Designers et ingénieurs expérimentent le low-tech à Concarneau

19 Fév 2024 | Lecture 4 min

Explore est un fonds de dotation qui incube des explorations au service de la planète depuis 2013. Fondé par Roland Jourdain, il se situe à Concarneau en Bretagne et « soutient ces hommes et ces femmes qui bousculent les idées arrêtées et poursuivent leur vision du monde de demain. » Le Low-tech Lab y est notamment incubé depuis 2015 avec une large variété d’expérimentations autour de la démarche low-tech. Un sujet qui essaime à présent dans l’enseignement supérieur via Explore et un partenariat avec l’École Centrale de Nantes depuis 2022 autour de projets en « ingénierie low-tech ». Puis, lors d’une première collaboration avec des étudiants issus de L’École de design Nantes Atlantique, des équipes mixtes ont travaillé sur l’élaboration d’une Giga-map valorisant les initiatives low-tech à Concarneau. Un outil expérimental prometteur !

Un premier workshop étudiant qui associe ingénierie low-tech et design territorial

Une courte définition du low-tech

Selon la synthèse écrite par l’ADEME, ce sont des objets, systèmes, savoir-faire et modes de vie qui répondent à 5 grands principes :

  1. Utile : le low-tech correspond à des besoins essentiels en énergie, alimentation, eau, gestion des déchets, matériaux de construction, habitat, transports, hygiène ou santé.
  2. Durable : résilient, robuste, réparable, recyclable. La low-tech est éco-conçu à chaque étape de son cycle de vie : de la conception, production, distribution et usage à la fin de vie du processus.
  3. Accessible : à l’inverse des high-tech, son coût et sa complexité technique ne sont pas excessifs pour une large tranche de la population. La low-tech doit être accessible au plus grand nombre.
  4. L’accès à l’autonomie : le low-tech doit être reproduit et réparé sans dépendre de prestations de réparation, d’entretien etc. La recherche d’autonomie est importante pour les utilisateurs de low-tech.
  5. Local : il s’agit de produire à l’échelle d’une commune, mais aussi d’une région ou du pays autant que possible.
We Explore, un « catamaran ambassadeur pour ouvrir de nouveaux horizons » ©WeExplore

We Explore, un « catamaran ambassadeur pour ouvrir de nouveaux horizons » ©WeExplore

Le low-tech systémique au service de notre monde en transition

Le catamaran We Explore est l’ambassadeur de cette initiative. Éco-conçu en partie grâce à des fibres de lin, sobre et minimaliste, il réconcilie performance sportive et environnementale. Autour de ce voilier-vitrine, a émergé une question plus large pour les étudiants : comment développer la sobriété et les solutions low-tech sur le territoire de Concarneau ?

En effet, notre planète, confrontée à la finitude des ressources*, gagnerait à mobiliser les low-tech. Plus sobres en ressources, plus réutilisables et appropriables, ne sont-elles pas les solutions de demain ?

Un séminaire en 2 temps

En septembre 2023, 12 étudiants  de l’École Centrale de Nantes et 18 étudiants du City Design Lab (L’École de design Nantes Atlantique) se sont réunis, lors d’une phase de lancement du projet. Au programme : constitution de 4 équipes mixtes, présentation de la “Giga-map” et définition de l’approche systémique. La Giga-map peut être définie comme une cartographie étendue permettant de faire apparaître et d’étudier les relations entre les différentes parties prenantes, les enjeux et les impacts d’un système. Elle a ensuite été élaborée autour du catamaran We Explore, de la base Explore, du territoire de Concarneau ainsi que de la région, du pays et même à l’échelle mondiale.

Des équipes mixtes (ingénieurs-designers) ont été formées et ont choisi d’effectuer un travail exploratoire autour de l’une de ces 4 thématiques :

  • Mobilité ;
  • Numérique ;
  • Réemploi ;

Leur mission : explorer les opportunités des différents systèmes sous le prisme de la démarche low-tech et révéler la manière dont elles sont reliées entre elles.

Échange entre les étudiants de L’École de design Nantes Atlantique pour représenter les thématiques mobilité, numérique, réemploi et alimentation sur une seule carte (Base Explore) © Paul Blanc-Nourrisseau

Échange entre les étudiants de L’École de design Nantes Atlantique pour représenter les thématiques mobilité, numérique, réemploi et alimentation sur une seule carte (Base Explore) © Paul Blanc-Nourrisseau

L’objectif global de l’atelier ? Grâce à l’outil du Giga-mapping,  dresser un état des lieux des systèmes, des potentiels low-tech et du système de valeurs présent sur le territoire de Concarneau. L’idée étant de donner à voir  les opportunités locales et d’ouvrir la réflexion sur le champ des possibles.

Design et Giga-map à Concarneau

Lors d’une seconde phase d’atelier, du 2 au 6 octobre 2023, les équipes d’ingénieurs et de designers se sont retrouvées à la base Explore de Concarneau pour réaliser un prototype de Giga-map territoriale. Cette cartographie illustre la manière dont des acteurs locaux peuvent travailler ensemble sur les 4 thématiques définies précédemment.

La Giga-map répond à diverses questions :

  • comment la vision low-tech a-t-elle besoin d’une vision systémique pour se développer ?
  • comment croiser les apprentissages entre ingénierie et design ?
  • comment donner à voir la pluralité d’acteurs de manière simple et efficace ?
  • comment encourager la mutualisation d’initiatives locales ?

Avant d’évoquer le livrable final, retour sur l’une des définitions du Giga-mapping.

Focus sur le Giga mapping

« Le Giga-mapping est une technique de conception orientée système qui utilise la cartographie super-extensive à travers de multiples couches et échelles pour construire une image riche de la complexité de la vie réelle. Les Gigamaps sont des cartes de systèmes qui facilitent les premières étapes d’une enquête de conception complexe et fournissent des artefacts de forme finale pour la réflexion ou la mise en œuvre de systèmes sociaux et techniques. » (source : systemsorienteddesign.net)

Le City Design Lab a été choisi par l’École Centrale de Nantes pour sa capacité à aborder la démarche systémique et stratégique du projet.

En effet, selon la directrice du Lab, Sophie Eberhardt : « Le City Design Lab vise à développer la recherche, l’expérimentation et les  pratiques professionnelles en faveur de la régénération des villes et des territoires. Le design régénératif propose d’aller au-delà de la performance environnementale neutre en favorisant des projets qui profitent à la société et à la nature dans une perspective systémique et selon une approche territorialisée. »

Une Giga-map unique

Après plusieurs jours de co-création, les étudiants ingénieurs et designers ont mis en commun leur travail sous forme d’une seule et unique Giga-map. Cet outil de cartographie servira aux partenaires et nouveaux arrivants chez Explore. En un clin d’œil, ils pourront visualiser les partenaires locaux environnants à Concarneau ainsi que leurs compétences et habiletés spécifiques. Ainsi, cette map inédite permettra l’éclosion de nouvelles collaborations et projets low-tech dans les domaines de la mobilité, du numérique, du réemploi ou de l’alimentation ! Car, comme le dit l’ingénieur Philippe Bihouix : « Il faudrait une profonde remise en cause des pratiques existantes pour réfléchir à nos besoins réels et réussir la mise en œuvre d’une sobriété intelligente. »

Exemple d’un dispositif low-tech de médiation urbaine : le vélo “sound system” © Paul Blanc-Nourrisseau

Exemple d’un dispositif low-tech de médiation urbaine : le vélo “sound system” © Paul Blanc-Nourrisseau

*Meadows, D. Meadows; Randers (2017) Les limites de la croissance – Dans un monde fini. Rue de l’échiquier.

L'École de design Nantes Atlantique
+ 193 autres articles

Articles sur le même thème

Réagissez sur le sujet

Les Champs obligatoires sont indiqués avec *

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir