explique qu’en 2017, 74 % des Français actifs utilisaient leur voiture tous les jours pour se rendre sur leur lieu de travail. Pourtant, la pollution, la congestion des espaces urbains et la sédentarisation des actifs constituent des menaces fortes pour l’écosystème et notre survie globale. La voiture est le secteur le plus polluant, devant les industries agricoles et les industries manufacturières. À elle seule, l’automobile génère ⅓ des émissions de gaz à effets de serre en France.

 

Alors, comment générer des déplacements urbains efficaces, sains, revitalisants et respectueux de l’environnement ? Comment faire de la mobilité douce une expérience irrésistible et enthousiasmante ? La réponse pourrait bien se nicher dans le pouvoir de la musique.

Donner du rythme à l’écomobilité

Depuis 2018, les ventes de trottinettes, skateboards et vélos électriques ont littéralement décollé (+ 129 % de ventes pour les trottinettes). Ce bel essor mérite d’être encouragé avec des parcours aménagés qui guident l’usager dans la jungle urbaine.

Avec Rythme ton trip

Les flux urbains créent des bruits que l’on nomme des « rythmes urbains ». Cette forme de musique peut contribuer au bien-être. D’ailleurs, 92 % des personnes interrogées lors des entretiens effectués par le designer écoutent de la musique lors de leurs séances de sport. Selon eux, le rythme est un facteur puissant de motivation, d’inspiration et d’énergie. Il incite l’usager à bouger, à gérer l’effort physique et devient naturellement l’allié parfait de la mobilité douce.

© Camille Dubreuil

© Camille Dubreuil

L’application Rythme ton trip repère la localisation du piéton, ses goûts, la météo et l’horaire du trajet. En fonction de ces éléments, elle lui diffuse une musique interactive composée de sons urbains. Celle-ci a été créée à l’aide de bornes situées en ville ayant capté des informations sonores qui sont ensuite transformées en musique. Grâce au rythme, l’utilisateur est porté par le son. Le sport se conjugue à la redécouverte de la ville. La musique est-elle un facteur de motivation et de lutte contre la pollution urbaine ?

Avec la création collective d’une B.O. de la ville

Devenir un acteur/compositeur de votre ville, ça vous tente ?

Avec le projet Musique ta ville, créez vos propres boucles musicales et découvrez celles réalisées par vos voisins ! L’application permet la création d’une production musicale collaborative tout en encourageant la mobilité douce. Au-delà de la création d’ambiances et d’une composition collective, elle fait naître chez les usagers un réel sentiment d’appartenance à une communauté urbaine. Elle crée une solidarité musicale autour d’une création à but partagé et promeut de bonnes pratiques : sport, réduction d’émission de gaz à effet de serre, lutte contre l’isolement, respect du territoire et développement de la créativité.

© Camille Dubreuil

© Camille Dubreuil                                       

Avec la collecte de datas

Grâce à la recherche, la ville peut devenir un terrain de jeu évolutif et perfectible. À travers l’usage de bornes urbaines, des données automatiques ou des données volontaires sont échangées avec les passants. L’analyse phonique de la ville peut recenser des moyens de déplacement, des itinéraires empruntés, des horaires et des temps de trajets. Ainsi la compréhension et l’exploitation de sons générés par l’environnement urbain deviennent accessibles. L’habitant, lui, s’approprie la ville, est acteur de son bien-être et aide à organiser le futur accueil d’une mobilité douce et durable.

Ces dispositifs, pour prendre le pouls de sa ville et résonner en cadence, sont une nouvelle façon de vivre la ville et posent question : ne faut-il pas réenchanter le quotidien pour promouvoir des pratiques saines pour soi et l’environnement ?

L'École de design Nantes Atlantique
+ 153 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir