Avec Nextdoor, le coworking prend son envol

6 Sep 2017

Depuis quelques années, les espaces de travail collaboratifs se multiplient en France et témoignent d’une transformation profonde des habitudes de travail. La tendance s’accélère avec le partenariat entre Bouygues Immobilier et AccordHotels, poids lourds dans les domaines de l’immobilier et de l’hospitalité. Et si le coworking devenait la norme ?

coworking nextdoor semaine de la mobilité

Nextdoor à Issy-les-Moulineaux, (crédits : StartupBegins)

Travailleurs enfin libres !

L’espace de coworking distingue habituellement deux environnements : la pièce principale qui est l’âme du lieu ouverte et propice à la rencontre, tandis que les autres espaces sont plus studieux. Le concept est d’offrir un maximum de liberté au travailleur, on y trouvera donc des zones de détente comme un jardin ou une terrasse, mais aussi une bibliothèque, un coin restauration, un service reprographie… Le principe est simple, les utilisateurs définissent la surface dont ils ont besoin et peuvent l’ajuster à la hausse ou à la baisse d’un mois sur l’autre. Les espaces sont modulables, du simple poste de travail au bureau privatif, en passant par la salle de réunion pour travailler à plusieurs sur un projet ou recevoir des partenaires. Très adapté aux travailleurs indépendants, cela permet par exemple à une start-up qui se lance d’ajuster ses dépenses en temps réel selon ses priorités. Certaines sociétés y installent même leur siège social : elles recherchent en effet plus de souplesse qu’un bail de 3, 6 ou 9 ans, et plus de proximité avec leurs clients. « Environ un tiers (des utilisateurs) sont des freelances et des indépendants, un gros tiers sont des start-ups/PME et TPE, et le dernier tiers sont des grandes entreprises qui réservent des espaces de 20 à 50 personnes pour travailler en mode projet » constate Philippe Morel président de Nextdoor.

 

espace de travail partagés nextdoor

Nextdoor à Issy-les-Moulineaux, (crédits : StartupBegins)

Nextdoor à la conquête du coworking

Lancée en 2014, Nextdoor est une filiale de Bouygues Immobilier spécialisée dans le coworking. Elle inaugurait en 2015 son premier espace à Issy-les-Moulineaux, un bâtiment tertiaire hébergeant travailleur indépendants, start-up et entreprises traditionnelles. Suivèrent ensuite des espaces à la Défense, dans le quartier de la Gare de Lyon et à Neuilly-sur-Seine, chacun placé stratégiquement dans des pôles d’affaires de la région parisienne. Un prochain site devrait ouvrir ses portes à la rentrée dans le quartier de la Part Dieu à Lyon et la société vise une implantation européenne en 2018. A cela s’ajoute la récente entrée d’AccorHotels dans le capital de Nextdoor (à hauteur de 50%) qui devrait booster l’activité de la filiale de Bouygues et l’affirmer dans un marché déjà concurrentiel. L’ambition affichée est d’ouvrir 80 lieux d’ici 2022, a raison d’une douzaine par an.

bureaux partagés nextdoor partage mobilité

Nextdoor à Issy-les-Moulineaux, (crédits : StartupBegins)

Changer le rapport au travail

« Nextdoor est une entreprise qui crée et opère de nouveaux lieux de vie au travail » explique Philippe Morel. Pour lui, la notion de travail est en train de fondamentalement évoluer vers un travail décloisonné et multi-entreprises. « Vous ne vous occupez de rien, nos clients s’occupent de leur activité et on s’occupe de tout le reste. Pour nous, la gestion est comme celle d’une maison ».

L’espace bar, des consoles de jeux vidéo ou une balançoire, les équipements sont inattendus pour un espace de travail mais contribuent à favoriser l’autonomie et la créativité des travailleurs. C’est là que l’expertise d’AccorHotels entre en jeu. La plupart des espaces de coworking sont ouverts 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Ils deviennent ainsi un espace plaisant et convivial où l’on est disposés à passer du temps en dehors des horaires de travail, pour se détendre, pour rencontrer des gens ou participer à des activités collectives.

D’après une étude menée en Île-de-France par l’agence WeDoData, 92% des usagers du coworking y ont recours pour agrandir leur cercle social et 80% le font pour développer leur cercle professionnel. 75% optent pour cet environnement de travail pour augmenter leur productivité et 38% y voient un moyen de faire croître leurs bénéfices. Le glissement qui s’opère tend à faire primer l’humain sur le fonctionnel, afin de valoriser chaque travailleur, son bien-être et ses qualités personnelles.

espace de détente chez nextdoor pour travailler autrement

Locaux Nextdoor, (crédits : Nextdoor)

Une mutation profonde

Et en effet, face à l’étalement des métropoles et l’allongement des trajets domicile-travail, à l’engorgement des transports en commun et à la mutation digitale des métiers, le coworking offre des avantages non négligeables. La formule plaît grâce à ses tarifs et options multiples, à la facilité d’abonnement, à la présence vertueuse d’un réseau de travailleurs qualifiés ou à l’ambiance décontractée.

La tendance n’est pas prêt de ralentir puisque le nombre de travailleurs indépendants en France augmentait de 34% entre 2008 et 2016 et selon Deloitte et ESSEC, seulement 7% des jeunes de la génération Y (18-30 ans) seraient disposés à travailler dans un bureau classique. Le nombre d’espaces de coworking a été multiplié par 9 en Ile-de-France les cinq dernières années, passant de 20 à 177. Selon Bouygues Immobilier et AccorHotels « le marché des espaces de travail collaboratifs est en pleine expansion. Dans 5 ans, les espaces flexibles pourraient représenter 10 à 20% des espaces de bureaux en France contre 2% aujourd’hui ». Et à chaque nouvelle ouverture d’un lieu Nextdoor, il suffit de quelques semaines pour que le taux d’occupation atteigne les 100%.

 

On peut tenter d’imaginer l’avenir du coworking, une fois son succès et son efficacité reconnus. Soucieuse de favoriser l’entrepreneuriat et l’innovation, une collectivité territoriale pourrait choisir de faire subventionner un espace de coworking sur son territoire par le pouvoir public. Ces types de locaux pourraient se développer en dehors des milieux entrepreneuriaux et servir par exemple aux associations de quartier. Démocratisés, on verrait naître alors des espaces de coworking en zone résidentielle, sur les aires d’autoroutes, dans les gares ou aéroports.

Usbek & Rica

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir