Faire évoluer le bâtiment en fonction des usages

28 Nov 2016

Un bâtiment peut réunir deux ou trois programmes avec un procédé facilitant une évolution de la répartition des surfaces en fonction des besoins et du marché. Plus simplement encore, des cloisons amovibles bien conçues sont une manière de personnaliser l’espace.

alveole ruche parking

Un exosquelette en béton crée des alvéoles symbolisant la ruche.
© Julien Lanoo

Un parking comme réserve de bureaux à Tourcoing

La plus grande ruche d’entreprises du département du Nord s’inscrit au cœur du site de l’Union, premier écoquartier de Lille Métropole. Bâti sur un terrain de l’ancienne usine de La Tossée, cet îlot combine plusieurs programmes autour d’une cour : des bureaux et des ateliers bénéficient du corps de bâtiment le plus en vue, face à un parc sportif, et un parking-silo ouvert de 450 places occupe le reste. Ce dernier est étudié pour pouvoir muter en programme tertiaire facilement et progressivement, en trois phases successives. Les deux programmes ont la même hauteur libre de 2,90 mètres sous plafond, suffisante pour réaliser ultérieurement un couloir central équipé d’un plafond technique. Un exosquelette de béton libère les plateaux de tout point porteur sur une profondeur de 16 mètres, idéale pour un parking à allée centrale. La façade du parking-silo se réduit à un garde-corps léger au nu extérieur de la structure porteuse. Une façade de bureau peut se rajouter au nu intérieur, créant alors également un balcon individuel.

parking espace alveoles

Le parking traversant inclut l’espace des alvéoles.
© Julien Lanoo

En gagnant ainsi un mètre sur chaque versant, on passe de 16 à 14 mètres de profondeur, une dimension plus adaptée à l’organisation des bureaux. Des cages d’ascenseur non équipées sont prévues dans le parking, conçu par ailleurs avec des planchers plus résistants (350 kg/m2 pour le bureau au lieu de 250 kg/m2). Le choix d’une rampe de parking métallique, en fond de cour, facilitera aussi l’opération de dépose en cas de transformation. Cette recherche de flexibilité et de réversibilité intègre la lente mise en œuvre d’un écoquartier sans voiture qui pourra advenir quand une alternative réelle à ce mode de déplacement sera en place.

Fiche technique 

Lieu : ZAC de l’Union à Tourcoing (59)

Maîtrise d’ouvrage : Conseil général du Nord & Sem Ville renouvelée Tourcoing

Maîtrise d’oeuvre : Tank Architectes (Olivier Camus et Lydéric Veauvy) ; Projex Ingénierie, BET TCE & VRD ; Diagobat, BET environnemental

Programme : ruche d’entreprises et parking-silo de 450 places

Surface : 6 582 m2 SHON (ruche d’entreprises) ; 10 888 m2 SHON (parking)

Coût : 14,2 M€ HT

Calendrier : livraison, 2015

Labellisation : BBC Effinergie

 

OWWI, un concept innovant de cloisons amovibles

amenagement bureau balcon exterieur

Les locaux d’activités bénéficient de l’espace des alvéoles
comme balcon extérieur, ici sur l’angle. © Julien Lanoo

Bouygues Immobilier propose à la vente des logements délimités par leurs seuls murs porteurs et sans cloisons. Il revient aux acquéreurs d’en configurer les intérieurs en recourant à des cloisons amovibles grâce à un concept innovant baptisé OWWI, testé à Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines. Pour leur faciliter la tâche, il leur est proposé l’aide d’un configurateur développé par la start-up REALIZ3D (maquette 3D).

cloisons amovibles bouygues immobilier

Les cloisons amovibles se vissent et se clipsent sans sol ni plafond spécifiques.
© Photo Stéphane Bauche – L’Atelier SENZU

reconfiguration electrique cloisons amenagement

L’installation électrique est réalisée le long des murs porteurs du logement
pour faciliter la reconfiguration des cloisons. © Photo Stéphane Bauche – L’Atelier SENZU

Un profilé électrique, intégré en haut des murs porteurs du logement, permet une distribution de l’électricité sans recourir à un plancher ou un plafond technique. L’installation des cloisons amovibles se faisant après la pose du revêtement de sol, il devient très facile de déplacer les cloisons – sans travaux électriques – ni reprises de sols. OWWI proposera également un service de réaménagement des logements à partir de 3 000 euros par appartement.

 

Frédéric Mialet, architecte et commissaire de l’exposition Réver(cités), et Eve Jouannais, journaliste.

Retrouvez l’exposition « Réver(cités), villes recyclables et résilientes » à la Cité de l’architecture & du patrimoine jusqu’au 4 décembre. 

 

Demain la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir