Le génie d’Amsterdam : modèle d’intelligence urbaine

20 Juil 2016

Avec « Le génie d’Amsterdam. Opportunité, agilité, inventivité », l’architecte-urbaniste Ariella Masboungi démontre comment et pourquoi Amsterdam fait office de modèle en matière d’intelligence urbaine. Amsterdam délaisse « l’urbanisme des experts pour ouvrir le champ du projet à tous les acteurs de la ville ». Résultat, son devenir métropolitain est une préoccupation réellement démocratique.

génie-Amsterdam-petitjean-batiment

Le génie d’Amsterdam, Opportunité, agilité, inventivité. Ariella Masboungi (sous la direction de), juin 2016. Avec la collaboration de Antoine Petitjean. Editions Parenthèses
© Editions Parenthèses

Le travail de recherche effectué par Ariella Masboungi et Antoine Petitjean révèle point par point ce qui fait d’Amsterdam une capitale unique. Elle se distingue notamment par un plan d’action pour une ville « circulaire » qui ambitionne « la réduction drastique du gaspillage des ressources, la maîtrise des impacts environnementaux et l’augmentation du bien-être des habitants ». C’est le prince Charles de Bourbon-Parme qui a lancé en juillet 2015 « The Netherlands Circular Hospot », une initiative animée par 25 partenaires dont des industriels, des chercheurs et des organismes publics. L’objectif ? Promouvoir l’économie circulaire à l’échelle mondiale. La ville a toujours su se montrer innovante, étant donné « qu’elle a dû inventer son territoire, en luttant contre l’eau, en fabriquant des îles, des polders » rappelle Ariella Masboungi.

La phytoremédiation au service de la ville

musee-neerlandais-film-batiment

Les locaux du EYE, ou Musée Néerlandais du Film, se trouvent à Amsterdam Noord et ont été dessinés par le cabinet d’architecte viennois Delugan Meissl Ass. © De Brug

La région d’Amsterdam ou Stadsregion Amsterdam, qui regroupe 15 communes et la capitale, est soumise à une très forte pression démographique en raison de son attractivité et du tourisme. 600 000 habitants de plus sont attendus pour 2030 ! C’est pourquoi la construction de nouveaux quartiers et la réhabilitation de zones délaissées s’imposent. Le projet De Ceuvel a ainsi vu l’installation de résidents et de micro-entreprises sur la rive nord de l’IJ dans un quartier auparavant lourdement pollué par l’industrie. Aujourd’hui, une petite communauté s’applique à faire revivre ce coin d’Amsterdam grâce à la phytoremédiation : des plantes et des algues capables de purifier le sol et les eaux. On citera également les îles de Java, de Bornéo et de KNSM, dominées longtemps par les activités portuaires et désormais lieux de vie à part entière.

L’architecture bleue comme solution

société-civile-amstellodamoise-Cécile-Obertop-batiment

La société civile amstellodamoise est pleinement intégrée dans la fabrique de la ville. © Cécile Obertop

En prévision justement de la montée des eaux et pour pallier le manque de place, des maisons flottantes ont été construites dans le quartier d’Ijburg : 18 000 logements pourront accueillir d’ici 2020 près de 45 000 habitants. Le quartier comprendra toutes les commodités nécessaires : des commerces, des écoles, des centres de loisirs. Ce type de construction intéresse évidemment les pays menacés par le réchauffement climatique. Le fondateur de l’agence Waterstudio, Koen Olthuis, défend ainsi l’architecture bleue comme solution aux possibles inondations aux Pays-Bas comme ailleurs dans le monde.

Une articulation public-privé qui fonctionne

eau-alliee-amsterdam-ijburg-batiment

L’eau devient une alliée à Amsterdam. Les architectes en tirent parti comme ici à Ijburg avec les maisons flottantes. © Bowcrest Marine

Pour Ariella Masboungi, lauréate du Grand Prix de l’Urbanisme 2016, « Amsterdam est une ville poisson-pilote qui montre des nouvelles directions de travail en matière d’urbanisme. On croise l’investissement public, en termes financier et intellectuel, avec des initiatives privées qui ne viennent pas seulement du monde des promoteurs mais au contraire qui viennent des associations ou des créatifs ». Une articulation judicieuse qui contribue ainsi à faire de la ville un espace toujours en débat pour favoriser le mieux-vivre. Mais la Smart City ne doit pas dénaturer ce qui fait l’essence d’une ville : « Le défi des villes européennes est de se moderniser tout en restant elles-mêmes », ce qu’Amsterdam parvient à faire pour le moment. « En France, nous avons l’habitude de dire aux habitants, aux associations et aux investisseurs privés ce qu’on aimerait qu’ils fassent et dans quels cadres ils doivent rentrer. La leçon d’Amsterdam, c’est de savoir écouter, de savoir recevoir des propositions et de les intégrer dans des politiques publiques. »

«Le génie d’Amsterdam. Opportunité, agilité, inventivité». Sous la direction d’Ariella Masboungi, avec la collaboration d’Antoine Petitjean, juin 2016. Aux éditions Parenthèses.

 

Pour en savoir plus sur Amsterdam :

http://www.netherlandscircularhotspot.nl/home.html
https://amsterdamsmartcity.com/

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir