Expo universelle : dans les cuisines du futur

13 Juil 2015

Du 1er mai au 31 octobre 2015, la ville de Milan accueille l’Exposition universelle. Le thème, cette année : « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Présentation de quelques innovations alimentaires présentées lors de ce salon.

Porte d'entrée de l'expo universelle. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

Porte d’entrée de l’expo universelle. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

États-Unis : la ferme tournesol

Le pavillon américain est l’une des attractions incontournables de ce salon 2015. Un immense panneau en forme de drapeau, floqué du titre « American Food 2.0 », accueille les visiteurs. Ils découvrent ensuite, à l’intérieur, la grande histoire culinaire du pays. Mais l’originalité du pavillon américain, c’est la ferme verticale qui recouvre toute une aile du bâtiment, plus grande qu’un terrain de football. Quarante-deux variétés de végétaux venant des quatre coins du pays poussent le long de cette surface végétale, capables de suivre automatiquement la direction du soleil comme un tournesol. Développée par la start-up Bright Agrotech, cette ferme nouvelle génération est composée de panneaux indépendants baptisés ZipGrow, susceptibles d’équiper les surfaces des immeubles et des gratte-ciel du futur. Toujours dans un souci de préserver les ressources, une solution gélifiée d’agriculture goutte-à-goutte permet de remplacer le système d’arrosage de la ferme pour une irrigation en continu.

Pavillon Américain de l'Expo universelle Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

L’entrée du pavillon américain de l’Expo universelle de Milan. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

Japon : le restaurant du futur

Des aliments sains, équilibrés, naturels et durables : voilà ce que le pavillon japonais propose au menu de son « restaurant du futur ». Le principe : les visiteurs s’assoient autour d’une table connectée et se munissent de baguettes tactiles pour choisir des plats virtuels prenant en compte leur santé et la saison. L’expérience étant 100% virtuelle, il ne peuvent en revanche rien goûter. Des écrans présentent également les nouveaux ingrédients promis à un bel avenir, comme le glutathione, un antioxydant de plus en plus prisé par les maîtres de la food tech nippone. Autres curiosités présentées par le pavillon japonais : les polymères biodégradables, programmés pour remplacer à terme le plastique, et la zéolithe, un substrat pour bonsaï pouvant faire office de puissant fertiliseur dans un cadre agricole. Décidément très porté sur la technologie, le pavillon japonais vante également les mérites des nouvelles formes de stérilisation par champ magnétique, ou encore « l’empreinte fluorescente » des aliments censée permettre de déterminer leur fraîcheur.

Pavillon Japonais. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

Projections lumineuses dans le pavillon japonais. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

Belgique : les vertus de l’aquaponie

Dans une atmosphère moite et sombre, la Belgique a choisi de mettre en avant le potentiel des nouvelles techniques d’agriculture hors-sol. L’installation aquaponique vaut le détour : des poissons barbotent dans de larges cuves d’eau terreuse surmontées de salades accrochées à des cercles lumineux. Permettant des rendements jusqu’à quatre fois supérieurs à l’agriculture traditionnelle tout en réduisant considérablement la consommation d’eau et d’engrais naturels, l’aquaponie est une spécialité locale. Ici, elle permet d’alimenter les cuisines du restaurant situé à l’étage. Les murs du pavillon belge vantent également la consommation d’insectes comestibles comme le bombyx mori, la locusta migratoria et plusieurs autres espèces riches en protéines aux noms exotiques. Enfin, la start-up Permafungi présente ses travaux, en l’occurrence, la production de 70 000 tonnes de champignons et de fertilisants écoresponsables à partir de marc de café.

Agriculture hors-sol. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

Ambiance tamisée pour présenter les installations d’agriculture hors-sol du pavillon belge. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

En bonus, la supérette robotisée

La grande attraction de ce salon, c’est le « supermarché du futur », intégré dans un espace baptisé « Future food district » mis en scène par Carlo Ratti, le futurologue turinois du MIT, connu pour ses travaux sur les échanges de données dans les « villes sensibles ». Ici, data et robots transforment la corvée des courses en parcours sensoriel. La star, c’est le robot ABB, dont les bras articulés savent délicatement ranger des pommes dans des sachets. La technologie a même été mise au service de la traçabilité des produits. Il suffit au visiteur de pointer du doit un produit, qu’il s’agisse d’une pomme granny ou d’un paquet de biscuits, pour découvrir en surtitre toutes les informations sur sa provenance, son bilan énergétique et ses propriétés caloriques, le tout grâce à des écrans équipés de caméras détectant les mouvements installées stratégiquement au-dessus des étals. Objectif affiché par Carlo Ratti : reconnecter grâce à la technologie les cuisiniers et les consommateurs avec les producteurs de nourriture.

Robot serveur ABB. Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

Le robot serveur ABB, attraction du « Future food district ». Copyright : Expo 2015 / Daniele Mascolo

 

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir