La ville à parkourir : l’architecture au service des modes hyperactifs (2/2)

29 Juil 2013

Le parkour est encore à l’honneur dans ce second billet, après une première itération dédiée aux présentations. Pour un court rappel : le parkour se présente comme « l’art du déplacement », à mi-chemin entre sport extrême et mobilité urbaine. Popularisée par une poignée de films et de jeux vidéo (Yamakasi, Assasin’s Creed), cette discipline est la benjamine des « glisses urbaines », ce grand fourre-tout qui rassemble le skate, le roller, le BMX et autres « modes hyperactifs » (par analogie avec les « modes actifs », plus doux que ses homologues excessivement sportifs).

De fait, le parkour partage avec ces pratiques, et plus particulièrement avec le skate, un certain nombre de valeurs fondamentales : la ville y est notamment perçue comme un terrain de jeu gigantesque, dans lequel l’infrastructure physique se plie aux velléités libertaires des pratiquants. A l’origine considéré comme une dangereuse subversion par les acteurs de la ville, le skateboard a progressivement réussi à insuffler cet esprit de conquête à ceux qui, précisément, fabriquent ladite infrastructure physique, architectes et urbanistes en particulier. Au point que l’on conçoit aujourd’hui certains bâtiments au service du skateboard et autres « urbanités ludiques ».

Dans ce contexte, il semble non seulement concevable, mais de surcroît pertinent, de s’interroger sur la possible intégration du parkour dans l’architecture et l’urbanisme contemporain, suivant ainsi le modèle du skateboard. De quoi concrétiser un peu plus le fantasme d’une « ville ludifiée », sportive et désirable.

Le skateboard, enfant prodige

Mieux que tous les autres sports alternatifs sus-décrits, le skateboard a en effet montré les possibilités qu’offraient l’hybridation entre ces pratiques et les métiers de la ville. L’Opéra d’Oslo s’est ainsi fait connaître pour son intégration astucieuse des glisses urbaines : « le bâtiment est conçu de manière à offrir un parcours du sol au toit, agrémenté de murets faisant office de module de skate. Des petits panneaux indiquent même des exemples de figures de skates ou roller à exécuter. Le sol est lisse, afin d’offrir un revêtement idéal à la glisse urbaine. »

Pour étendre cette démarche, le magazine d’architecture Loud Paper a d’ailleurs publié un intéressant « Guide du skateur à l’usage de l’architecture, ou guide de l’architecte à destination du skateboard » afin de fabriquer « des espaces qui permettent à l’usager de déployer ses improvisations ». Même son de cloche dans cet article publié sur le webzine ArchDaily, qui revient sur l’importance du skate dans les réflexions architecturales.  L’un des architectes interrogés explicite ainsi la manière dont le premier nourrit les secondes : il ne crée pas des bâtiments, mais des « topographies », des reliefs en béton sur lesquels peuvent s’épanouir skateurs et autres casse-cous urbains.

Le corps comme révélateur

Ces considérations relèvent, en 2013, d’une certaine évidence. Mais il faut bien se rendre compte que le skateboard a d’abord dû subir des années de marginalisation avant d’intégrer le cénacle des métiers de la ville. Dit autrement, les architectes auront mis longtemps avant d’accepter ce que le skate avait à leur offrir. D’une certaine manière, l’Histoire se répète aujourd’hui avec le parkour. Jugé trop dangereux, trop athlétique aussi, il est a priori difficile de voir ce que ces flâneries hyperactives peuvent apporter à la ville. Et pourtant ! « C’est à partir du corps que se perçoit et que se vit l’espace, et qu’il se produit », écrivait Henri Lefebvre dans « La production de l’espace » (1974). Et quoi de mieux que cette chorégraphie du piéton énergique pour illustrer ces propos ?

popupcity.net/urbanism/hong-kong-as-a-2d-game/

En effet, le parkour transforme le relief précédemment évoqué en terrain de jeu sans autres limites que celle de l’imagination du « traceur » (terme que se donnent les pratiquants du parkour). Il y a là un premier changement de regard sur ces « aspérités » inhérente à la ville, et que divers acteurs urbains tentent pourtant de lisser à l’extrême. On pensera ainsi aux préceptes de la prévention situationnelle, qui tendent à condamner toutes ces embrasures du bitume au profit de logiques sécuritaires. A cela vient s’ajouter la privatisation croissante des espaces publics et semi-publics, qui portent inévitablement un coup d’arrêt à gesticulations des traceurs. Le parkour a donc, en premier lieu, un apport théorique : en mettant en exergue certaines transformations contemporaines de l’espace urbain, cet art du déplacement devient un art de la révélation de ce qui colle – ou ne colle plus – dans nos villes.

Musculation à ciel ouvert

Mais le parkour contient aussi, dans son exploitation ludique du territoire, des inspirations plus pratiques pour la fabrique de la ville. Les marques qui s’en inspirent, citées dans le premier volet de ce dytique, l’ont bien démontré : il existe aujourd’hui une forte attente à l’égard de ce que nous avons baptisé « sportivités urbaines », ou comment faire de la ville un gymnase à ciel ouvert. Les joggeurs du dimanche sont déjà nombreux à utiliser le relief de la ville en marge de leur footing, et les traceurs ne font que donner à ces usages une amplitude démesurée.

flickr.com/photos/nnova/4685587751/in/photostream/

En observant ces micro-pratiques, et plus précisément les mouvements des pratiquants du parkour, les architectes pourraient alors penser le dessin du bâti en fonction de ces sportivités. Multiplier les aspérités sur les façades, les reliefs dans la rue, les escaliers et les mobiliers à usage sportif, la ville s’assumerait enfin dans toute sa « ludicité », tout en encadrant plus efficacement la sécurité des pratiquants. C’est en effet le prix à payer pour voir le parkour irriguer plus massivement les pratiques citadines. A l’instar des skateparks, qui ont permis de « contrôler » les skateurs tout en favorisant l’essor du skateboard lui-même, cette intégration du parkour dans l’architecture de la ville semble un compromis susceptible de séduire tant les élus que les pratiquants occasionnels. La ville durable sera hyperactive ou ne sera pas !

Lire la 1ère partie de l’article : La ville à parkourir, nouvel avatar de l’urbanité ludique (1/2)

[pop-up] urbain

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir