Innover… par l’absurde !

26 Avr 2017

Innovation. Voilà le mot magique, le mantra qui nous sortira de tous nos soucis et nous portera vers une société meilleure. L’innovation est au cœur des programmes politiques, c’est elle qu’il faut soutenir et encourager afin de rester une grande nation. L’innovation c’est aussi le Saint-Graal des start-upers, le petit plus qui permettra une levée de fonds importante. Oui mais voilà, à force d’entendre parler d’innovation à longueur de journée et pour n’importe quoi, on finirait presque par en oublier le sens premier du mot et que toutes les innovations ne se valent peut-être pas. C’est pour dénoncer ces dérives, et surtout pour en rire, que les designers d’interactivité Camille Azam et Bastien Kerspern organisent le 29 avril 2017 à Stereolux (Nantes) la deuxième édition du Hackacon, un Hackathon à la con. Ces héritiers du dadaïsme entendent bien ériger l’absurde, le stupide, le décalé au rang de valeurs porteuses d’innovations. Rencontre avec Bastien Kerspern pour évoquer cet événement et sa philosophie.

 

D’où est venu le concept du Hackacon ?

Bastien Kerspern : Le Hackacon, c’est avant tout le fruit d’une vile passion qui consiste à tourner en dérision une certaine scène start-up. Avec Camille, co-désorganisatrice du Hackacon, nous aimons lancer des idées d’applications et de services totalement inutiles, mais qui sont suffisamment crédibles pour être, un jour, prises au premier degré. Nous nous sommes dit que d’autres personnes, quelque part, devaient avoir les mêmes déviances créatives et nous avons découvert les Stupid Things Hackathon déjà organisés aux États-Unis et au Canada. La source d’inspiration était toute trouvée : quitte à inventer des choses stupides, autant le faire à plusieurs !

Le Hackacon érige l'absurdité au rang de valeur de l'innovation.

Le Hackacon, un hackathon à la con où l’absurdité est érigée au rang de valeur d’innovation (c) Bastien Kerspern

Comment l’absurdité peut-elle constituer un levier d’innovation ?

B.K : Accoler « absurde » à côté du très noble terme d’« innovation », c’est avant tout se mettre en recherche de réflexivité. Derrière ce gros mot, on retrouve le registre de la dénonciation par l’absurde, une discipline qui exige que l’on aiguise son esprit critique et qui est à la source du Hackacon. Si l’on devait la définir, l’innovation par l’absurde serait le fait de réinterroger ce qui tient au final de simples tendances superficielles à travers une prise de recul salutaire. Mais ce serait surtout de ralentir les processus d’innovation là où tout un culte du prototypage rapide, pour ne citer que lui, nous suggère qu’on les accélère. L’idée est de prendre (enfin) le temps de réfléchir et faire réfléchir, pour mieux mettre en lumière les arrière-pensées inavouées et autres mythes inavouables de cette fameuse innovation.

Les thématiques d'innovation explorées lors d'un Hackacon sont variées.

Exemples de thématiques à travailler proposées lors du premier numéro du Hackacon (c) Bastien Kerspern

Que retenez-vous de la première édition du Hackacon ? Quels exemples de projets ont pu y être développés ?

B.K : Le tout premier Hackacon a été un bon cru, avec des idées qui ont dépassé le simple gadget technologique inutile pour aller jusqu’à des accessoires de mode. Nous avions enrichi les Stupid Things Hackathon originaux avec d’autres formats absurdes inspirés des canons de la culture de la Silicon Valley. Il y avait au programme le Business Mortel Canvas, qui propose d’imaginer les modèles économiques les plus immoraux qui soient, ainsi que le Pitch Exquis, une présentation improvisée d’une fausse start-up à partir d’un diaporama (slides) lui aussi totalement absurde.

Hotspot est une application sur le harcèlement de rue proposée lors du premier Hackacon.

Hotspot, une application qui rend ludique le harcèlement de rue développée lors du premier hackacon

Si je devais retenir un projet emblématique de l’esprit de cette idée d’innovation par l’absurde, je citerais Hotspot. La promesse de ce service est ridiculement simple : rendre ludique le harcèlement de rue et faciliter la mauvaise rencontre. Concrètement, c’est une application qui met en relation harceleurs et harcelés et qui se joue de tous les codes des réseaux sociaux : notation de son harceleur, recommandations personnalisées de lieux de traque, etc. À ce titre, Hotspot tutoie le design fiction. Ce projet est, à mon sens, une relecture critique des rapports de force déséquilibrés entre les différents usagers de la ville, mettant en exergue la manière dont l’infrastructure urbaine vient conditionner, voire favoriser, ces formes de prédation.

Hotspot entend faciliter la mauvaise rencontre.

Faciliter la mauvaise rencontre en reprenant les codes des réseaux sociaux

 

Par Zélia Darnault, enseignante à L’École de design Nantes Atlantique

 

 

Informations pratiques :

Le 29 avril, à Stereolux (Nantes)

Inscriptions : https://docs.google.com/forms/d/1YrVFdcKXaR9sCcjsnTqJji2bCpcR84R58ZGgHYrffr8/viewform?edit_requested=true

Pour plus d’informations : http://www.hackacon.fr

 

L'École de design Nantes Atlantique

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir