L’avenir de la ville se joue maintenant

1 Juin 2013

Malgré le mélange d’inquiétude et d’espoir qu’elle suscite, l’urbanisation mondiale avance sans ciller. Au cœur de son extension inéluctable se trouve la Nature, humaine et environnementale. Qu’adviendra-t-il de nos forêts, fonds marins et écosystèmes ? Comment ces populations toujours plus denses vont-elles cohabiter dans l’espace urbain ? Julien Damon s’appuie sur notre histoire pour apporter un éclairage résolument positif sur notre avenir.

En 2050, 70% des habitants de la planète vivront en Ville

mumbai observatoire

Ville de Mumbai. Crédits : Rckr88 / Flickr

Soit 6,4 milliards de personnes. A la tête de cette progression sans précédent, les pays en développement absorberont 95% de la croissance urbaine. Les villes vont devoir s’étaler ou se densifier (ou les deux). Mais si les « mégas cités » au développement effréné et chaotique telles que Mumbai ou Sao Paulo ont de quoi faire peur, elles ne rassembleront que 10% des citadins en 2025. La moitié de la population mondiale continuera de vivre dans des agglomérations de moins de 500 000 habitants.

Ville radieuse ou ville monstrueuse ?

Depuis toujours, la ville porte un espoir : celui d’une meilleure qualité de vie, plus moderne, plus saine et plus riche aussi. Or, ce sont les pauvres qui alimenteront la croissance urbaine à venir. Dans les ghettos et les bidonvilles, la route vers un avenir meilleur est jonchée de tensions et d’insécurité. Alors, comment éviter de faire grandir les inégalités en même temps que la ville ?

Faire de la ville un moteur de croissance

Attirés par les lumières de la révolution industrielle, des millions de paysans ont afflué vers les villes européennes, sous le regard hostile des citadins. Le vivre ensemble s’est naturellement construit sur la gestion de l’hygiène publique, à travers une série de réseaux : alimentation en eau, élimination des déchets… Destinés à contrôler les externalités négatives de la pauvreté, ces réseaux illustrent notre capacité à coopérer lorsque les circonstances l’exigent. Or, si nous avons pu le faire à l’échelle locale, il en ira de même au niveau mondial. Puisqu’elle est irréversible, faisons de la ville un moteur de croissance dans tous les pays !

L’écologie urbaine, notre futur

Initialement façonnée par les usages humains, la ville consomme de l’espace, de l’énergie et des ressources. C’est pourquoi nous devons repenser son modèle d’intégration dans l’environnement. La ville peut générer elle-même les solutions aux problèmes qu’elle a créés. Ce n’est que décarbonée et durable qu’elle saura se réconcilier avec la nature. La ville peut et doit être considérée comme un gisement d’innovations, destiné à favoriser le vivre ensemble et à sauver notre planète menacée.

Accéder à l’étude complète

Par Julien Damon

Demain la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir