La seconde vie des friches industrielles

27 Nov 2013

Aménagé dans l’ancienne usine LU alors à l’abandon, le Lieu Unique est depuis 2000 un des principaux espaces culturels de la ville de Nantes.
© Wikimedia / Erwan Corre

En France, les projets de réhabilitation de quartiers sinistrés se multiplient, en particulier dans la moitié nord du pays, où les usines fantômes sont encore nombreuses. Dépollution des sols, aménagement de l’espace, vente des nouveaux terrains… Le processus prend du temps et exige que les équipes municipales bénéficient de suffisamment de temps pour mener l’opération jusqu’au bout. Mais malgré l’ampleur du chantier, la réhabilitation d’anciens bâtiments industriels est souvent rentable. « Un euro de financement conduit en moyenne à six euros venant des investisseurs privés, entreprises ou promoteurs immobiliers », explique Laurent Théry, ancien directeur de la société mixte d’aménagement de Nantes, dans les colonnes de Libération. En septembre, le quotidien a justement visité trois chantiers de réhabilitation d’anciennes usines en périphérie de Nantes, Lille et Saint-Étienne.

Lire l’article sur le site de Libération

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir