La route qui pense

6 Fév 2013

Si beaucoup parlent déjà de la « voiture intelligente », d’autres experts imaginent rendre la route plus « smart » : donner au trait de bitume le pouvoir de recueillir et diffuser des informations, d’interagir avec les nouveaux véhicules, voire de recharger, tout en roulant, les voitures électriques…

route intelligente

DR.

Dans le film Minority Report, le personnage joué par Tom Cruise repère les meurtres avant même qu’ils se produisent, afin de pouvoir les empêcher, par anticipation. En Californie, le même procédé est à l’étude pour les accidents de la route. Et ce n’est pas de la science-fiction. En intégrant à de puissants algorithmes toutes les données inhérentes aux flux de véhicules (sur certaines autoroutes en tests autour de San Francisco), les autorités de transports locales peuvent non seulement prévoir les bouchons à l’avance (et les communiquer aux conducteurs), mais aussi « sentir » les lieux et horaires les plus accidentogènes.

En bardant les bas-côtés de capteurs, les gestionnaires des routes promettent ainsi de diffuser un fil d’information ultra-précis et personnalisé afin de sécuriser les trajets, limiter les embouteillages et les accidents, mais aussi fournir les renseignements pratiques nécessaires au choix du meilleur itinéraire et mode de transport pour relier un point A à un point B. A mesure que l’automobile (secteur qui verra bientôt débarquer les deux géants de l’informatique Google et Microsoft) sera en mesure de dialoguer avec ses nouveaux informateurs, en temps réel, nombres de places de parking libres, horaires des connections de train ou encore ralentissements aux péages seront diffusés au conducteur. A Singapour, IBM teste ainsi un système prévenant les congestions (avec 90% de justesse) qui sait générer une modification du cadencement des feux de signalisation.

Peinture magique

route smart

DR.

Le bon vieux goudron lui-même est appelé à devenir « smart ». Et c’est au pays du vélo, la Hollande, que les expériences les plus poussées donneront, dès l’été 2013, un avant-goût de la route de demain. Sur certaines portions d’autoroutes de la province du Brabant, le voyage nocturne prendra des airs d’envolée spatiale. Le catalogue technologique est étonnant : des marquages au sol phosphorescents qui absorbent les rayons du soleil le jour et les restituent la nuit, une peinture routière thermosensible qui révèle des motifs de cristaux quand les risques de dérapages sont avérés, des éclairages sensibles au mouvement qui ne s’allument que lorsque passent des voitures, et enfin, des voies spéciales destinées à recharger les voitures électriques, selon une technologie d’induction. Cette expérience néerlandaise, unique au monde et primée aux « Dutch design awards » devrait, si les retours des automobilistes sont bons, s’étaler, peu à peu, au reste de l’Europe.

Une voiture « sans pilote », sur une route « intelligente » :
cela vous inspire-t-il confiance, trouvez-vous cela sécurisant ?

Liens :

smartplanet.com
studioroosegaarde.net
wired.com

Usbek & Rica

Vos réactions

Adrienf 7 février 2013

Une vraie avancée en matière de sécurité, de confort et d’écologie. Si la première partie de l’article peut paraître utopique pour l’instant, dans la mesure où cela nécessite soit un renouvellement du parc automobile soit un aménagement dans les véhicules, les idées développées dans la deuxième partie peuvent être mises en oeuvre très rapidement sur les nouveaux grands axes.

Guillaume J 7 février 2013

Avec la recharge par induction, plus de problème d’autonomie des véhicules éléctriques ! Si l’on imagine un système éolien permettant de capter le vent généré par le passage des véhicules, et ainsi alimenter ce système de recharge avec une energie propre, nous aurions alors une réelle solution d’avenir pour une filière automobile « propre ».

Stéphane CORDONNIER 7 février 2013

Enfin la rencontre de la haute-technologie et de la route ! Dans un secteur aussi poussé et innovant que l’automobile et avant les voitures intélligentes (conduite automatique, rechargement en roulant), il est réjouissant de voir que les travaux publics s’inspirent des nouvelles techniques pour rendre nos routes plus sures et confortables. A quand les premiers tests en France?

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir