Quelle place pour les séniors dans nos villes ?

14 Mar 2014

« Une ville qui vieillit, un rythme qui ralentit ! » Derrière ce slogan peu accrocheur se cache pourtant la situation de la majorité de nos villes. Pourtant, celles-ci continuent à prôner le jeunisme et le dynamisme, mettant ainsi de côté une part non négligeable de leur population, et donc de leur électorat. A l’approche des élections municipales, on peut se demander pourquoi et comment prendre en compte les attentes de nos aînés et les intégrer au mieux au sein de nos villes.

Comment prendre en compte les attentes des séniors et les intégrer au mieux dans nos villes ? ©Sébastien Gorichon

Comment prendre en compte les attentes des séniors et les intégrer au mieux dans nos villes ? © Sébastien Gorichon

Pourquoi intégrer les séniors dans nos villes ?

A l’instar de ce qui se passe dans l’ensemble du pays, les séniors sont de plus en plus nombreux dans nos villes. Ils en viennent donc à constituer un électorat non négligeable auquel nos femmes et hommes politiques ont tout intérêt à s’intéresser. D’autant plus que toutes les études sont formelles : les séniors votent, et votent en très grand nombre ! Qui dit séniors en grand nombre dit enjeu économique. Car n’oublions pas que nos séniors sont nombreux à s’engager dans des associations ou à faire du bénévolat. Une véritable mine d’or de savoir-faire que nous devons valoriser. Et ça, le marketing est en passe de le comprendre : mannequins du troisième âge, chroniqueurs télés ou animateurs radios, les séniors retrouvent une seconde jeunesse grâce aux différents médias. Car en effet, le préalable indispensable à toute intégration est l’image positive.

Pourquoi intégrer les séniors dans nos villes ? ©Sébastien Gorichon

Pourquoi intégrer les séniors dans nos villes ? ©Sébastien Gorichon

Des villes pour les séniors ou avec les séniors ?

La ville de Sun City (Arizona) est réservée aux séniors. © Alex MacLean

La ville de Sun City (Arizona) est réservée aux séniors. © Alex MacLean

Sun City… Un nom de ville qui a de quoi faire rêver ! Mais attention si vous n’êtes pas retraités pas question de pouvoir prétendre y habiter. Car Sun City fait partie de ces villes américaines entièrement réservées aux séniors. La moyenne d’âge y est de 75 ans et bien sûr aucun enfant ni école ne sont présents. Autre particularité : la ville est autogérée par ses habitants. Et le concept plaît puisque la ville du soleil compte près de 40 000 habitants. Sans en arriver aux extrémités américaines, la France voit de plus en plus de résidences pour séniors se développer. Des immeubles dédiés au bien-être des personnes âgées mais pour les personnes autonomes. Ni tout à fait une maison de retraite, ni résidence classique, les habitants ont accès à un certain nombre de services et de prestations, selon le standing de l’hébergement : ménage, restauration, bibliothèque, aide aux formalités, espace détente… Ces deux solutions ne permettent pas de mettre en avant les avantages de la vie intergénérationnelle. Pourtant on peut voir apparaître dans nos journaux nombre de petites annonces de type « vieille dame cherche jeune colocataire » : la colocation intergénérationnelle a le vent en poupe. Dans ce système gagnant-gagnant la personne âgée propose une chambre à bas coût contre un peu de présence et quelques services. Certains vont encore plus loin en initiant la cohabitation intergénérationnelle : de véritables résidences dans lesquelles ce système est mis en place à l’échelle de l’immeuble.

Le design au service de l’intégration des séniors

Sébastien Gorichon propose une structure autogérée par les séniors favorisant les relations intergénérationnelles au cœur des Sables-d’Olonne. © Sébastien Gorichon

Sébastien Gorichon propose une structure autogérée par les séniors favorisant les relations intergénérationnelles au cœur des Sables-d’Olonne. © Sébastien Gorichon

Elus, citoyens, architectes, urbanistes… Nombreux sont les acteurs de la ville à s’intéresser à la question de l’intégration des séniors. Le designer fait la passerelle entre ces différentes personnes quitte à servir parfois d’interprète. Au plus proche des usages, il prend le temps d’observer le contexte, de s’entretenir avec la population, d’organiser des ateliers dans l’objectif de proposer un projet cohérent et innovant en comprenant les besoins de chacun pour satisfaire l’ensemble de la population. Le designer doit alors imaginer un concept universel regroupant de l’intergénérationnel, du design pour tous et de la participation citoyenne. Sébastien Gorichon, étudiant en 5ème année à l’École de Design Nantes Atlantique, a proposé un projet revalorisant la place des séniors au sein des villes. « Je me suis particulièrement intéressé au cas des stations balnéaires et notamment des Sables-d’Olonne. J’ai proposé un espace multifonctionnel situé sur le remblai, un lieu fréquenté tous les jours par les habitants. Cette structure est autogérée par les séniors, pour l’ensemble des Sablais afin de répondre aux besoins de la population et de dynamiser la ville ». L’espace permet de réunir diverses activités, de provoquer des rencontres et de devenir occasionnellement une salle pour les associations ou les congrès, le tout à l’abri des caprices de la météo. Ce concept permet de redorer l’image des séniors, de leur donner de l’importance, mais également d’être utilisé par toute la population, favorisant ainsi la mixité générationnelle.

Par Sébastien Gorichon, étudiant en 5ème année à l’Ecole de design Nantes Atlantique option Mutations du cadre bâti, et Zélia Darnault, enseignante

L'École de design Nantes Atlantique

Vos réactions

Ce projet est un de ceux qui permettront aux générations de vivre  » le dialogue » et non « la confrontation » dans l’humilité liée à la reconnaissance des bienfaits que l’autre apporte.les anciens étant la base et les jeunes les pierres qui permettent de monter l’édifice de la vie .sans base solide rien ne tient et sans pierre rien ne se construit.
Et pour bâtir une ville solidement et sereinement , cloisonner les quartiers par tranches d’âges ,sans pont relationnel mène à coup sur, aux conflits. Merci pour ce projet qui nous conforte, nous les seniors que les jeunes ne nous laissent pas de côté..

L’idée est belle et j’aimerai bien en connaître davantage les tenants et aboutissants. Comment échappe-t-on par exemple à la contradiction de la spécificité d’un équipement réservé aux seniors et désigné comme tel dans l’espace public, et sa vocation plus ouverte à l’intergénérationnel ?
Travaillant sur ce dernier sujet à l’agence d’urbanisme de Bordeaux, je suis vraiment intéressée par votre réponse et si vous pouvez les communiquer d’éléments plus précis de projet (montage financier, mode de fonctionnement, public visé, etc.)
Bien à vous
mcbh

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir