Faut-il développer davantage le vélo dans les entreprises et collectivités ?

Robert Kneschke © Pixabay
7 Juin 2022 | Lecture 2 min

Le développement des mobilités douces sur les trajets domicile/travail constitue une manière très efficace et peu coûteuse d’agir sur la pollution émise par le secteur des transports. Encore aujourd’hui, l’INSEE estime par exemple que 60% des trajets domicile/travail qui font moins de 5 kilomètres sont effectués en voiture. Dès lors, pourquoi ne pas développer davantage le vélo de fonction et les flottes de vélos en entreprise afin de privilégier les mobilités douces en ville ?

La loi d’orientation des mobilités de décembre 2019, dite LOM, fixe une directive quant à la politique des mobilités à suivre pour les prochaines années. Parmi les objectifs de cette loi, la mise en place de solutions alternatives à la voiture individuelle par les collectivités territoriales, ou encore la facilitation du recours au vélo dans les trajets domicile/travail.

Actuellement, le recours aux mobilités douces, dont le vélo fait figure de proue, se développe de plus en plus, et ce particulièrement pour les trajets domicile/travail. Il faut dire que les avantages du « vélotaf » sont nombreux : cette activité physique, pratiquée deux fois par jour dans le cadre des allers-retours entre le domicile et le lieu de travail, permet notamment de prévenir les troubles musculo-squelettiques, les risques de diabète et permet de booster le système immunitaire.

Les avantages du vélo se comptent également en termes de bien-être psychologique, puisque cette activité permet d’atténuer le stress et l’anxiété, et a aussi pour avantage d’améliorer les capacités de concentration. Une étude de l’IFOP a en effet démontré que les cadres qui se rendaient au travail en vélo se déclaraient en moyenne plus heureux que les cadres ayant recours aux transports en commun pour leurs trajets quotidiens : 42% des vélotaffeurs s’attribuent ainsi une note entre 8 et 10 de bien-être au travail, contre 6,7 pour les autres.

Les entreprises ont ainsi tout intérêt à favoriser le recours au vélo pour le bien-être de leurs salariés, d’autant plus que ce mode de transport est source d’avantages économiques pour elles. En effet, une étude du MEDEF menée auprès de 200 entreprises a montré qu’une personne sédentaire qui décide de commencer le vélo améliore sa productivité de 6% à 9%. De plus, une étude danoise a montré que les cyclistes réguliers avaient des taux d’absentéisme plus bas que les non-cyclistes, à raison de 7,4 jours par an contre 8,7.

En outre, la ponctualité des salariés se voit elle aussi améliorée par le recours au vélo, dans la mesure où leur temps de trajet est beaucoup plus stable que celui des autres usages, puisqu’ils évitent grèves et embouteillages.

Enfin, les entreprises ont tout intérêt à favoriser le recours au vélo pour leurs salariés dans la mesure où la « cyclabilité » d’une entreprise est un critère de plus en plus important pour les demandeurs d’emploi, qui sont sensibles à la préoccupation écologique des entreprises. Une étude de l’ADEME parue en juin 2021 avait ainsi montré que 78% des salariés choisissaient davantage, à offre équivalente, de rejoindre une entreprise engagée pour la transition écologique.

Studingerandras © Pixabay

Studingerandras © Pixabay

Des aides de l’État pour inciter les employeurs

Concrètement, les entreprises ont la possibilité d’acheter des vélos ou de fournir des aides à l’achat pour leurs employés, de proposer des animations autour des mobilités douces, de mettre en place des réparations gratuites, ou encore d’adhérer à une association pour permettre aux salariés de s’engager davantage dans cette pratique.

Si ces initiatives peuvent représenter un certain coût pour les entreprises, des aides de l’État ont notamment été mises en place afin d’inciter les employeurs à franchir le pas. C’est le cas de l’indemnisation kilométrique vélo (IKV), qui permet à une entreprise de bénéficier d’un remboursement exonéré d’impôt des frais de ses salariés à hauteur de 0,25€/km.

Certains programmes visant à accompagner les employeurs dans la sensibilisation au vélo dans leurs établissements se sont également développés, c’est le cas par exemple du programme Objectif Employeur Pro-Vélo, qui propose aux employeurs un parcours d’accompagnement ainsi que des conseils personnalisés pour mettre en place une politique cyclable. Une fois l’accompagnement réalisé, l’entreprise peut être labellisée Employeur Pro-Vélo, afin de mettre en avant sa « culture vélo » et se rendre plus attractive auprès des demandeurs d’emploi.

En ce qui concerne les collectivités, elles ne sont pas en reste quant au développement du vélo, puisqu’elles se partagent les rôles en matière de création d’infrastructures et de mise en place de réglementations. Les communes et les départements sont par exemple responsables de la création de pistes cyclables, tandis que les régions font autorité en matière d’aménagement du territoire et d’aménagement des voies de circulation.

C_FOR © Getty Images

C_FOR © Getty Images

Le rôle majeur des collectivités dans le développement du vélo

Les collectivités représentent également un acteur majeur dans l’essor du vélo, grâce notamment à la mise en place d’aides économiques. Les régions françaises proposent désormais une aide de plusieurs centaines d’euros pour l’achat d’un vélo électrique, tandis que la Métropole de Lyon a par exemple mis en place une Zone à Faibles Émissions depuis le 1er janvier 2020, afin d’interdire la circulation de certains véhicules à l’intérieur de cette zone. Dans le but d’aider les professionnels à renouveler leur flotte, la Métropole de Lyon propose des aides à l’acquisition de véhicules moins polluants.

D’autres collectivités sont aussi à l’origine d’initiatives en faveur du vélo, comme l’atteste le Club des villes et territoires cyclables, qui rassemble plus de 1500 collectivités territoriales, soit plus de 40 millions d’habitants. L’objectif de ce club est de promouvoir l’usage des modes de mobilités actives et de favoriser l’aménagement urbain dévolu à ces pratiques.

Les collectivités, comme les entreprises, peuvent ainsi tirer des bénéfices du développement du vélo, et représentent un levier important dans son essor. Elles sont en effet en mesure de pallier les obstacles majeurs qui se posent généralement aux cyclistes en mettant en place des stationnements sûrs, en amortissant le coût du vélo, ou encore en aménageant suffisamment la voirie. Les initiatives qu’elles sont susceptibles de mettre en place sont ainsi très utiles pour le développement du vélo, à l’heure où la part globale de ce mode de transport dans les déplacements ne représente encore que 3%.

Les Horizons
+ 67 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir

Centre de préférences de confidentialité

Cookies strictement nécessaires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

Advertising

Cookies de performance

Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

_ga, _gat, _gid

Other