Réversibilité, mutabilité et résilience en région nantaise

22 Mai 2017

Pendant plus d’un an, les étudiants du master d’urbanisme « Villes et territoires » de l’université de Nantes et du Design Lab Ville durable de L’École de design Nantes Atlantique ont travaillé ensemble sur les thématiques de « Réver(cités), villes recyclables & résilientes ». Après avoir interrogé les termes de réversibilité, mutabilité et résilience en séminaires et au cours de balades urbaines commentées, les étudiants ont confronté leurs idées et approches de la réversibilité.

La friche industrielle Atlas à Issé

La friche industrielle Atlas à Issé. © Matthias Aubin, Lara Bretones, Anne Durand, Olivier Riou, Margaux Sauret

Mutation d’une friche industrielle à Issé

Un premier atelier interrogeait le devenir d’une friche industrielle de sept hectares dans la petite commune rurale d’Issé, située entre Rennes et Nantes, dans l’aire urbaine de Châteaubriand. Le projet de reconversion de la friche Atlas questionne plus largement la régénération des villes sur elles-mêmes, leur capacité à se réinventer pour et par les habitants. Le projet ne devait pas figer le site dans une fonction prédéfinie mais permettre au contraire sa mutabilité, sa réversibilité, et de nouvelles appropriations dans le futur. En somme, il fallait accepter l’incertitude et penser un projet autorisant ce qui ne peut être prévu.

carthographie de la vulle d isse

Issé, une commune à la croisée de deux grandes aires urbaines. © Matthias Aubin, Lara Bretones, Anne Durand, Olivier Riou, Margaux Sauret

Le résultat, c’est, d’une part, l’expérimentation de méthodes de participation : par exemple, la création d’un jeu a permis de libérer la parole habitante, d’identifier leurs envies, besoins et idées et de commencer à coconstruire un nouveau projet pour la friche. Et c’est, d’autre part, l’élaboration d’un projet d’aménagement évolutif et participatif qui interroge la temporalité des grands projets urbains et propose un phasage réversible et modulable. Six étapes sont proposées : sécuriser, ouvrir le site, préfigurer des lieux d’accueil et d’animation, donner accès à la lisière, mettre en scène l’histoire, ancrer le site dans son territoire. Ces axes de programmation pourront être menés en parallèle par ceux qui voudront s’engager sur le site – habitants, investisseurs privés, aménageurs, collectivités, etc. – selon leurs envies et les opportunités. Les étudiants proposent ainsi une mise en mouvement de la friche Atlas, un projet-processus sans point final, pour laisser le champ ouvert à de nouveaux possibles.

dispositif jeu isse batiment

Dispositif de jeu testé par les habitants : cartes, maquette et plan du site. © Aurélien Ballandras, Gabriel Gavira, Pacôme le Rouge de Rusunan, Emmanuelle Pajot, Thibault Moinard et Mélina Régent

Développement de tiers-lieux en milieu périurbain

Scénographie dans la ville d isse permettant de recueillir avis et suggestions pour la mise en place progressive d’activités autour de tiers-lieux

Scénographie permettant de recueillir avis et suggestions pour la mise en place progressive d’activités autour de tiers-lieux. © Marthe Chatillon, Charlotte Eckstein, Elise Lecuyer, Qingyuan Lyu

Le second atelier questionnait plus particulièrement les tiers-lieux et espaces de coworking. Mais dans le périurbain, la figure est-elle possible ? Comment imaginer de tels lieux mutables, réversibles, qui s’installent momentanément dans un espace parce que le besoin est là, dans la ville, le bourg ou le village ?

Le territoire d’expérimentation fut celui du Pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire et le challenge relevé par les étudiants, celui d’imaginer des tiers-lieux dans le périurbain pour réduire les mobilités pendulaires et revitaliser l’économie périurbaine. Il fallait s’appuyer sur des lieux de centralité existants – centres commerciaux, gares SNCF, nœuds autoroutiers, bibliothèques – pour y ajouter de nouveaux services mobiles, ponctuels, évolutifs en fonction des usagers.

La première étape fut donc celle du diagnostic. Cette photographie dynamique du territoire a permis d’établir une typologie de couples « centralités/tiers-lieux ». Des outils d’évaluation des besoins et envies des habitants ont été élaborés en vue d’identifier les usages qui pourraient y être développés.

Dans un second temps, des guides d’aide à la création de ces tiers-lieux ont été produits à partir de l’étude du fonctionnement de premières expériences sur le territoire, présentées sous forme vidéodocumentée. Ces guides ont été remis au Pôle métropolitain pour qu’il en assure la promotion auprès des collectivités territoriales, mais aussi des employeurs et des actifs qui vivent dans le périurbain.

Cartographie permettant l’identification des flux et des potentiels de lieux sur le territoire du pôle métropolitain entre Nantes et Saint-Nazaire

Cartographie permettant l’identification des flux et des potentiels de lieux sur le territoire du pôle métropolitain entre Nantes et Saint-Nazaire

Eléments initialement présentés dans l’exposition « Réver(cités), villes recyclables et résilientes » à la Cité de l’architecture & du patrimoine, du 12 octobre au 4 décembre 2016. Plus d’informations dans la visite virtuelle de l’exposition.

Demain la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir