Demain, des bureaux plus uniquement réservés au travail ?

30 Sep 2015

Les espaces de coworking se multiplient un peu partout dans les grandes villes du monde entier. Certains sont spécialisés alors que d’autres sont au contraire généralistes. Mais tous, font advenir une nouvelle manière de travailler, plus collaborative, moins hiérarchisante, plus sociabilisante, et pronent l’innovation. Bien que ces nouveaux modèles nous renseignent déjà sur les nouvelles formes de travail, d’autres modèles encore plus adaptatifs émergent : des espaces de co-working crèches, ou des espaces de travail partagés directement depuis son salon. Comment la ville se transforme en fonction de nos usages professionnels ?

Lancé en avril dernier, OfficeRiders est l’un des derniers nouveaux membres de cette nouvelle catégorie de lieux de travail que l’on appelle « espaces de coworking ». Ce nouveau service réinvente le concept grâce à sa faculté de mettre en relation des travailleurs indépendants nomades et des particuliers.

Crédits : OfficeRiders

Crédits : OfficeRiders

L’idée est simple mais ingénieuse, les espaces de coworking coûtant relativement cher pour les travailleurs indépendants ou dirigeants de jeunes startups, OfficeRiders propose à des particuliers de leur louer leur appartement ou leur maison vide durant la journée. N’étant que très peu affectés par l’occupation de leur appartement en journée, les propriétaires y voient une manne financière non négligeable et les travailleurs nomades, une manière de réduire leurs frais tout en rencontrant d’autres coworkers et ainsi recréer du lien social. Ce qui n’est pas négligeable lorsque l’on sait que le statut de travailleur indépendant peut parfois être un peu pesant du point de vue de la solitude qu’il suppose. Ici, le co-working vient donc remplir une problématique annexe qu’entraine l’évolution du travail.

Un autre type de co-working nous amène à la même réfléxion. C’est le service proposé par Cowork Crèche. Dans cet espace de co-working qui vient d’ouvrir à Paris, à 5 minutes à pied de la place de la Bastille, il est précisé que 10 des 50 postes de travail de l’espace de coworking sont aménagés dans un esprit parents-friendly, afin que les jeunes parents puissent venir travailler accompagnés de leur enfant de moins de 9 mois dans un espace réservé et insonorisé.

Crédits : Coworkcreche

Crédits : Coworkcreche

Disposant de tout le matériel que l’on peut trouver dans une crèche, les jeunes parents peuvent ainsi reprendre un premier travail indépendant pour réintégrer progressivement le monde du travail tout en prenant les dispositions nécessaires à la venue d’un nouveau né. Avec cet espace de coworking pour jeunes parents, est également prévue dans les mois à venir. l’ouverture d’une crèche indépendante de l’espace de travail.

Crédits : Coworkcrèche

Crédits : Coworkcrèche

Crédits : Coworkcrèche

Crédits : Coworkcrèche

Avec ces nouveaux services, les lieux de travail s’adaptent pour remplir de nouvelles fonctions, que les entreprises ne remplissent pas ou encore trop peu. Le lieu de travail évolue et de nouveaux usages sont créés tout aussi fondamentaux que l’activité rémunératrice elle-même. Un dernier exemple s’inscrit dans cette tendance qui voit les lieux de travail évoluer en fonction de nos besoins. C’est le concept imaginé par le Studio Heldergroen, une agence de design hollandaise. Leur constat repose sur le fait que les bureaux inutilisés peuvent en dehors des horaires de travail, servir à d’autres fonctions. En effet, pourquoi ne serait-il pas possible d’organiser une réception dans un open-space, ou même d’y faire sa séance journlière de sport ?

Pour cette agence de design, l’impossibilité n’est pas de mise, puisqu’ils ont aménagé leur bureau de telle façon qu’il puisse répondre à toutes sortes d’usages. Au rez-de chaussée de l’immeuble qu’ils occupent, leur agence ressemble dans la journée à n’importe quelle agence de design : Une grande pièce avec des bureaux disposés en open-space. Mais une fois la journée de travail terminée, l’espace peut être transformé pour de tout autres usages. Pour cela rien de plus simple, l’ensemble du mobilier est amovible, et les tables sont suspendus au plafond par un système de poulie. Ainsi dans l’architecture même de la pièce réservée au travail, a été pensé la nécessité de répondre à d’autres usages.

Crédits : Heldergroen

Crédits : Heldergroen

Cela nous ramène à une réflexion pronée par l’architecte français, Francois Leclercq. Dans son livre intitulé Pour la ville, quel que soit l’état du monde, il soutient que “Le rez-de-chaussée doit revenir à la ville”. Militant pour un nouvel usage de ce lieu trop souvent inutilisé, il préconise “de travailler sur les occupations éphémères possibles.”

Qu’elles soient éphémères ou durables, des activités nouvelles commencent à intégrer la configuration de nos espaces de travail. Ainsi, la tendance qui se dessine laisse entrevoir une ville qui ne s’adapte plus seulement à nos usages professionnels, mais qui ouvre la porte depuis plusieurs années à un mix des usages en créant des lieux-tiers. Ce qui est nouveau, c’est que ce mélange pénètre y compris le sanctuaire si codifié du bureau.

Là où l’on ne voyait auparavant que métro-boulot-dodo, il faudra peut être y voir un jour métro-#boulot#marmots#judo#amigos-dodo !

Lumières de la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir