Villes vertes et jardins 2.0

29 fév 2016

L’Observatoire des villes vertes a publié en janvier 2016 son rapport sur les villes vertes et les jardins 2.0. Le rapport illustre une tendance de fond sur l’ensemble du territoire national.

Chaque année, l’UNEP (Les Entreprises du Paysage) et Hortis (qui rassemble les responsables d’espaces nature en ville) s’associent pour créer l’Observatoire des villes vertes. L’organisation défend deux objectifs principaux : développer la réflexion sur les perspectives de la ville verte en France et promouvoir les initiatives végétales en milieu urbain.

© Unep

© Unep

« La dimension « connectée » des jardins devient progressivement incontournable : les villes se servent de la technologie pour gérer et promouvoir leur patrimoine végétal et améliorer leur attractivité« , souligne Jean-Pierre Gueneau, le président d’Hortis. Pour Catherine Muller, présidente de l’Unep, la multiplication de bornes interactives, d’ateliers pédagogiques et d’applications en lien avec le végétal est une façon de « faire revivre les jardins botaniques traditionnels, en les modernisant et en tirant partie de leur double fonction : éducation et partage« .

Tour d’horizon de ces villes qui allient le végétal au digital.

© François Michaud

© François Michaud

Les villes « Green Geek »

Les villes qui adoptent des applications dédiées aux parcs et jardins.

  • CAEN

La Ville dispose de 591 hectares d’espaces verts, soit près de 25% de son territoire. De nombreuses actions de sensibilisation à l’environnement sont organisées et des ateliers pratiques ont lieu au Jardin des Plantes. Les agents de la Ville peuvent délivrer des conseils et informations en ligne sur le monde végétal. L’application IstoryPath propose des parcours et des promenades personnalisés à travers la ville, notamment au cœur de ses parcs et ses jardins.

  • STRASBOURG

La ville a mis en œuvre la réalisation d’un Parc naturel urbain au cœur des quartiers de Koenigshoffen, Montagne Verte et Elsau, d’une surface totale de 450 hectares avec près de 35000 habitants. Le Parc propose 7 circuits à parcourir à pieds ou en vélo. L’objectif est de dynamiser ce territoire en mettant en valeur le patrimoine naturel, historique et urbain des quartiers qui le composent. Strasbourg a pris en compte le réchauffement climatique à venir en misant sur le végétal dans la ville. Une équipe de chercheurs a mis au point un dispositif expérimental sophistiqué pour comprendre les interactions entre les quartiers et les espaces verts. Le but ? Étudier comment les arbres permettront de rafraîchir l’atmosphère en cas de grosse chaleur. La municipalité teste également l’écopastoralisme (entretien des espaces naturels par le pâturage d’animaux herbivores) ainsi que l’implantation de vergers collectifs, de jardins partagés et de ruchers urbains.

Citons également Mérignac et Reims dans le palmarès.

© Unep, jardins partagés.

© Unep, jardins partagés.

Les villes « Vegetal Hackers »

Les villes qui expérimentent les innovations technologiques les plus récentes.

  • MONTPELLIER

L’association Tela Botanica a mis en place des sentiers numériques pour découvrir la botanique locale et la rendre accessible au plus grand nombre. Il s’agit des « Smart’Flore » qui fonctionnent grâce à des QR codes. L’un des tout premiers sentiers Smart’Flore est situé au jardin botanique de Montpellier. La Ville a également mis en place Montpellier Main Verte qui propose des animations et des activités gratuites sur le thème des jardins. L’objectif est d’initier les citoyens à la connaissance de la biodiversité locale pour justement les rendre acteurs de sa préservation.

  • NANCY

Nancy a été remarquée pour son grand nombre de jardins partagés ainsi que pour son « Jardin connecté » sur la place Stanislas. L’édition 2015 du Jardin Éphémère présentait de façon ludique les liens qu’entretient le végétal avec les nouvelles technologies. Le Sentier Numérique de l’Arbre a également été récompensé. Les promeneurs peuvent découvrir les secrets de 24 arbres dans la ville en photographiant simplement un flash code avec leur smartphone. L’application propose un itinéraire dans la ville et démontre que « le végétal ne s’oppose pas nécessairement à la technologie ».

Citons également dans le palmarès Tourcoing, Angers, Marseille et Lyon.

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir