Toyo Ito, l’architecte poète engagé

30 Juil 2013

Le japonais Toyo Ito, 71 ans, a remporté en mars le prix Pritzker, considéré comme le prix Nobel d’architecture. Une distinction méritée pour un créateur qui a su faire sortir de terre des bâtiments intemporels.

Toyo Ito a ouvert en 2011 son propre musée d’architecture, dans lequel il a reproduit la maison Silver Hut qu’il s’était fait construire en 1984.

« Il a su donner une dimension spirituelle à ses réalisations, une poésie transcende tous ses travaux. » Le jury du prix Pritzker ne tarissait pas d’éloges le 17 mars dernier, au moment d’annoncer que Toyo Ito devenait le sixième architecte japonais à remporter cette prestigieuse récompense. Des louanges justifiées, tant Ito s’impose aujourd’hui comme une signature majeure dans le milieu de l’architecture.
Son irrésistible ascension débute en 1971, date de création de son propre cabinet d’architectes, baptisé d’un nom insolite : Urban Robot. Huit ans plus tard, malgré son succès précoce, l’architecte renomme son cabinet Toyo Ito & Associés. Un nom plus sage, qui va lui permettre de s’exporter plus facilement. Expert dans l’art de concevoir des maisons individuelles innovantes, il s’ouvre à de nouvelles expériences au début des années 1990. Il accepte des commandes publiques, concevant des médiathèques, des pavillons, des théâtres, des parkings et même des parcs. Des réalisations à travers lesquelles Toyo Ito « s’efforce à chaque fois d’étendre le champ des possibles de l’architecture », d’après le jury du prix Pritzker. Jouant sur la transparence des structures et l’épure des bâtiments, il est parvenu à faire sortir de terre des espaces intemporels, qui traversent le temps sans prendre une ride. Son secret ? La remise en question permanente des codes les plus établis de l’architecture : « Quand une construction est terminée, je deviens douloureusement conscient de mes propres insuffisances, et cela se transforme en énergie pour me confronter au projet suivant. »

Traumatisé par le drame de Fukushima

S’il se méfie des modes et des courants de pensée trop contraignants, Toyo Ito n’est pas pour autant un artiste déconnecté de son temps. Au contraire. Profondément affecté par le tsunami qui a ravagé son pays en mars 2011, l’architecte met aujourd’hui son savoir-faire au service de la reconstruction des régions dévastées du Japon. Avec d’autres architectes japonais, il a créé le groupe Kisyn pour réinventer les espaces collectifs et publics. D’après Ito, il est grand temps de « nous départir de cette attirance pour l’expression personnelle qui a si longtemps prévalu en architecture » et de concevoir des bâtiments et des espaces qui donnent tout son sens à la notion de fraternité. « Pendant un moment, j’ai pensé à brouiller les lignes qui fragmentent l’architecture entre ce qui est dedans et ce qui est dehors. J’ai cherché une relation à l’espace urbain, une connexion avec la nature. Aujourd’hui, il est temps pour moi de mettre cette philosophie en pratique et de la développer », déclarait Ito quelques semaines après le drame de Fukushima. Passant de la parole aux actes, le nouveau prix Pritzker a déjà ouvert une « école de l’architecture » destinée aux enfants. Et planche désormais sur de nouveaux projets d’espaces souples et malléables, au service du vivre ensemble.

Les prix remis aux architectes devraient-ils être aussi médiatisés que les prix Nobel ?

Les projets emblématiques de Toyo Ito :

1971 : l’Aluminium House de Fujisawa

Simplicité, neutralité, efficacité. Trois mots qui résument bien l’esprit des premières maisons au style épuré et minimaliste conçues par Toyo Ito dans les années 1970. Celle-ci est dotée d’une structure de bois recouverte d’aluminium, pour un rendu minimaliste.

1976 : la résidence White U de Nakano-ku

Malgré son apparence austère, la résidence de béton White U a été pensée par Toyo Ito comme la matérialisation du concept de « jardin de lumière », c’est-à-dire un bâtiment vivant, changeant, foisonnant. Tournée sur elle-même avec sa forme de U et sa lumineuse cour intérieure, elle ne dispose pas de fenêtres donnant sur la ville.

1984 : la Silver Hut de Nakano-ku

Sa strucutre en acier donne une apparence fragile à cette maison conçue par Toyo Ito pour son usage personnel. Le bâtiment est coiffé par plusieurs voûtes, acollées les unes aux autres, et percées pour laisser passer la lumière.

1986 : la Tour des Vents de Yoyohama

Premier projet de bâtiment public réalisé par Toyo Ito, la Tour des Vents sert de réservoir d’eau et de tour de ventilation pour une galerie commerçante souterraine. Blanche le jour, elle s’éclaire la nuit : des éléments électriques s’allument automatiquement grâce à un calcul informatique. La Tour des Vents ouvre pour l’architecte une période qu’il appelle lui-même « le jardin des puces électroniques ».

2001 : la médiathèque de Sendai

La structure de cette médiathèque en forme de cube repose sur treize colonnes de différentes tailles, qui assurent la circulation énergétique. Ito a habillé le bâtiment d’une « peau de verre », pour lui donner une apparence originale faisant songer à celle d’un aquarium.

2006 : l’hôpital Cognac-Jay de Paris

La façade en verre de l’hôpital parisien donne tout son sens à la notion de transparence, si chère à Toyo Ito. L’architecte y voit un matériau non pas raide et glacé mais, au contraire, empreint d’une certaine douceur, propice selon lui à l’identité urbaine de la capitale française.

2009 : le stade de Kaohsiung à Taïwan

Conçu en 2009, ce stade de 55 000 places a l’apparence de la queue d’un dragon. Composée de poutres d’acier disposées en spirale, sa toiture aux airs de grande vague bleue est recouverte de 8 844 panneaux solaires. De quoi alimenter en énergie les écrans géants, l’éclairage et la climatisation de l’enceinte.

2011 : le musée de l’architecture Toyo Ito d’Imbari

Situé sur l’île d’Omishima, ce musée dédié à l’oeuvre de l’architecte japonais intègre notamment la Steel Hut, une construction aux formes géométriques recouvertes de feuilles d’acier et imbriquées les unes dans les autres, comme dans le céèlbre jeu vidéo de construction Tetris.

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir