Bangkok, l’eau comme fabrique de la ville et de ses habitats (1/2)

20 Mai 2014

La ville, s’est accrochée au delta de la Chao Praya, le fleuve qui traverse la Thaïlande, un marécage toujours rempli d’eau et qui a vu construire la nouvelle capitale du pays. Bangkok et ses presque 14 millions d’habitants ont su par le passé vivre avec cet élément : l’eau qui fait partie de l’identité de la ville. Aujourd’hui la ville contemporaine doit se poser à nouveau des questions à propos de ce patrimoine fluvial qu‘elle a un peu oublié.

L’eau qui fait parti de l’identité de la ville de Bangkok. Crédits : Architecture by Road

L’eau qui fait parti de l’identité de la ville de Bangkok. Crédits : Architecture by Road

Partout, l’eau est partout. Lorsque nous arrivons à Bangkok, nous la sentons déjà depuis l’aéroport. Le métro aérien nous fait traverser un territoire vert, on devine déjà les premiers canaux, et les premiers quartiers de Bangkok. La ville est peu dense et très étalée, seules les tours dominent ce paysage plat de la plaine et du delta. C’est avec l’étude de ce contexte particulier que nous commençons le projet.

La ville s’est formée sur l’eau. D’abord un comptoir marchand, au grand brassage ethnique, connecté au fleuve, elle devient capitale du royaume lorsque le pouvoir royal est forcé de quitter Ayuttaya. Le fleuve reste un axe majeur de transport et à toutes les échelles : flux internationaux et dessertes locales. A l’intérieur de la ville se tisse et se creuse un réseaux de canaux qui rendent possibles les déplacements dans un territoire mi terrestre mi lacustre. Les quartiers se construisent et se dimensionnent face aux aléas et aux niveaux des plus hautes eaux. Les habitants apprennent à vivre avec l’eau et ses caprices sans chercher l’affrontement. La cohabitation fut possible et très riche en témoignent encore les quartiers ouest de Bangkok, comme les joyaux de Thonburi et de Kadeejeen. La croissance du mouvement moderne a cependant complètement changé les rives est de la ville. L’urbanisation décontextualisée a offert à la ville les nouvelles échelles de la voiture individuelle, remplaçant les déplacements en canaux par de larges avenues, des boulevards d’asphaltes, des nœuds et des échangeurs de béton.

Le fleuve reste un axe majeur de transport et à toutes les échelles : flux internationaux et dessertes locales. Crédits : Architecture by Road

Le fleuve reste un axe majeur de transport et à toutes les échelles : flux internationaux et dessertes locales. Crédits : Architecture by Road

A l’ouest de la Chao Praya, nous découvrons un monde que nous ne connaissons pas. Difficile d’appréhender une ville où les rues sont des canaux. Ce sont les maisons, les commerces et les écoles, qui nous rappellent que nous sommes en ville. L’urbanité y existe, la forme architecturale elle nous interpelle puisque différente, et adaptée à ce contexte singulier. Vivre avec l’eau, habiter avec l’eau. Ces habitats sont à l’origine de la ville.

La maison est formée sur un plan simple, un plancher forme le premier niveau et de fines cloisons en bois délimitent les espaces intérieurs et extérieurs. Du coté du canal principal un passage public est laissé permettant ainsi le passage piéton entre groupes de maisons. C’est cet espace qui nous interpelle le plus, il est partagé entre privé et public. On y voit souvent les habitants y étendre leur linge, y faire à manger ou encore bricoler. Ce spectacle fait vivre la rue, au rez-de-chaussée on trouve les espaces de jour de la maison. Les portes et les fenêtres restent ouvertes, la maison se ventile ; ce léger courant d’air permet à l’intérieur de se rafraichir. A l’étage ce sont les chambres de la famille, auxquelles n’avons jamais eu accès pendant nos arpentages, à l’inverse du rez-de-chaussée, le niveau supérieur est lui le royaume de l’intimité.

C’est impressionnée mais heureuse qu’une habitante de Bangkok, du haut de ses 70 ans, nous ouvre la porte de sa maison, construite il y a plus de cent ans par sa propre grand mère. C’est dans un anglais approximatif mais rempli de charme qu’elle nous raconte quelques mots sur l’histoire de sa maison. Ses voisines, amusées se joignent à nous. La maison est face au canal, elle est sur pilotis, elle nous enexplique le fonctionnement.

Face aux risques d’inondation, l’ancienne ville de Bangkok utilisait aussi les canaux pour réguler les flux trop importants d’eau. La cohabitation entre l’eau et la ville fonctionnait bien, l’homme s’adaptait à son milieu. En 2011, malgré les grands travaux d’endiguement et de canalisation, la ville contemporaine a essuyé l’insuffisance de ces dispositifs supposés la protéger.

Nous rencontrons plus tard Chutayaves Sinthuphan, architecte à Bangkok. Il a travaillé sur une maison construite sur des flotteurs, et qui le long de rails, solidement ancrés, glisse suivant les variations du niveau de l’eau. Nous avons eu la chance de visiter un prototype construit à Ayutthaya avec un organisme de recherche du gouvernement thaïlandais. L’architecte, pour cette maison, s’est inspiré de principes traditionnels, en ayant une analyse objective sur le contexte particulier de Bangkok, offre une réponse simple et intelligente aux préoccupations contemporaines.

Rencontre avec Chutayaves Sinthuphan, architecte à Bangkok. Crédits : Architecture by Road

Rencontre avec Chutayaves Sinthuphan, architecte à Bangkok. Crédits : Architecture by Road

Nous partons maintenant en direction du nord de la Thaïlande, 15 heures de train en banquettes nous attendent pour rejoindre la ville de Chiang Mai. Nous partons étudier un autre contexte, les montagnes, et des habitats remplis de symbolique.

Voir la vidéo associée à l’article Bangkok, l’eau comme fabrique de la ville et de ses habitats

Lire la 1ère partie de l’article : Bangkok, l’eau comme fabrique de la ville et de ses habitats (2/2)

Architecture by Road

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir