Sensibiliser au tourisme durable : le cas de l’accueil des travailleurs saisonniers

22 Avr 2015

Il est une population souvent invisible et pourtant nécessaire au développement du tourisme sur notre littoral : les saisonniers. Et aujourd’hui, ces derniers rencontrent de plus en plus de difficultés à se loger dans la période estivale : pas assez de logements ou trop chers pour une population qui cherche avant tout à faire des économies. Si bien que dans certaines stations balnéaires on assiste à une véritable pénurie de saisonniers. Pénurie qui peut menacer de mettre en péril l’économie du littoral. Le cocktail manque de logements adaptés associé à la demande grandissante des stations balnéaires amène à l’expansion urbaine de ces villes, grande ennemie du concept de ville durable. Il est aujourd’hui devenu nécessaire de repenser les structures d’accueil pour cette population. Quelle forme cette nouvelle conception du logement saisonnier peut-elle prendre dans un contexte de développement du tourisme durable ? Comment ces logements peuvent-ils devenir un réel outil de sensibilisation autour des enjeux écologiques, économiques et sociaux du tourisme balnéaire ?

Architecture vernaculaire. Crédits : Carole Kim Tiam Fook Chong

Adapter l’architecture vernaculaire pour le logement des saisonniers ? L’exemple de l’Île d’Oléron. Crédits : Carole Kim Tiam Fook Chong

 Les saisonniers, une population aux besoins et désirs multiples

Jeune adulte qui profite de son été pour voyager et mettre de l’argent de côté, personne active en emploi précaire, professionnel muté pour la saison dans des lieux touristiques : le visage des saisonniers est multiple. Mais ils ont tous un point commun : la nécessité de s’intégrer à un nouvel environnement de travail. Le lien qui se crée autant avec l’environnement physique que les habitants locaux est une des clefs du bien vivre des saisonniers dans ce nouvel environnement. L’affect qui en résulte participe à la sensibilisation de cette population aux enjeux environnementaux du tourisme balnéaire et à la nécessité de développer un tourisme durable, car qui aime bien protège bien. Ce qui fait du saisonnier un acteur majeur à sensibiliser pour le tourisme durable. Lui faire comprendre le territoire par la mise en lumière de son activité économique, de sa biodiversité et de ses coutumes devient alors un outil de préservation des sites touristiques.

De nouvelles solutions de logement grâce à l’éco-conception et à l’économie circulaire

Logement saisonniers.  Crédits : Carole Kim Tiam Fook Chong

Carole Kim Tiam Fook Chong a imaginé investir une ancienne colonie de vacances pour le logement des saisonniers. Crédits : Carole Kim Tiam Fook Chong

Les stations balnéaires offrent de nombreuses opportunités de réhabilitation d’architectures vernaculaires abandonnées. Car sur le littoral français, les activités primaires de pêche, d’ostréiculture et d’agriculture ont fortement reculé au profit d’un tourisme toujours plus important. Ces architectures identitaires vernaculaires, d’abord issues de l’activité maritime puis du tourisme thérapeutique, se retrouvent aujourd’hui dépourvues d’usage. De la cabane ostréicole au sanatorium, autant de bâtiments vides quand la demande en logements estivaux est sans cesse croissante et que, par conséquent, les loyers augmentent fortement. Faire de ces lieux aujourd’hui dépourvus de fonctions de nouvelles ressources pour le logement des saisonniers, c’est l’idée de Carole Kim Tiam Fook Chong, étudiante en 5ème année à l’Ecole de Design Nantes Atlantique. Originaire de l’Île d’Oléron, Carole a pu observer ce paradoxe entre ces lieux délaissés et une forte demande de logements. « A l’heure où l’on cherche à préserver le caractère du littoral et à empêcher l’étalement urbain, il m’a semblé important de tirer parti de cette architecture à la fois délaissée et symbole de l’identité d’un lieu. L’idée est donc de la recycler au profit du logement des saisonniers. Sur une île qui voit sa population multipliée par 8 durant les mois d’été et où les 3/4 des emplois sont liés au tourisme l’enjeu économique et écologique est majeur ». Et chaque année, ce sont 100 emplois saisonniers qui ne sont pas pourvus à cause du manque de logement. Carole a donc imaginé investir une ancienne colonie de vacances pour la réaménager en appartements destinés aux saisonniers. Et au-delà d’un simple complexe locatif, le site pourrait permettre grâce à une promenade paysagère de sensibiliser les usagers à la biodiversité locale. En favorisant l’éco-conception et le recyclage les coûts sont largement amortis. De quoi prouver toute l’importance de soigner l’accueil des saisonniers dans un contexte de tourisme balnéaire durable.

Par Carole Kim Tiam Fook Chong, étudiante en cinquième année à l’Ecole de Design Nantes Atlantique option Mutations du cadre bâti, et Zélia Darnault, enseignante

L'École de design Nantes Atlantique

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir