Collaboratif, Complémentaire, Évolutif : trois nouvelles visions des logements seniors

10 Jan 2017

Dans un contexte où le vieillissement de la population est une donnée reconnue par l’action publique, les collectivités et les acteurs du logement réfléchissent et agissent de plus en plus pour renouveler l’habitat des seniors. L’augmentation de l’espérance de vie, ainsi que la très forte arrivée des baby-boomers à l’âge de la retraite ont en effet accéléré le phénomène de vieillissement de la population. A un moment où l’on réfléchit de plus en plus à ce que seront nos villes demain, les pistes renouvelant l’habitat des seniors ne sont pas forcément celles que l’on croit. En effet, au lieu de miser sur le tout connecté, sur l’intelligence des bâtiments et sur la seule adaptation de l’habitat en terme d’accessibilité, les concepteurs et les collectivités réfléchissent plutôt en termes d’usages, d’intégration du logement à la dynamique urbaine ou rurale, ou misent sur des bâtiments évolutifs et réutilisables. Et si demain le logement des seniors n’était plus une contrainte, mais une ressource ?

Petit tour d’horizon au travers de trois exemples bien précis, Béguinage & Compagnie, la Maison Nelly Berthold et Univers et Conseils.

Béguinage & Compagnie : une méthode collaborative qui se base sur l’usage des futurs habitants

 

beguinage compagnie maison seniors

Crédits photo : Béguinage & Compagnie

Partant du constat que l’offre pour les personnes âgées incapables de rester dans leur domicile classique est insuffisante, Jean-François Trochon et Thibaut Henry se sont associés pour lancer Béguinage & Compagnie il y a deux ans.

Aujourd’hui, Béguinage & Compagnie conçoit et exploite un modèle de logements adaptés aux personnes âgées, seules, aux revenus modestes, avec une fragilité latente.

Pour faire face au manque de places pour personnes âgées, Béguinage & Compagnie propose de développer des structures d’accueil plus petites en associant au plus tôt les maires et les bailleurs sociaux afin de répondre aux besoins locaux des personnes qui ont des petits revenus. La meilleure façon de sortir les futurs résidents de l’isolement et de la précarité est pour Jean-François Trochon, de faire en sorte qu’ils se connaissent et qu’ils puissent ensemble imaginer le cadre de vie dans lequel ils vont habiter. De cette façon, Béguinage & Compagnie souhaite créer une solidarité entre les habitants avant même qu’ils emménagent dans leur nouveau logement.

Grâce à une méthode participative que Jean-François Trochon et Thibaut Henry ont mise en place, les futurs habitants se rencontrent régulièrement, à une fréquence de deux réunions par mois sur huit mois de coconception. Ainsi les futurs habitants peuvent déterminer quels seront leurs besoins, échanger avec d’autres parties prenantes comme l’architecte de leur logement et également créer une communauté avec les autres futurs habitants.

methodes beguinage

Crédits photo : Béguinage & Compagnie

Pour Jean-François Trochon, il s’agit avant tout de partir de l’usage des habitants afin d’anticiper quels seront leurs besoins pour demain. « Dans nos béguinages, il n’y a pas de garage, nous misons plutôt sur des parkings. Cela ne dérange pas les futurs habitants de se garer à l’extérieur. En revanche, les ateliers de coconception nous ont permis de savoir que dans leur garage actuel, certains futurs habitants aiment bricoler. C’est pourquoi nous avons jugé utile d’inclure un atelier de bricolage commun pour les habitants au sein même de la résidence. Nous avons ainsi conçu ce lieu comme un lieu de cohésion et de rencontres entre les habitants. D’autres habitants nous ont parlé d’auto-partage et ce sont plein d’exemples comme ceux-là qui nous viennent de l’expertise des usagers, pour créer quelque chose qui corresponde vraiment à leurs besoins. »

Pour parvenir jusqu’à l’application de cette méthode, Béguinage & Compagnie associe toutes les parties prenantes qui vont à un moment ou à un autre intervenir dans le cadre de la construction jusqu’à la gestion de la résidence.

Ainsi, au cours d’une première étape, ils réalisent un diagnostic du territoire en lien avec la mairie. Sont alors identifiés les besoins du territoire, puis au-delà, quelles sont les personnes qui pourront habiter dans une future résidence. « Petit à petit, sont alors associés tous les acteurs » nous explique Jean-François Trochon. Dans une étroite collaboration avec le maire de la ville, des services d’aide à domicile, ainsi que les bailleurs sociaux, Béguinage & Compagnie identifie les personnes qui auraient besoin d’emménager dans une nouvelle résidence parce que la leur ne serait plus adaptée et que leurs moyens sont insuffisants pour la rendre aux normes.

L’approche de Béguinage & Compagnie est donc collaborative. Il s’agit d’associer toutes les parties prenantes d’un territoire avant même de construire le nouveau bâtiment à destination des seniors. En ce qui concerne les résidences, elles contiennent entre 20 et 30 logements.

Aujourd’hui, Béguinage & Compagnie est dans une phase de faisabilité et espère pouvoir démarrer deux projets de résidence dans les Hauts-de-France dans le cadre de coconception avec les habitants.

La Maison Nelly Berthold : pour que la personne âgée et son habitat soient à nouveau considérées comme des ressources pour les territoires.

Partant de ce constat que la personne âgée a trop longtemps été uniquement considérée comme un coût pour la société et jamais comme un acteur social du territoire, Guillaume Boutterin a souhaité lancé il y a maintenant deux ans également, le projet de la Maison Nelly Berthold.

« La maison Nelly Berthold émane de cette vision que la personne âgée, quelle qu’elle soit, a encore un rôle à jouer dans la société » nous a-t-il expliqué.

A quoi faut-il donc donner accès à la personne âgée pour qu’elle regagne ce rôle social au sein de la société ? « Ce rôle social, la personne âgée ne peut le retrouver qu’à partir du moment où elle n’est plus isolée géographiquement, qu’elle puisse être mobile et qu’elle puisse rentrer en contact avec des générations plus jeunes. Ce sont ces différents postulats de départ qui m’ont amené à créer le projet social autour de la maison. »

Avant toutes choses, il s’agit pour Guillaume Boutterin, de fournir aux personnes âgées dépendantes une solution d’accueil et d’hébergement et d’en faire un lieu de vie ouvert à tous, afin qu’elles soient au milieu d’un écosystème qui leur permette de recréer du lien social et d’accéder à nouveau à un rôle social. Pour cela, l’idée est simple, la personne âgée et son habitat doivent être des ressources pour le territoire lui-même.

« Pour cela, les structures doivent être relativement légères et accueillir deux-trois dizaines de logements seulement, pour éviter l’aspect mouroir ressenti par les populations les plus jeunes. » nous explique d’abord Guillaume Boutterin.

« Ensuite, architecturalement parlant, le lieu doit être ouvert pour que les points d’entrées des différents publics puissent se faire de manière naturelle. Par exemple, le jardin de la résidence devra être un parc public afin que tout le monde puisse venir s’y promener ou même y passer pour se rendre au supermarché qui se situe de l’autre côté de la résidence. »

maison nelly seniors

Crédit photo / Maison Nelly Berthold

article presse maison nelly seniors

Crédits photo : La Maison Nelly Berthold dans l’Est Républicain du 16 novembre 2016

Enfin, en ce qui concerne les services inclus dans la résidence Nelly Berthold, Guillaume Boutterin a son avis : « Il faut qu’il y ait des services qui viennent en complément de l’offre actuelle du territoire. Par exemple, dans telle maison Nelly Berthold, il y aura une laverie publique. Dans une autre ce sera un commerce ou une chambre d’hôtes et peut-être que dans d’autres cas ce sera une maison de santé, une salle de spectacle ou même une bibliothèque. Cette circulation va permettre que la maison devienne une maison pour tous, plutôt qu’une maison pour personnes âgées. » Ces différents équipements intégrés aux Maisons Nelly Berthold interviendront donc comme des compléments nécessaires à ce qui existe déjà sur le territoire.

Dans l’esprit de Guillaume Boutterin, il s’agit donc de transformer la vision habituelle de la maison de retraite pour en faire un véritable village collectif que la population pourra s’approprier. L’objectif des Maisons Nelly Berthold est d’ailleurs de s’implanter dans les milieux ruraux. « Il s’agit de récréer une dynamique sociale pour les seniors qui s’est perdue dans les milieux ruraux. » Pour cela et pour venir en complément de l’offre existante du territoire, une étude complète de l’offre existante du territoire sera menée, « afin de savoir quelle brique on va mettre à l’intérieur de cette maison, qui sera utile au territoire au delà-même du logement seniors ».

Actuellement, un projet de maison Nelly Berthold est en cours à Dieue-sur-Meuse, une commune de 1 400 habitants, située dans le département de la Meuse en région Grand Est.

Univers et Conseils : miser sur l’architecture pour la faire évoluer en même temps que ses habitants vieillissent.

Eux aussi souhaitent renouveler notre façon de penser l’habitat des seniors. Et c’est une petite révolution, puisqu’avec ce concept développé par Univers et Conseils, la personne âgée n’aura plus à quitter son domicile pour devoir vivre dans une résidence qui lui sera adaptée, sa maison s’adaptera à ses besoins, elle n’aura donc plus besoin de déménager.

Avec cette solution, il s’agit donc de miser sur l’évolutivité de l’architecture des lieux pour renouveler notre vision de l’habitat des seniors. Partant du constat que déménager est une hantise pour bon nombre de personnes âgées, Aline Maréchaux et Pascal Colné ont en effet inauguré en juillet 2016, à Vitry-Sur-Seine, une maison modulable, sur le terrain de l’association Materiaupôle, une association dédiée au développement de la filière matériaux en Ile-de-France.

Contrairement aux solutions précédentes, la personne âgée n’aura donc plus à déménager puisque sa maison pourra s’adapter à ses besoins sans en modifier la structure extérieure et entraîner des coûts bien souvent hors-normes face à des pensions de retraite de plus en plus minces.

Ainsi les couloirs de cette maison modulable pourront être agrandis et les revêtements remplacés très facilement suivant les besoins de la personne, la salle de bains pourra s’agrandir aisément et les cloisons seront déplacées sans aucune difficulté afin de laisser circuler un fauteuil roulant

Enfin, Univers et Conseils, spécialisée dans la maison modulaire, veille à ce que l’édifice ne soit pas stigmatisant. Il s’agit en effet de construire une maison visuellement tout fait ordinaire.

Lumières de la Ville

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir