Aranya, 30 ans après : comment vieillit une révolution urbaine ?

11 Mai 2016

Aranya est un quartier d’habitat social développé dans les années 1980 à Indore, dans le centre de l’Inde. A l’époque, il a été présenté comme un véritable succès porté par la vision singulière du Corbusier indien, Balkrishna Doshi. Mais qu’en est-il réellement 30 ans après? Epircurban s’est rendu sur place. Immersion.

Arrivée à Indore par le train au petit matin. A la gare, je croise une vache sur le quai, ce n’est presque plus surprenant. Le premier défi est de réussir à localiser Aranya. Les nombreuses études de cas qui ont été menées à son sujet parlent d’un « quartier situé à 6 kilomètres du centre-ville » et les photos d’époque laissent voir une campagne environnante plutôt préservée. Les habitants à qui je m’adresse pour trouver mon chemin ne semblent pas connaître l’existence du quartier. Je tente de créer un déclic en leur montrant des photos des façades assez emblématiques avec leurs escaliers en front et leur peinture ocre. Rien n’y fait.

Après une heure de recherche, j’arrive enfin à cerner le quartier, aujourd’hui totalement intégré dans le tissu urbain de cette ville de l’Etat du Madhya Pradesh, dans le centre de l’Inde. Et je comprends vite pourquoi personne n’arrivait à me l’indiquer malgré les photos : le quartier est assez méconnaissable maintenant que les façades ont été repeintes de façon bariolée.

Les-facades-bariolees-Lalbangla-Aranya-bâtiment

Les façades bariolées de Lalbangla, Aranya. Crédits : Clément Pairot

Promoteurs et aménageurs ont parfois la fâcheuse tendance d’annoncer le succès d’un projet urbain avant même que sa réalisation ne soit terminée et qu’il ne soit habité. Pourtant le véritable succès d’un projet urbain ne se mesure qu’à l’usage. En particulier, l’habitat social et les problématiques qu’il doit prendre en compte rendent impossible de prédire le succès d’un projet avant d’être confronté à l’usage sur le long terme. C’est ce que nous cherchons à évaluer sur ce projet.

Juste avant le début de l’étude Epicurban, en Juillet 2014, l’exposition «Ré-enchanter le Monde » à la Cité de l’architecture mettait en valeur des réalisations singulières et alternatives permettant de développer une ville plus enthousiasmante, apaisée et inclusive. Parmi eux, l’initiative de Balkrishna Doshi, élève du Corbusier, qui au début des années 1980 a conçu un quartier d’habitat populaire singulier dans la ville d’Aranya, à proximité d’Indore (voir encadré).


« En Inde, Balkrishna Doshi décide de concevoir un habitat plus approprié aux besoins que le logement social quil juge, à lexpérience, inflexible : fermé aux cultures, détruisant les usages mixtes, les solidarités et empêchant les familles dadapter leur habitat à leur vie. Pour les 40.000 réfugiés des bidonvilles dAranya, larchitecte conserve un plan de logement moderne, mais lintègre dans une structure meccano ouverte qui permet dajouter, autour dun patio, une chambre, un atelier. Cest labandon de la rigidité urbaine qui redonne de la liberté aux habitants. Bakrishna Doshi a observé comment les bidonvilles sagencent en rues actives, en îlots dentraide. Lunité de base est un hameau dune dizaine de familles. Les hameaux forment des quartiers, aérés par des places. Le projet dAranya fut le premier à remettre en cause lhabitat social moderne. Lexpérience fut critiquée: on reprocha à larchitecte de maintenir des modes de vie sous-développés. Puis l’écologie politique, avec Ivan Illich, a entamé le procès de la ville fonctionnaliste et Aranya est devenue une référence. »

Catalogue de lexposition « Ré-enchanter le monde »,  2014


Des rues vivantes comme dans un bidonville…en plus propre

Un des aspects salués au sujet d’Aranya est la trame viaire (le dessin des rues). Celle-ci a été presque intégralement préservée et reste bien perceptible. Elle se caractérise par un décrochage systématique des rues en leur milieu. Celui-ci rythme le quartier, créant des espaces plus large pour la rencontre des habitants tout en empêchant une circulation à vive allure pour les différents véhicules. La rue dès lors appartient en priorité au piéton. Les enfants, nombreux à y jouer cette après-midi, l’ont bien compris.

force-les-motos--rouler-bâtiment

Le dessin des rues force les motos à rouler au pas. Crédits : Clément Pairot

Le plan d’urbanisme permet d’offrir une vraie vie de quartier : conçu autour d’une rue principale commerçante, véritable épine dorsale du quartier, il distribue les populations afin que tous les habitants se trouvent à une distance raisonnable de cet axe. Des patios accueillent quelques éléments de verdure. Répartis régulièrement, ils jouent le rôle de place de quartier où les voisins se retrouvent.

Dans la forme du bâti, Aranya fait écho à l’urbanisme de bidonvilles à nombreux égards. Les maisons n’ont qu’un ou deux étages, les façades sont bariolées, les rues sont étroites. Les petits artisans travaillent sur le pas de leur porte. C’est le cas d’Eknath qui confectionne des claquettes à quelques pas d’un vendeur de rue avec son chariot de fruits et légumes. On se croirait à Dharavi à ceci près que, contrairement au bidonville, les réseaux d’électricité, d’adduction et d’évacuation des eaux ont été prévus en amont. Cela représente un élément majeur d’amélioration du confort des habitants.

S’inspirant clairement de la porosité entre l’espace public et l’espace privé existant dans les zones d’habitat auto-construit, le modèle originel de maisons proposé par Doshi se caractérise par un escalier placé en front de rue. Il sert d’accès à l’étage mais aussi de lieu pour étendre les vêtements qui sèchent ou juste pour se poser et discuter avec des amis. Même les maisons plus récemment bâties conservent au moins une margelle en front avec le même usage social.

vieille-dame-profite-animation-rue-bâtiment

Sur son perron, une vieille dame profite de l’animation de la rue. Crédits : Clément Pairot

Un prototype qui perdure dans un environnement normalisé

La version expérimentale réalisée par Doshi forme aujourd’hui une part très minoritaire du quartier d’Aranya. Les habitants l’appellent Lalbangla. Sur les plus de 6 000 logements prévus à l’origine, seules 80 maisons de démonstration ont été conçues par Doshi, proposant une grande variété de possibilités en termes de typologie. Autour de Lalblangla, les bâtiments sont normalisés et les grands immeubles en construction près du terrain de criquet du quartier ne semblent pas très différents des normes occidentales.

Les sceptiques considéreront probablement que cette normalisation est le signe d’un échec relatif de l’expérimentation. Les optimistes loueront quant à eux l’adaptabilité d’un quartier qui s’est fondu dans la ville. Par ailleurs, le cœur historique du quartier n’ayant pas perdu de son animation, il semblerait que l’absence de réplication du modèle tienne davantage à un manque de volonté politique qu’à un échec de Doshi. De plus, ne pas chercher à uniformiser le quartier témoigne d’un choix d’humilité de la part de l’architecte-urbaniste conscient que le projet urbain ne lui appartient plus dès lors que les habitants le font vivre et se l’approprient.

nouvelles-constructions-sont-normalisees-bâtiment

Les nouvelles constructions sont normalisées. Crédits : Clément Pairot

Faire confiance à l’intelligence urbaine collective

Le modèle proposé par Doshi avec un toit terrasse permet enfin de tenir la promesse d’adaptabilité du logement dans le temps. C’est le cas pour celui de Malti Verma, mère de deux enfants qui me fait visiter sa maison. Elle est exiguë mais Malti est justement en train d’y faire construire un étage supplémentaire car la famille s’agrandit. Ainsi, sans luxe mais de manière très pratique, le quartier de Doshi semble tenir sur le long terme sa promesse d’un quartier où l’ambition d’une vie meilleure peut se concrétiser dans un environnement sain vivant et abordable. L’architecte urbaniste réalise son pari quand il offre une véritable flexibilité aux habitants dans l’évolution du quartier même quand celle-ci altère l’unité esthétique originelle qui en faisait l’identité dans les pages des revues d’urbanisme.

Epicurban

Réagissez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiéeTous les Champs sont obligatoires

 

articles sur le même thème


Connexion
Inscription
  • Vous avez déjà un compte identifiez-vous
  • Mot de passe oublié ?
  • Vous n'avez pas de compte, créez le ici
  • * Champs obligatoires
  • Max 200ko / Min 100x100px
    choisir