Les Gratte-Ciel à Villeurbanne, une utopie qui s’agrandit

26 Sep 2016

Le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne nous renvoie à l’époque des utopies réalisées dans les années 30. Unique centre urbain français construit autour du logement social, le quartier va doubler en superficie d’ici 2027. L’enjeu du projet ? « Respecter l’héritage sans le pasticher. »

gratte ciel gilles michallet photographie

Gratte-ciel © Gilles Michallet

Pour Anne-Sophie Clémençon, chercheuse en urbanisme au CNRS et à l’ENS de Lyon, « le quartier des Gratte-Ciel est un modèle à plus d’un titre aujourd’hui, du point de vue d’une densification réussie et du point de vue du social. Nous ne sommes pas dans les réponses apportées plus tard et qu’on appelle les cités. » L’opération de renouvellement Gratte-Ciel centre-ville, dont le budget a été évalué à 95 millions d’euros, débutera en 2017. Une piscine, un lycée, un groupe scolaire, des commerces et des logements vont ainsi voir le jour sur sept hectares. « Les Gratte-Ciel ont notamment besoin de surfaces commerciales supplémentaires pour ne pas péricliter. On voit que d’autres centres émergent dans l’agglomération », observe Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne. La ZAC Gratte-Ciel répond à un triple enjeu : le respect du patrimoine, le développement de la mixité sociale et de l’offre commerciale.

« Construire du beau pour les pauvres »

La situation du logement dans les années 30 est catastrophique. Lazare Goujon, maire socialiste et médecin, décide de réaliser un ensemble destiné à afficher haut et fort l’identité ouvrière de Villeurbanne. Il souhaite « changer la ville pour changer la vie ». Sensible aux idées hygiénistes, il veut lutter contre le mal logement en offrant confort et modernité, ensoleillement et aération. L’architecte Môrice Leroux imagine alors un ensemble de gratte-ciel, une première en France en 1935. Le credo ? « Construire du beau pour les pauvres. » Valérie Disdier, directrice de la Maison de l’architecture Rhône-Alpes précise que « la Part-Dieu n’existait pas. La seule chose qui marquait le paysage et que l’on voyait de loin, c’étaient les Gratte-Ciel. » L’ensemble fait dès lors référence en Europe.

statut gratte ciel vue haut photographie

© cybèle

Privilégier la continuité et non la rupture

Nicolas Michelin, de l’agence ANMA (Agence Nicolas Michelin & Associés), chargé du projet de renouvellement urbain, assure conserver le même esprit. « Nous allons privilégier la continuité et non la rupture, en prolongeant le travail déjà effectué sans pour autant le pasticher. » Le quartier des Gratte-ciel est protégé depuis 1994 en tant que « zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager ». Loin de privilégier l’architecture extraordinaire « qui flashe », Nicolas Michelin défend une approche « ordinaire extra », une architecture presque invisible et néanmoins extra, conçue pour s’intégrer en douceur avec celle de Môrice Leroux. « Il s’agit de partir de cette trame et d’en faire quelque chose de contemporain. Quand on regardera les deux, on verra la partie 21ème siècle et la partie 20ème. Il y aura une filiation. »

Projet Gratte Ciel © ANMA

Projet Gratte Ciel © ANMA

Manifeste pour une nouvelle fabrication de la ville

L’architecte urbaniste a publié au printemps dernier un Manifeste pour une nouvelle fabrication de la ville destiné aux élus, aux collectivités ou aux promoteurs. Il y défend « une approche par le bas plus proche de la réalité de la ville ». Nicolas Michelin déplore l’évolution de la construction en France, jugée préoccupante en raison des « incohérences et des absurdités entre un projet initial ambitieux et une réalisation trop souvent médiocre ». La fabrication financière de la ville fait selon lui des « des ravages  » avec par exemple des écoquartiers génériques tous semblables, « mal intégrés au contexte social et historique ou des immeubles réalisés au rabais suite à des permis modificatifs ». L’architecte-urbaniste n’est pas un prestataire de service « mais bien un homme de confiance présent dans la durée et qui saura écouter, négocier et adapter le projet pour l’intérêt de la commune ». Dans la continuité voulue par Lazare Goujon, 50 % des futures habitations du quartier Gratte-Ciel devraient être des logements sociaux et en accession sociale.

gratte ciel photographie

© cybèle

 

La maison du projet Gratte-Ciel centre-ville ouvrira fin 2016 sur le cours Émile Zola.

Calendrier

  • 2016 : démarrage des premiers travaux
  • 2018 : ouverture du lycée et du complexe sportif municipal, livraison des premiers logements
  • 2019 : livraison des 120 premiers logements
  • 2023-2024 : prolongement de l’avenue Henri Barbusse et ouverture du nouveau cœur commercial
  • 2027 : livraison des 160 derniers logements et de la dernière tranche commerciale

 

Chiffres-clés

  • 7 hectares
  • 900 logements
  • 20 600 m2 d’espaces publics
  • 21 000 m2 de commerces et services
  • 20 classes pour le groupe scolaire
  • 42 berceaux pour l’équipement Petite Enfance
Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir