Medellín : « De la ville la plus violente à la ville la plus innovante »

2 Mai 2017

Longtemps meurtrie par la violence, Medellín, deuxième ville de Colombie, a entamé depuis 12 ans une profonde mutation principalement axée autour d’une nouvelle gouvernance, de la lutte contre les inégalités sociales et de nouveaux aménagements urbains avec des parcs permettant de mieux relier les différentes populations de la ville.

Vue generale du projet de l’agence Latitud pour la reconquête paysagère de 26 kilomètres de rivière avec enterrement partiel des voies rapides qui la longent

Vue générale du projet de l’agence Latitud pour la reconquête paysagère de 26 kilomètres de rivière avec enterrement partiel des voies rapides qui la longent. © Latitud

Une municipalité engagée

La deuxième ville de Colombie, avec 3,5 millions d’habitants, s’implante dans la vallée de l’Aburrá, de part et d’autre du fleuve dont elle porte le nom, sur 17 kilomètres de long. Ville industrielle, elle en a longtemps maltraité les rives jusqu’à les doubler d’une autoroute nationale, achevant de couper la ville en deux. Alors que la ville-centre occupe la vallée, les collines se sont urbanisées de manière informelle au gré des arrivées de réfugiés fuyant les conflits armés intérieurs ; ils représentent 40 % des Paisas. Depuis une dizaine d’années, la municipalité mène une politique active d’urbanisme social. Elle édifie des équipements de proximité dans des quartiers pauvres, met en place des aides en faveur de ces populations, promeut des transports publics afin de désenclaver les différents quartiers.

Sur une colline de Medellín, dans un quartier informel de la ville, les habitants ont planté un potager : une façon pour eux de se rattacher à leur passé rural et de s’assurer une production alimentaire

Sur une colline de Medellín, dans un quartier informel de la ville, les habitants ont planté un potager : une façon pour eux de se rattacher à leur passé rural et de s’assurer une production alimentaire. © Yvonne Brandwijk

 

PARQUE DEL RÍO: réinvestir le fleuve, créer de l’urbanité

Lancée dans cette dynamique de reconquête et d’apaisement de son territoire, la ville s’est engagée dans un projet pharaonique d’aménagement des rives du fleuve sur 423 hectares avec la couverture d’une partie de l’autoroute. La jeune agence d’architecture et d’urbanisme Latitud qui a gagné le concours en 2013, transforme la rivière en structure écologique avec un jardin botanique qui filtre l’eau, la canalisation des 52 ruisseaux qui s’y déversent, des espaces de déambulation et de repos pour piétons et cyclistes mais aussi des ponts pour faire le lien entre les quartiers. Au-delà du lien physique, il s’agit de tisser des connexions sociales et économiques entre des populations qui s’ignorent et se craignent. Le parc principal de plus d’un hectare et la couverture d’une partie de l’autoroute sont actuellement en cours d’achèvement. La régénération urbaine de la rivière Medellín va continuer.

Metrocable est un systeme de telecabines installe par la communaute urbaine colombienne de Medellín

Metrocable compte déjà deux lignes, ouvertes en 2003 et 2009, dans le but de réduire les tensions entre la partie basse de la ville, la plus aisée, et la partie haute où la vie reste souvent précaire. © Luc Boegly

 

Agriculture urbaine, identité et lien social

Dans les quartiers informels de la ville, des communautés se forment et s’organisent au fur et à mesure qu’elles grossissent. Elles participent activement à la construction du territoire qu’elles occupent. L’un des défis majeurs pour ces desplazados est d’accéder à la sécurité alimentaire. L’agriculture urbaine offre une solution d’appoint dans des quartiers peu denses comme celui de la comuna 8, perché sur une colline, dans la zone centre-est de Medellín.

Ses habitants, venant pour la plupart de régions rurales, ont créé un potager. Outre l’apport essentiel qu’il constitue en fruits et légumes, il est d’autant plus important qu’il permet aux habitants de pratiquer leurs savoir-faire et de se rattacher à leur histoire.

Un equipement sportif construit dans un quartier pauvre de la ville témoigne de la politique sociale affirmee

Un équipement sportif construit dans un quartier pauvre de la ville témoigne de la politique sociale affirmée. © Luc Boegly

La municipalité a accompagné ce travail par des aménagements paysagers et la réalisation d’espaces publics : des sentes, aires de repos et étagements qui stabilisent ces terrains pentus. Certains y voient une manière de mieux contrôler et contenir le développement urbain.

Vue projetee de la premiere tranche du parc realisee apres renovation urbaine des abords

Vue projetée de la première tranche du parc réalisée après rénovation urbaine des abords. © Latitud

Demain la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir