Se réapproprier les espaces défensifs ou déconsidérés de nos villes

10 Déc 2014

Couvrez cette ville que je ne saurais voir ! Depuis quelques années, les décideurs publics et les aménageurs urbains jouent les Tartuffe à trop vouloir se protéger des dérives de nos villes. Mobilier urbain anti SDF, éclairage spécial dans les gares pour éviter les drogués, dispositifs sonores anti-jeunes, la ville préfère contourner ses problèmes par des aménagements à tendance discriminatoire. Pour lutter contre ce phénomène, des artistes, des designers ou des collectifs hybrides ont choisi de redonner le plein accès à ces espaces afin que l’espace public réappartienne à tous. Tour d’horizon des solutions retenues pour redevenir maître de son espace public.

Mobilier urbain anti-SDFChine ; Copyright : Urbanisme inhumain / Tumblr

le Tumblr Urbanisme inhumain recense les espaces publics hostiles au public
Copyright : Urbanisme inhumain / Tumblr

Lutter contre le mobilier urbain défensif

Chasser les SDF ou les marginaux de nos villes, voilà le programme non avoué de certains décideurs. Rien de plus simple : pour empêcher des personnes de dormir sur les bancs publics, remplaçons-les par des chaises ; afin que des groupes ne viennent pas s’installer sous les ponts, plaçons-y des boulons. C’est pour lutter contre ces raisonnements simplistes que l’artiste américaine Sarah Ross a décidé de créer une ligne de vêtements spéciaux : Archisuits. Ces combinaisons atypiques destinées aux Sans Domicile Fixe forment des sculptures en négatif qui viennent s’imbriquer dans le mobilier urbain hostile. Ainsi, dormir sur un banc sectionné par des barres de fer redevient possible. La créativité comme alternative à la ville hostile, c’est également la réponse apportée par deux artistes et architectes : Gordan Savicic et Selena Savic. A eux deux, ils ont monté le concours Unpleasant Design récompensant les projets innovants. Parmi les vainqueurs, le projet SI8DO propose de créer des plaques métalliques qui peuvent se fixer au mobliler urbain existant (comme les feux de signalisation) afin de permettre aux gens de s’asseoir et de se reposer un temps dans une ville trop souvent inhospitalière.

Archisuits ; Copyright : Sarah Ross

Sarah Ross a créé Archisuits, une ligne de vêtements destinée à contrer le mobilier urbain défensif ; Copyright : Sarah Ross

Réinvestir les espaces déconsidérés

Certains espaces déconsidérés par les pouvoirs politiques ou par les usagers, comme les tunnels ou encore les dessous des ponts, sont propices à servir d’abris naturels pour les plus démunis.  Ce sont en quelques sortes des oubliés spatiaux qui abritent les oubliés sociaux. Réinvestir ces lieux en créant des usages appropriés aux réelles attentes de leurs utilisateurs relève de la notion même du terme design.  Rendre accessible à tous et offrir un nouveau regard, voilà les objectifs du collectif de designers et d’architectes anglais Assemble. Pour le projet Folly for a Flyover, le groupe a choisi d’investir le dessous d’un pont du quartier londonien Hackney Wick. Le résultat : un pop-up urbain géant formant un espace hybride de convivialité. Bar et lieu de départ pour des excursions le jour, l’espace se transforme en salle de cinéma en plein air et scène pour des performances artistiques à la nuit tombée.

Espace défensif ; Copyright : Grégoire Moinard

Grégoire Moinard souhaite redonner vie aux sous-faces des ponts, des espaces souvent déconsidérés ; Copyright : Grégoire Moinard

Grégoire Moinard, étudiant en cinquième année à l’Ecole de Design Nantes Atlantique, s’intéresse lui-aussi aux dessous de ponts. Il souhaite redonner vie à ces espaces souvent déconsidérés en leur donnant un nouvel accès, un nouvel usage et en apportant un nouveau regard. Pour Grégoire, « C’est par l’usage que l’on s’approprie un lieu.  C’est grâce à des éléments que l’on perçoit un lieu d’une manière plus positive. La sous-face d’un pont regorge de possibilités d’aménagements. En plus, elle forme un abri quasi naturel.  Cet espace doit être un espace de qualité sans rupture dans le continuum urbain. Créer un lieu de repère pour tous sans ghettoïser mais plutôt déstigmatiser  les usages qui s’y trouvent est là un levier d’innovation. je cherche donc à créer un espace repère, signalé à distance, servant de meeting point afin d’accueillir des usages fondamentaux ». Car derrière la réappropriation de l’espace public se pose la question de la ville pour tous.

Par Grégoire Moinard, étudiant en 5ème année à l’Ecole de Design Nantes Atlantique option Mutations du cadre bâti, et Zélia Darnault, enseignante

L'École de design Nantes Atlantique

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir