Recyclage : des friches industrielles redeviennent productives !

3 Apr 2017

Le projet LORVER vise à requalifier des friches industrielles tout en permettant une production végétale à usage industriel et sa valorisation, notamment sous forme de biomasse. Dans le cadre de l’édition Révercités de l’Observatoire de la ville, Sophie Guimont, Directrice Recherche et Développement chez Valterra, nous présente le projet.

« Lorver est un programme de recherche et développement de cinq ans financé par la région Lorraine et le Fond Européen de Développement Régional. C’est un projet qui vise à créer des filières de production de biomasses industrielles ou non alimentaires sur des sites dégradés et à partir de matériaux délaissés. On peut citer l’exemple des sédiments fluviaux qui vont être extraits des cours d’eau, des déchets de démolition de bâtiments ou encore des terres excavées issues de chantiers de dépollution ou des composts d’épuration urbaine. Un ensemble de matériaux à la fois organiques et minéraux qui nous intéressent. »

D’un site dégradé à un espace de biodiversité

Le projet LORVER permet le recyclage des friches industrielles.

Le projet LORVER permet le recyclage des friches industrielles tout en permettant une production végétale à usage industriel et sa valorisation, notamment sous forme de biomasse.

« Par sites dégradés on entend toutes les friches industrielles ou urbaines que l’on va trouve dans notre environnement : elles ont pour dénominateur commun d’être très peu fertiles. Ces friches peuvent parfois contenir des polluants dits résiduels et, à travers Lorver, nous essayons de les réhabiliter. Par cette réhabilitation, nous allons créer de la valeur ajoutée à la fois sur les volets économique et social puisque nous allons recréer une filière économique qui pourra également générer de l’emploi. Il y a aussi une valeur ajoutée environnementale puisqu’à partir d’espaces totalement dégradés, non fertiles et pouvant contenir des polluants, on va pouvoir renouveler la biodiversité, la réintégrer dans ces espaces dégradés. »

Une résilience écologique

« Le projet Lorver pourrait contribuer à la résilience des villes puisqu’il recrée des espaces et notamment des sols qui vont rendre à nouveau des services écosystémiques. Il s’agit d’avoir une fonction de production alimentaire et aussi de support physique, car les nouveaux sols que l’on construit seront capables d’assurer leur fonction de réservoirs hydriques. C’est notamment possible en cas d’inondations par rapport à un sol plutôt sableux, plutôt filtrant, qui va avoir tendance à se disséminer pour peu qu’il y ait de la pollution. Nous avons vraiment vocation à recréer des sols qui retrouvent les services écosystémiques qu’un sol est censé assurer. »

 

Vidéo initialement présentée dans l’exposition « Réver(cités), villes recyclables et résilientes » à la Cité de l’architecture & du patrimoine, du 12 octobre au 4 décembre. Plus d’informations dans la visite virtuelle de l’exposition.

Demain la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir