Le big data contre les incendies

3 Fév 2014
Un camion de pompiers sort de son garage, à New York. Crédits : Peter Stehlik / Wikimedia

Un camion de pompiers sort de son garage, à New York. Crédits : Peter Stehlik / Wikimedia

La ville de New York a dressé une liste de 60 facteurs afin d’établir un algorithme capable d’identifier les bâtiments de la ville les plus susceptibles d’être victimes d’un incendie. Parmi ces facteurs : la pauvreté du quartier, l’ancienneté du bâtiment, la vétusté de l’installation électrique, ou encore la présence d’ascenseurs et d’extincteurs automatiques. Grâce à ce dispositif de data mining, 330 000 immeubles sur le million que compte Big Apple ont été jugés
« à risque ». Les pompiers new-yorkais pourront ainsi concentrer leurs visites hebdomadaires sur ces immeubles jugés prioritaires et intervenir plus rapidement si le feu se déclare. D’après le Wall Street Journal, le recours de plus en plus fréquent au big data va élever le degré d’exigence des citoyens en matière de sécurité et de qualité de vie. Pour autant, les municipalités auront bien du mal à prouver que ces données informatiques sont directement à l’origine d’une amélioration des services de la ville.

Lire l’article du Wall Street Journal

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir