Fabriquer la ville avec souplesse : l’exemple de Nice

5 Déc 2016

Au XXe siècle, le droit d’expropriation a permis la mutation accélérée des formes urbaines et l’apparition de grandes opérations difficiles à faire évoluer, à l’exemple de l’urbanisme sur dalle. Désormais, construire la ville résiliente suppose qu’elle soit facilement transformable au fil de l’eau… et du temps. À l’image de l’écoquartier Nice Méridia, de nouveaux projets tentent de définir des quartiers mixtes, évolutifs et conçus avec la participation active des habitants.

quartier ilots grands espaces

Un quartier d’îlots structuré par de grands espaces publics arborés et ombragés.
© Devillers et associés

L’ÉcoQuartier Nice Méridia

Éco-Vallée est un projet d’aménagement et de développement important pour la plaine du Var, ainsi que pour Nice et sa métropole. Couvrant une quinzaine de communes pour une surface de 10 000 hectares, il comprendra sur 26 hectares, à proximité d’une des cités HLM sensibles de Nice, le quartier Nice Méridia, l’un des premiers projets opérationnels. Dans cette « arrière-cour » de la ville et de son aéroport, où s’amoncellent équipements logistiques, services vitaux de Nice, friches interstitielles et logements, l’objectif est de créer le second centre-ville, à dominante résidentielle.

plan nice generateur mixite

Un plan-masse générateur de mixité, tant sociale et fonctionnelle
que morphologique. © Devillers et associés

D’une surface de 200 hectares à terme, il dynamisera l’ouest niçois, en réunissant :

  • un technopôle dans la R&D et le développement durable (4 000 emplois), futur symbole de la politique éco-industrielle ;
  • 2 100 logements et des lieux publics mêlant commerces, équipements et services de transport ;
  • une ligne de tramway prolongée le long de l’avenue principale et requalifiée avec les autres voies d’accès au centre-ville ;
  • des corridors écologiques développés transversalement en rapport avec le grand paysage, autant de parcs linéaires offrant des perspectives emblématiques du projet.
Un immeuble pensé comme nouveau standard de bureaux bioclimatiques, à livrer en 2018, agence laisné roussel, architecte. © laisné roussel

Un immeuble pensé comme nouveau standard de bureaux
bioclimatiques, à livrer en 2018, agence laisné roussel, architecte.
© laisné roussel

60 % du foncier étant maîtrisé par la puissance publique, il sera possible de ne pas recourir à l’expropriation et d’organiser un site urbain attractif pour les entités publiques et privées. Sous contrôle de l’établissement public d’aménagement, la fabrication du tissu va s’opérer avec la participation des habitants et des acteurs économiques. « Nous les impliquons après avoir donné des intentions pour les espaces publics et les îlots à travers des plans de référence », explique l’urbaniste Christian Devillers. « Notre rôle est de définir un processus dans lequel le plan-masse n’est pas figé. Les procédures et les méthodes mises en oeuvre visent une possible évolution des besoins et des occupants sur la durée. » Ce mode opératoire doit contribuer à la constitution d’une ville des proximités, une ville animée et complexe par ses mixités sociales et fonctionnelles mais aussi morphologiques, avec des bâtiments de formes et de dimensions variées.

batiment nice

Le futur bâtiment de l’Institut méditerranéen du Risque, de l’Environnement
et du Développement durable (IMREDD) à livrer en 2018, Atelier Marc Barani, architecte.
© ATELIER MARC BARANI/RSI STUDIO

Le recours à la biomasse, à la géothermie, au solaire et la constitution d’un réseau intelligent reliant les différents apports énergétiques aux lieux de consommation permettront aussi à Nice Méridia d’être l’une des premières applications d’un smart grid à échelle urbaine.

bureaux terrasse exterieure

Les bureaux bénéficieront d’une terrasse extérieure, agence laisné roussel, architecte.
© laisné roussel

 

Maîtrise d’ouvrage : EPA Plaine du Var

Maîtrise d’oeuvre : Devillers et associés,

urbanisme et paysage ; Artelia, BET VRD ;

Transversal, analyse des marchés immobiliers ;

Alain Bourdin, sociologue

Missions : concours lauréat 2011 / plan directeur / cahier

des charges de la ZAC / coordination architecturale

et paysagère / maîtrise d’oeuvre des espaces publics

Secteur d’étude : Ecocité, 200 ha / Méridia

(secteur opérationnel), 26 ha

Programmation : logements, 172 000 m² ;

bureaux : 66 000 m² ; laboratoire R&D, 38 000 m²;

hôtel, 6 000 m² ; commerces et services, 10 000 m² ;

équipements et université, 36 000 m² ;

activités, 22 000 m²

Calendrier : 2012-2018

 

Frédéric Mialet, architecte et commissaire de l’exposition Réver(cités), et Eve Jouannais, journaliste.

Retrouvez l’exposition « Réver(cités), villes recyclables et résilientes » à la Cité de l’architecture & du patrimoine jusqu’au 4 décembre. 

Demain la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir