« Faire passer l’open source de la niche au mainstream »

28 Juil 2015

Interview de Justyna Swat, coordinatrice pour le think tank OuiShare et à l’origine du projet POC 21, qui entend mettre en œuvre la transition écologique en passant « des protestations aux prototypes ».

Château de Millemont. Crédits : POC 21

Le château de Millemont (Yvelines), qui accueillera durant cinq semaines, de mi-août à mi-septembre, le projet POC 21. Crédits : POC 21

Après « Cop 21 », voici « POC 21 ». Allusion amusante au surnom de la prochaine conférence internationale sur le climat, qui se déroulera en décembre 2015 à Paris, « POC 21 » est un ambitieux projet imaginé par OuiShare, le think tank de l’économie collaborative. Le principe : passer enfin des paroles aux actes pour mettre en œuvre une transition écologique à travers des initiatives open source concrètes – des « proofs of concept » (POC) comme disent les marketers. Constatant que « la culture activiste manque d’une vision mobilisatrice pour le futur », les créateurs de POC 21 vont réunir cet été, durant cinq semaines, des designers, des codeurs, des ingénieurs, des artisans et des entrepreneurs pour développer des solutions pratiques et durables susceptibles de changer nos modes de vie. Une expérience de prototypage qui donnera lieu, dans un second temps, à la publication d’une sorte de guide Ikea des meilleurs outils et solutions open source. Une façon de peser « par les faits » dans le débat mondial sur les enjeux liés au changement climatique. Coordinatrice chez OuiShare et membre de la Fondation Wikihouse, Justyna Swat nous en dit plus sur les dessous du projet POC 21.

Comment est né le projet « POC 21 » ?

À titre personnel, ce projet est un peu la suite logique du travail que j’ai entamé dans le cadre de la fondation Wikihouse, qui développe des kits de construction en open source. Il y a un peu plus d’un an, j’ai rencontré le propriétaire du château de Millemont, dans les Yvelines. À l’époque, il réfléchissait déjà à la préparation d’un événement dans l’optique de la COP 21. Nous lui avons donc proposé de travailler sur l’idée de « durabilité » et de créer, durant un mois, une communauté dédiée au design et à l’innovation. L’objectif, c’est d’impliquer différents créateurs de solutions qui, si elles sont bien expliquées, peuvent s’avérer vraiment disruptives.

Vous présentez POC 21 comme un « accélérateur de solutions durables et open source »…

Oui, la dimension « open » du projet est essentielle. Grâce à cette touche d’ouverture, on peut créer une communauté d’individus qui s’approprient les projets et les développent selon leurs besoins. Et puis, avec les projets open, la communauté est distribuée dans le monde entier. Les individus ne sont donc plus seulement des consommateurs mais participent à la production : ils deviennent des « prosumers », capables d’adapter et d’améliorer les projets auxquels ils prennent part.

Où en est le projet POC 21 aujourd’hui ?

La première étape, c’est l’appel à projets, ouvert jusqu’au 24 avril. Nous avons déjà reçu plus d’une cinquantaine de candidatures. Au final, douze projets seront retenus. Nous travaillons avec des experts et avec les partenaires du projet pour opérer la sélection, avec le souci de regrouper certains projets en fonction des compétences de chacun. On va s’attacher à créer de petits écosystèmes de solutions mettant en jeu des acteurs aux compétences et aux profils différents : designers, geeks, codeurs, designers auto, experts hi-fi, etc. Ensuite, de mi-août à mi-septembre, tous ces talents seront réunis pour travailler ensemble au prototypage de leurs idées dans le cadre du château de Millemont, dans les Yvelines, à 45 minutes de Paris. Et d’ici là, nous allons lancer une campagne de crowdfunding et faire un « call for talents » pour proposer à une douzaine de personnes bénévoles de faire partie de l’encadrement durant les cinq semaines. Nous allons également demander à des designers et des architectes de concevoir des espaces de logement et d’exposition qui seront aménagés dans les jardins du château. Enfin, dans la foulée du « camp », nous diffuserons un guide recensant l’ensemble des projets développés, d’abord sur Internet puis en version papier, le tout avant l’ouverture de la COP 21 à Paris, début décembre.

Justyna Swat. Crédits : hackpad.com

Justyna Swat, membre de OuiShare et de la Fondation Wikihouse. Crédits : hackpad.com

Ce guide, vous le présentez comme le « catalogue Ikea des prototypes fonctionnels et réplicables d’une société vraiment durable ». L’idée du guide Ikea, c’est pour toucher le grand public ?

Exactement, c’est une manière d’intéresser les personnes qui ne sont pas encore familières avec les produits et les problématiques open source. Il faut dépasser la niche des geeks qui sont déjà sensibilisés à ces questions et toucher un public plus mainstream. Et puis, l’idée du guide, c’est aussi un clin d’œil historique à ce qui s’est passé à la fin des années 1960 aux États-Unis, quand les pionniers du mouvement do it yourself et du numérique ont créé le « Whole Earth Catalog », un guide de la contre-culture d’inspiration très hippie. Sauf qu’à l’époque, il n’y avait pas Internet et tous les outils qui permettent de connecter les gens entre eux. L’idée, c’est d’avoir la même force de frappe qu’un catalogue Ikea, tout en ayant l’audace intellectuelle du Whole Earth Catalog.

Quel est le critère décisif pour sélectionner les projets ? Leur dimension écologique ?

Chaque projet doit remplir une dizaine de critères et proposer une solution à un problème bien précis. La dimension écologique n’est donc pas le seul critère de sélection, même si c’est un point essentiel. On peut proposer un nouveau type de machine à laver, un filtre à piscine révolutionnaire ou que sais-je encore… Tout est ouvert.

Votre ambition est-elle de promouvoir un mode de vie alternatif, en rupture avec la société de consommation ?

J’évite d’utiliser le terme « alternatif » car il est contre-productif. Les solutions que nous allons développer dans le cadre de POC 21 seront simples à fabriquer, à utiliser et à réparer. C’est là la différence fondamentale avec la plupart des produits proposés aujourd’hui. Avec Google Nest, par exemple, Google propose des thermostats, des détecteurs de fumée et d’autres appareils très pratiques, sauf que vos données d’utilisation appartiennent à Google… Les outils open source peuvent être aussi performants, sauf que dans la plupart des cas, ils n’ont pas le même impact en terme de design. L’un des grands objectifs de POC 21, c’est donc cette dimension « Pimp my design » : on veut concevoir des objets attrayants dans des lieux dédiés au prototypage et au test de nouvelles solutions. Et surtout, on veut montrer que la rencontre des talents, des personnalités et des compétences est la meilleure manière d’être créatif. Je suis architecte de formation, donc je suis bien placée pour savoir comment les projets se passent en général : il y a une réunion inaugurale avec l’architecte, les ingénieurs et les financeurs autour d’une même table, et ensuite chacun fait son travail de son côté… Avec POC 21, tout le monde sera au même endroit, au même moment, et on pourra vraiment avancer sur les projets dans une logique collaborative.

Découvrir le projet POC 21

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir