De la captation de la pollution aux nouvelles stratégies de mobilité : quand Smart City se conjugue avec agilité

8 Juil 2015

A l’occasion du premier anniversaire de la chaire Environnements Connectés Banque Populaire Atlantique – Lippi, l’Ecole de design Nantes Atlantique revient sur un an de travaux de recherches et d’investigation autour de la Smart City. Ces travaux ont également été présentés lors du séminaire « Smart la ville ! La vie en mode connecté ? » le 25 juin dernier à Nantes.

Morph Road. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier - L'Ecole de design Nantes Atlantique

Morph Road : de la captation de la pollution aux nouvelles stratégies de mobilité. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier – L’Ecole de design Nantes Atlantique

Dans les précédents billets « Smart City quand le design croise la data » et « Smart City : un capteur communicant pour activer les intelligences », nous évoquions les fameux capteurs essentiels à toute bonne ville intelligente. Quelle fonction pouvons-nous donc leur donner ? Quels éléments capter pour aller vers une ville durable ? Et comment cette captation peut-elle entraîner des actions préventives ou correctives ? Peut-on dès lors penser une ville adaptable dans laquelle de nouveaux métiers et services prendraient place ?

Adapter la ville. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier - L'Ecole de design Nantes Atlantique

Adapter la ville – de nouveaux métiers et de nouveaux services. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier – L’Ecole de design Nantes Atlantique

Morph Road : vers une ville agile

Shanghai et ses plus de 16 millions d’habitants est une ville congestionnée et largement polluée. Si nous sommes loin des taux de pollution de type airpocalypse de Pékin, ceux-ci sont tout de même souvent largement supérieurs à la moyenne européenne. Les étudiants du China Studio de L’Ecole de design Nantes Atlantique et de l’Université Technologique Sino Européenne de Shanghai (UTSEUS), encadrés par Mathieu Bernard et Florent Orsoni, sont partis de la captation de la pollution. Pour eux, les données de pollution retranscrites en temps réel informent les citoyens mais peuvent aussi entraîner une série d’actions de la ville.

Flexibilité pour la ville intelligente. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier - L'Ecole de design Nantes Atlantique

Principes de flexibilité et d’agilité pour la ville intelligente. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier – L’Ecole de design Nantes Atlantique

Et si la limitation des pics de pollution passait par une solution à plusieurs niveaux et de nouveaux services sur mesure ? On peut imaginer par exemple qu’elle pourrait impacter la gestion des tarifs de places de parkings ou encore l’ouverture d’espaces de coworking qui pourrait être directement gérée dans le but d’inciter les citadins à travailler depuis ou à proximité de chez eux. Que dire également du principe de voies plus largement dédiées au piéton ?

Flexibilité et agilité. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier - L'Ecole de design Nantes Atlantique

Principes de flexibilité et d’agilité pour la ville intelligente. Crédits : Elia Collobert, Kévin Douet, Clément Guillot, Lucile Millard, Adèle Poirier – L’Ecole de design Nantes Atlantique

C’est ce scénario qui a donné naissance au projet Morph Road. En un mot, la ville intelligente, c’est aussi une ville qui sait entièrement conjuguer flexibilité au quotidien pour répondre aux besoins fondamentaux des citoyens. Cela ouvre de nouveaux horizons pour les designers : une voie doit pouvoir devenir un trottoir, du mobilier urbain doit pouvoir permettre de parquer des vélos à tel ou tel endroit de la ville, des magasins pourraient également devenir des bureaux…  Evidemment, tout cela reste du domaine de la prospective, mais cela peut permettre de donner des orientations, d’envisager des possibles. « En Chine, la ville intelligente pourrait être cette ville flexible, cette cité des services et du temps réel » souligne Florent Orsoni, directeur de la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique Lippi, « et nul doute qu’il y a urgence au vu des taux records de pollution. La ville intelligente se conjugue avec agilité, avec de nouvelles opportunités pour un nouveau design urbain ou design d’objet ». Cette vision de la Smart City bouleverse  donc intrinsèquement l’organisation des villes.

Par Zélia Darnault, enseignante

L'École de design Nantes Atlantique

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir